Tarun Sai Lomté

Une étude montre une augmentation de la pression artérielle pendant le COVID-19

Dans une récente étude publiée dans la revue HypertensionLes chercheurs ont examiné les résultats de la pression artérielle (TA) chez les personnes souffrant d’hypertension pendant la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

L’hypertension est l’une des maladies chroniques les plus courantes, affectant plus d’un milliard de personnes dans le monde. C’est l’une des principales causes de mortalité prématurée et l’un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires (MCV). De plus, le contrôle de la TA est médiocre, seul un adulte hypertendu sur cinq atteignant les objectifs de TA recommandés. De plus, on craint que le contrôle de la TA ne se soit aggravé pendant la pandémie de COVID-19.

Les mandats de verrouillage pendant le COVID-19 ont entraîné des changements importants dans la routine quotidienne, avec une activité physique réduite, une consommation d’alcool accrue, un stress social, un sommeil interrompu et des régimes alimentaires malsains, affectant négativement la TA. De plus, l’accès des patients aux soins de santé réguliers a été limité en raison de nombreuses pratiques de soins de santé introduites pendant la pandémie. De plus, il existe peu d’informations sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le contrôle de la TA au niveau de la population.

Lire aussi  Les différences métaboliques entre les lève-tôt et les oiseaux de nuit pourraient aider à prédire le risque de diabète et de maladie cardiaque

Étude : Changements dans les résultats de la pression artérielle chez les personnes hypertendues pendant la pandémie de COVID-19 : une analyse de séries chronologiques dans trois organisations de soins de santé aux États-Unis Crédit d'image : Médias/ShutterstockÉtude : Changements dans les résultats de la pression artérielle chez les personnes hypertendues pendant la pandémie de COVID-19 : une analyse de séries chronologiques dans trois organisations de soins de santé aux États-Unis Crédit d’image : Médias/Shutterstock

À propos de l’étude

La présente étude a évalué les résultats de la PA chez les adultes hypertendus pendant la pandémie de COVID-19. Les données des dossiers de santé électroniques (DSE) d’août 2019 à novembre 2020 ont été extraites de trois systèmes de santé aux États-Unis (É.-U.). Les informations extraites comprenaient les données démographiques des patients, les diagnostics, les valeurs de la PA et les dates des visites de soins primaires.

La période d’étude a été stratifiée en périodes pré-pandémiques (août 2019 à janvier 2020), de transition (février et mars 2020) et de pandémie (avril à novembre 2020). Les participants adultes (18 ans et plus) étaient éligibles s’ils se présentaient aux soins primaires avec un diagnostic d’hypertension au cours des six premiers mois de la période pré-pandémique. Les visites aux soins primaires ont été définies comme celles des médecins internes ou des médecins de famille.

Les chercheurs ont examiné deux résultats : 1) la pression artérielle systolique et diastolique moyenne et 2) la prévalence de la pression artérielle contrôlée, c’est-à-dire une pression artérielle systolique inférieure à 140 mmHg et une pression artérielle diastolique inférieure à 90 mmHg. Ces résultats ont été évalués chaque semaine pendant la période d’étude. Les mesures de la pression artérielle mesurées lors des visites aux urgences et des hospitalisations n’ont pas été prises en compte.

Les covariables étaient la race, l’origine ethnique, l’âge, le sexe, le revenu médian du ménage, la consommation d’alcool, l’indice de comorbidité de Charlson (ICC) et le tabagisme. Une conception de série chronologique interrompue a été mise en œuvre pour évaluer si les pentes/niveaux des résultats de l’AP ont changé pendant la période pandémique par rapport aux niveaux pré-pandémiques.

Lire aussi  Les scientifiques de Stanford Medicine reçoivent 10 millions de dollars pour la recherche sur le sommeil et l'autisme

recommandations

L’étude comprenait 137 593 participants ; leur âge moyen était de 66,2 ans. La plupart des participants étaient de race blanche (62,1 %) et de sexe féminin (57,2 %). En moyenne, chaque participant a eu 11 mesures de PA tout au long de l’étude. Plus de 77 % des participants avaient contrôlé leur tension artérielle pendant la période pré-pandémique.

Les mesures de la pression artérielle ont diminué au cours de la période de transition, avec des baisses substantielles au début de la pandémie et des augmentations progressives plus tard. Le nombre combiné de mesures de la pression artérielle à la fin de l’étude était inférieur aux niveaux pré-pandémiques. En effet, 15,6 % des participants manquaient de mesures de la pression artérielle pendant la période de transition/pandémie, et les mesures de la pression artérielle étaient moins fréquentes pendant ces périodes.

La pression artérielle systolique et diastolique moyenne a augmenté de 1,79 mmHg et de 1,3 mmHg pendant la pandémie par rapport aux niveaux pré-pandémiques après ajustement en fonction des caractéristiques des patients et de la saisonnalité. La pente de la PA diastolique a diminué pendant la pandémie par rapport à la ligne de base, tandis que la pente de la PA systolique n’était pas significativement différente de la ligne de base.

La proportion de personnes dont la TA est contrôlée a diminué de 3,43 points de pourcentage pendant la pandémie par rapport à la période pré-pandémique. L’analyse stratifiée a révélé que les personnes âgées de 65 ans et plus avaient une augmentation plus importante de la TA diastolique que celles de moins de 65 ans. Il n’y avait aucune différence dans les modifications de la TA ou le contrôle de la TA entre les hommes et les femmes. De plus, les analyses de sensibilité ont trouvé des résultats comparables à l’analyse principale.

Lire aussi  La consommation de cannabis médical réduit les troubles du sommeil causés par le SSPT

conclusion

Les chercheurs ont constaté des baisses marquées des mesures de la pression artérielle au début de la pandémie, qui se sont progressivement rétablies dans les phases ultérieures sans jamais atteindre les niveaux de base pré-pandémiques. Une augmentation faible mais significative de la TA systolique et diastolique a été observée pendant la pandémie, avec une diminution du contrôle de la TA.

L’étude n’a inclus que ceux qui participaient déjà au système de santé avant la pandémie de COVID-19 et peut ne pas représenter pleinement la population source. Notamment, les participants à l’étude ont été suivis pendant les huit premiers mois de la pandémie, et on ne sait pas si ces tendances de la TA se maintiennent à long terme.

Référence du magazine :
  • Gotanda H, Liyanage-Don N, Moran AE, et al. Changements dans les résultats de la pression artérielle chez les personnes hypertendues pendant la pandémie de COVID-19 : une analyse de séries chronologiques dans trois organisations de soins de santé aux États-Unis. Hypertension2022, DOI : 10.1161/HYPERTENSIONAHA.122.19861,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *