Bhavana Kunkalikar

Trajectoires de croissance entre nourrissons avec et sans exposition au COVID-19 in utero

Dans une étude récente publiée dans Journal d’endocrinologie clinique et métabolismeles chercheurs ont exploré le gain de poids longitudinal chez les nourrissons qui ont été exposés à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) in utero.

Étude : Gain de poids longitudinal accéléré chez les nourrissons exposés intra-utérins au COVID-19.  Crédit d'image : Onjira Leibe/Shutterstock
Étude : Gain de poids longitudinal accéléré chez les nourrissons exposés intra-utérins au COVID-19. Crédit d’image : Onjira Leibe/Shutterstock

Arrière-plan

Un groupe démographique d’enfants qui ont été exposés au COVID-19 maternel dans le ventre, a émergé, étant donné que les femmes enceintes représentent 9 % des femmes en âge de procréer infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). Les ramifications potentielles du COVID-19 maternel pendant la grossesse sur le bien-être des générations futures n’ont pas été largement étudiées.

Cependant, compte tenu de l’impact potentiel de l’environnement intra-utérin sur la santé à long terme de la progéniture, il est impératif d’étudier les différents schémas de croissance et les risques associés de maladies cardiométaboliques chez les enfants exposés au COVID-19 in utero.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont effectué une analyse comparative des trajectoires de croissance longitudinales des nourrissons qui ont été et n’ont pas été exposés au COVID-19 in utero.

Le Mass General Brigham (MGB) Perinatal COVID-19 Biorepository a été utilisé pour comparer les trajectoires de croissance longitudinales au cours des 12 premiers mois de vie entre les nourrissons exposés au COVID-19 maternel in utero et ceux qui ne l’étaient pas. Cela a été fait pour les mères qui ont contracté ou risquent de contracter le COVID-19 et leurs nouveau-nés.

Les critères d’inclusion pour l’étude incluaient les femmes enceintes de 18 ans ou plus cherchant des soins au Massachusetts General Hospital (MGH). Le diagnostic de COVID-19 maternel a été établi principalement en utilisant des écouvillons nasopharyngés pour la réaction en chaîne par transcriptase inverse-polymérase (RT-PCR).

Lire aussi  La pandémie de COVID-19 a exacerbé la peur de l'accouchement chez les femmes enceintes

Le groupe de comparaison était composé de mères sans antécédents prénatals enregistrés de COVID-19 et qui ont été testées négatives pour le SRAS-CoV-2 via RT-PCR lors du dépistage universel à l’accouchement. La présente étude se concentre sur un groupe spécifique de nouveau-nés nés de mères inscrites au MGB COVID-19 Perinatal Biorepository.

Des données anthropométriques longitudinales ont été recueillies auprès de nourrissons éligibles au cours de leur première année de vie avec des dossiers médicaux électroniques. Les mesures anthropométriques, y compris le poids, la taille et l’indice de masse corporelle (IMC), ont été obtenues à la naissance, à deux mois, à six mois et à 12 mois. À l’aide de données brutes, nous avons utilisé pour calculer les scores z ajustés en fonction de l’âge et du sexe, à l’aide des tables de croissance de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

De plus, les scores z pour la taille et le poids à la naissance ont également été estimés selon les courbes de croissance de Fenton. Les nourrissons ont été classés comme ayant un faible poids à la naissance (LBW) si leur poids à la naissance était inférieur à 2,5 kg et comme petits pour l’âge gestationnel (SGA) si leur score z de poids à la naissance de Fenton était inférieur au 10e centile.

Résultats

Aucune différence significative n’a été observée en termes d’âge prénatal, de tabagisme, de diabète gestationnel, d’hypertension gestationnelle et d’obésité entre les mères qui ont eu le COVID-19 prénatal et celles qui n’en ont pas eu. La cohorte à l’étude a révélé que les mères qui ont contracté le COVID-19 présentaient principalement des symptômes légers et ont été diagnostiquées au cours du troisième trimestre de la grossesse. La grande majorité des personnes incluses dans l’étude avaient des antécédents d’allaitement, quel que soit leur statut d’exposition au COVID-19.

L’étude visait à comparer la taille, le poids et les scores z de l’IMC observés à la naissance entre les nourrissons exposés au COVID-19 in utero et ceux non. Les enfants nés de mères exposées au COVID-19 pendant la grossesse ont présenté un score z de poids à la naissance et un score z d’IMC réduits par rapport aux groupes témoins non exposés.

Il y avait une corrélation entre l’exposition au COVID-19 in utero et la réduction de l’IMC, et les scores z du poids à la naissance sont restés significatifs même après avoir contrôlé divers facteurs, tels que l’âge de la mère à l’accouchement, la parité, l’origine ethnique, l’IMC au début de la grossesse, comme ainsi que le sexe et la date de naissance du bébé.

Il y avait des différences significatives dans les trajectoires des scores z de l’IMC et du poids des nourrissons nés de mères atteintes de COVID-19 prénatal par rapport à ceux qui n’en avaient pas. Cette différence a été observée de la naissance à 12 mois. Ces dissemblances étaient robustes dans les modèles multivariés tenant compte des covariables infantiles et maternelles incorporées dans les analyses de naissance.

L’étude n’a trouvé aucune variation significative dans la longueur des trajectoires de score z en fonction du statut d’exposition au COVID-19. Cette observation est restée constante même après ajustement pour l’âge gestationnel. De plus, l’étude n’a trouvé aucune association entre l’exposition in utero au COVID-19 et la taille à la naissance.

L’étude a révélé que, quel que soit le groupe d’étude, un changement plus important du score z de l’IMC entre la naissance et 12 mois était associé à un score z inférieur au poids de naissance parmi l’échantillon global. Les résultats de l’analyse de médiation ont révélé que le score z du poids à la naissance était à l’origine d’une partie substantielle de l’impact de l’exposition au COVID-19 sur la modification du score z de l’IMC de la naissance à 12 mois. Cela suggère un rôle mécaniste possible du score z du poids à la naissance dans ce contexte.

Lire aussi  Une étude suggère un outil potentiel pour aider à améliorer les résultats du traitement de la fertilité

conclusion

Les résultats de l’étude ont révélé que les nouveau-nés exposés au COVID-19 maternel pendant la période de gestation avaient un poids de naissance et un IMC réduits, ainsi qu’une prise de poids postnatale accélérée par rapport à ceux qui n’étaient pas exposés.

L’étude a également suggéré qu’il pourrait y avoir un risque accru de maladie cardiométabolique parmi le nombre important d’enfants dans le monde qui ont été exposés au COVID-19 alors qu’ils étaient in utero. Par conséquent, ces personnes doivent faire l’objet d’un suivi continu tout au long de leur vie.

Référence magazine :
  • Ockene, M. et al. (2023) « Gain de poids longitudinal accéléré chez les nourrissons exposés intra-utérins au COVID-19 », Le Journal d’endocrinologie clinique et métabolisme. est ce que je: 10.1210/clinem/dgad130.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *