Dr Priyom Bose, Ph.D.

Taux d’incidence et caractéristiques associés aux épisodes de COVID-19 pris en charge médicalement chez les nourrissons de moins de 6 mois

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), causée par le virus hautement infectieux du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2), a touché des millions de personnes dans le monde. D’après les rapports de surveillance de la phase antérieure de la pandémie, le SRAS-CoV-2 infecte principalement les adultes. Il a été observé que des enfants sont rarement ou légèrement infectés par le COVID-19. Cependant, les taux d’hospitalisation chez les nourrissons de moins d’un an en raison d’une infection par le SRAS-CoV-2 sont plus élevés que chez les enfants plus âgés.

Étude : Taux d'incidence de la COVID-19 médicalement assistée chez les nourrissons de moins de 6 mois.  Crédit d'image : KieferPix/Shutterstock
Étude : Taux d’incidence de la COVID-19 médicalement assistée chez les nourrissons de moins de 6 mois. Crédit d’image : KieferPix/Shutterstock

Arrière-plan

Un nombre disproportionné d’hospitalisations pédiatriques associées à la COVID-19 ont été observées chez les nourrissons de moins d’un an. De nombreux bébés ont développé des symptômes légers à modérés de la COVID-19. La plupart des études sur les nourrissons atteints de COVID-19 sont basées sur quelques observations qui rendent difficile une évaluation correcte du véritable risque communautaire.

Il est important d’estimer correctement les taux d’incidence de l’infection par le SRAS-CoV-2 avec des soins médicaux chez les nourrissons, y compris ceux qui reçoivent des soins ambulatoires, car cela pourrait guider les nouveaux parents et la communauté dans la prise en charge appropriée d’un enfant malade. une récente Journal des maladies infectieuses pédiatriques L’étude a estimé les taux d’incidence globaux de l’infection par le SRAS-CoV-2 avec des soins médicaux chez les nourrissons.

Lire aussi  L'environnement de naissance affecte-t-il le résultat de la naissance?

À propos de l’étude

Le réseau SARS-CoV-2 in Pregnancy and Childhood Epidemiology (ESPI) a été développé, fournissant des données médicales électroniques (eESPI) pour une cohorte rétrospective de femmes enceintes et de leurs bébés nés pendant la pandémie. L’étude eESPI a été menée dans trois centres de santé aux États-Unis.

Dans cette étude, les eESPI pertinents ont été recueillis chez les nourrissons jusqu’à l’âge de six mois. La cohorte maternelle comprenait des personnes dont la date d’accouchement se situait entre le 1er mars 2020 et le 28 février 2021. Les critères d’éligibilité supplémentaires étaient qu’au moins une visite ambulatoire de télémédecine ou des soins prénatals dans un centre de santé étaient nécessaires entre le 1er décembre 2019 et le 28 février. . , 2021.

Les auteurs ont analysé les données de tous les nourrissons nés entre le 1er mars 2020 et le 28 février 2021 et nécessitant une hospitalisation, des soins d’urgence ou des soins ambulatoires pour une infection par le SRAS-CoV-2.

Résultats de l’étude

Cette cohorte d’étude basée aux États-Unis comprenait plus de 18 000 nourrissons nés au cours de la première année de la pandémie, suivis pendant six mois. Au cours de la première année de la pandémie, le risque d’épisodes de COVID-19 médicalement gérés chez les nourrissons aux États-Unis s’est avéré faible.

L’incidence cumulée des épisodes de COVID-19 médicalement traités a été estimée à 0,95 %. Le taux d’incidence variait en fonction du statut COVID-19 de la mère, de l’âge des bébés en mois, du niveau de transmission communautaire et de la race/ethnie de la mère.

Lire aussi  Premier rapport sexuel associé à une augmentation de l'activité immunitaire vaginale chez les jeunes femmes

En particulier, un grand pourcentage de nourrissons qui ont été vus médicalement pour des épisodes de COVID-19 étaient des consultations externes ou de télémédecine. Cependant, quatre nourrissons, soit moins de 0,1 % de la cohorte, ont dû être hospitalisés au cours de leur premier mois de vie en raison de la COVID-19. Cette découverte réaffirme que les bébés courent un faible risque de contracter une infection par le SRAS-CoV-2. Les taux d’incidence des épisodes de COVID-19 médicalement gérés étaient les plus élevés chez les nourrissons nés de mères noires hispaniques et non hispaniques.

Un taux d’incidence plus élevé d’épisodes de COVID-19 médicalement gérés a été observé chez les nourrissons nés de femmes infectées par le SRAS-CoV-2 au cours de la période post-partum de 6 mois. Cependant, cette observation n’était pas vraie pour les bébés nés de mères diagnostiquées avec COVID-19 à d’autres moments ou ceux qui n’ont jamais contracté l’infection. Cette découverte a mis en évidence la possible transmission horizontale entre la mère et l’enfant.

Cette étude a souligné l’importance de suivre les mesures de prévention du COVID-19 par les soignants et les membres du ménage des jeunes nourrissons afin de minimiser la transmission virale aux jeunes nourrissons.

Le risque de COVID-19 chez les nourrissons pourrait être efficacement réduit en fournissant des conseils appropriés de prévention des infections aux familles et aux soignants des jeunes nourrissons. Ils doivent être informés de l’importance de la vaccination contre le COVID-19, ainsi que de la pratique de mesures préventives non pharmaceutiques, telles que l’utilisation de masques et le lavage fréquent des mains.

Lire aussi  Le lithium présent naturellement dans l'eau potable pourrait être un facteur de risque environnemental pour l'autisme

Dans la plupart des cas, les nourrissons présentant des conditions médicales sous-jacentes, c’est-à-dire ceux diagnostiqués avec une condition médicale au cours des six premiers mois de la vie, ont été recrutés pour développer des épisodes de COVID-19 nécessitant des soins médicaux. Cette découverte est cohérente avec les rapports précédents qui ont révélé que les enfants plus jeunes souffrant de problèmes de santé préexistants étaient susceptibles de contracter une infection grave.

Limites de l’étude

Cette étude présente plusieurs limites, notamment l’analyse des données d’un seul pays au cours de la première année seulement de la pandémie de COVID-19, ce qui limite la généralisabilité des résultats. Il y a eu un impact variable sur les nourrissons lors des vagues ultérieures de COVID-19 en raison de l’émergence de variantes du SRAS-CoV-2 (par exemple, Delta et Omicron).

Une autre limitation de la présente étude est que les épisodes de COVID-19 médicalement gérés étaient basés sur des tests initiés par le médecin et/ou des codes ICD-10, augmentant le potentiel de sous-estimation des épisodes. Le statut vaccinal contre le COVID-19 des mères n’a pas non plus été pris en compte.

Malgré les limites, l’étude actuelle a indiqué que les taux d’incidence les plus élevés d’épisodes de COVID-19 médicalement gérés se sont produits chez les nourrissons nés de femmes diagnostiquées avec COVID-19 pendant la période post-partum.

Référence magazine :
  • Griffin, I. et al. (2023) « Taux d’incidence de la COVID-19 médicalement assistée chez les nourrissons de moins de 6 mois », Journal des maladies infectieuses pédiatriquespublier avant d’imprimer. est ce que je: 10.1097/inf.0000000000003823.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *