Pratiques de soins centrées sur la famille impactées pour les nourrissons nés de mères atteintes de la COVID-19 périnatale

La plupart des bébés nés de mères atteintes de COVID-19 ont été séparés après la naissance, ce qui a entraîné de faibles taux d’allaitement et de contact peau à peau au plus fort de la pandémie, selon une nouvelle étude mondiale.

La recherche internationale, dirigée par le Murdoch Children’s Research Institute en collaboration avec la Société européenne de soins intensifs néonatals et pédiatriques (ESPNIC), a révélé que la transmission mère-enfant du COVID-19 était rare et généralement bénigne lorsqu’elle se produisait. Mais malgré cela, près de la moitié de tous les bébés n’ont pas reçu de lait maternel, seulement un quart ont été allaités et la plupart des mères et des bébés n’ont pas eu de contact peau à peau immédiatement après la naissance.

Le professeur de Murdoch Children, David Tingay, a déclaré que l’étude, la plus importante au monde sur les soins centrés sur la famille pendant le COVID-19, a souligné comment la garantie de bonnes mesures de contrôle des infections avait eu un impact significatif sur la pratique néonatale ces dernières années. .

Près de la moitié de tous les nourrissons de l’essai se sont vu refuser un contact précoce et étroit avec leur mère, démontrant à quel point il était difficile d’équilibrer les mesures de contrôle des infections avec les recommandations de liaison mère-enfant, en particulier au cours de la première année de la pandémie. De manière encourageante, les cliniciens se sont progressivement adaptés pour permettre des soins plus centrés sur la famille à mesure que la pandémie progressait, en particulier l’utilisation du lait maternel.

Professeur David Tingay, Murdoch Children’s

L’étude, publiée dans la lancette médecine clinique électronique, impliquait 692 nourrissons nés de mères atteintes du SRAS-CoV-2 dans 13 unités de soins intensifs néonatals dans 10 pays, dont le Brésil, la France, l’Italie et les États-Unis, qui ont participé à l’essai EPICENTER.

Lire aussi  Comment deux pectines de citron structurellement différentes modulent le microbiote intestinal

Il a révélé que 54% des nouveau-nés étaient séparés de leur mère et que seulement 7% avaient eu un contact physique avant la séparation. Les taux d’allaitement avec du lait maternel étaient faibles à 53 %, avec seulement 24 % exclusivement allaités. Mais les contacts et l’allaitement ont augmenté au fil du temps, passant de 23 % au printemps 2020 à 70 % à l’hiver 2020/21 (saisons de l’hémisphère Nord).

De plus, 73% des personnes séparées de leur mère ont été admises dans une unité de soins intensifs néonatals ou un service de soins spéciaux sans aucun symptôme ou condition sous-jacent justifiant l’admission. Seuls 5% des bébés nés de mères infectées ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2, et la plupart des cas étaient bénins.

Le Dr Georgie Dowse de Murdoch Children’s a déclaré que les avantages des soins centrés sur la famille pendant la période périnatale pour les mères et les bébés étaient bien établis.

« Les pratiques de soins centrées sur la famille, telles que l’allaitement, la cohabitation et le contact peau à peau, sont essentielles au bien-être des mères et des nouveau-nés, y compris ceux qui ont besoin de soins intensifs », a-t-elle déclaré.

Lire aussi  Les tumeurs mammaires des femmes de différents groupes raciaux ont diverses caractéristiques cellulaires, microbiennes et génomiques.

« Le lait maternel fournit au bébé une nutrition et soutient la croissance et le développement. L’allaitement maternel peut aider à protéger le bébé et la mère contre certaines maladies et affections telles que l’asthme, l’obésité, le diabète de type 1 et le syndrome de mort subite du nourrisson. Peau à peau Le contact aide les bébés à s’adapter à la vie en dehors de l’utérus et aide les mères à initier l’allaitement et à développer des relations étroites et aimantes avec leur bébé. »

Le professeur Tingay a déclaré que l’impact du COVID-19 sur les soins centrés sur la famille devrait être pris en compte lors de la mise à jour des directives de contrôle des infections.

« La pandémie de COVID-19 a créé des défis sans précédent pour les services de santé, y compris la prestation de soins centrés sur la famille », a-t-il déclaré. Les lignes directrices pour la prise en charge des nouveau-nés nés de mères infectées ont été initialement formulées dans le contexte d’inconnues nombreuses et souvent variées et fondées sur un consensus d’experts plutôt que sur des preuves.

« Une découverte encourageante a été l’augmentation de la fourniture de pratiques de soins centrées sur la famille à mesure que la pandémie progressait, même lorsque la mère était très malade. Nous espérons que les médecins et les infirmières utiliseront les expériences de la pandémie pour améliorer les soins centrés sur la famille chaque fois qu’un la mère ou le bébé ne se sent pas bien.

« Nous encourageons fortement les services de santé à continuer à mettre en œuvre des pratiques de soins centrées sur la famille au cours des prochaines étapes de cette pandémie afin de garantir que les nouveau-nés et les mères reçoivent les meilleurs avantages possibles pour la santé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *