Livre électronique sur l'industrie des anticorps

Polluants atmosphériques spécifiques liés aux crises d’asthme non virales chez les enfants des communautés urbaines

Des niveaux modérés de deux polluants de l’air extérieur, l’ozone et les particules fines, sont associés à des crises d’asthme non virales chez les enfants et les adolescents vivant dans des zones urbaines à faible revenu, selon une étude financée par les National Institutes of Health. L’étude identifie également des associations entre l’exposition aux deux polluants et les changements moléculaires dans les voies respiratoires des enfants lors de crises d’asthme non virales, suggérant des mécanismes potentiels pour ces crises. L’étude observationnelle est l’une des premières à établir un lien entre des niveaux élevés de polluants de l’air extérieur spécifiques dans des zones urbaines particulières et des changements distincts dans les voies respiratoires lors de crises d’asthme non déclenchées par des virus respiratoires, selon les chercheurs. Les résultats ont été publiés aujourd’hui dans la revue Le Planetary Health Lancet.

La forte association que cette étude démontre entre les polluants atmosphériques spécifiques chez les enfants des communautés urbaines pauvres et les crises d’asthme non virales ajoute encore à la preuve que la réduction de la pollution atmosphérique améliorerait la santé humaine.

Hugh Auchincloss, MD, directeur par intérim, Institut national des allergies et des maladies infectieuses

L’étude a été menée par le Inner City Asthma Consortium, financé par le NIAID, sous la direction de Matthew C. Altman, MD, M.Phil., et Daniel J. Jackson, MD. Le Dr Altman est professeur agrégé au département de médecine de la faculté de médecine de l’Université de Washington et chercheur associé au Benaroya Research Institute de Virginia Mason à Seattle. Le Dr Jackson est professeur de pédiatrie et de médecine à la faculté de médecine et de santé publique de l’Université du Wisconsin-Madison.

Lire aussi  Un nouveau dispositif microfluidique imite l'échange de nutriments entre la mère et le fœtus touchés par le paludisme placentaire

L’asthme est causé par une inflammation chronique des voies respiratoires. Lors d’une crise d’asthme, la muqueuse des voies respiratoires gonfle, les muscles autour des voies respiratoires se resserrent et les voies respiratoires produisent du mucus supplémentaire, ce qui réduit considérablement l’espace permettant à l’air d’entrer et de sortir des poumons. Les enfants vivant dans des milieux urbains à faible revenu aux États-Unis courent un risque particulièrement élevé de crises d’asthme. Les crises d’asthme causées par des infections virales respiratoires, un déclencheur courant, ont été largement étudiées, mais les crises qui se produisent indépendamment de ces infections ne l’ont pas été.

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné la relation entre les niveaux de polluants atmosphériques et les crises d’asthme qui surviennent en l’absence d’un virus respiratoire chez 208 enfants âgés de 6 à 17 ans qui étaient sujets à l’asthme et vivaient dans des quartiers à faible revenu. Les chercheurs ont ensuite validé les associations qu’ils ont trouvées entre les niveaux de polluants atmosphériques et les crises d’asthme non virales dans une cohorte indépendante de 189 enfants âgés de 6 à 20 ans souffrant d’asthme persistant qui vivaient également dans des quartiers à faible revenu de quatre villes américaines.

Les chercheurs ont suivi les enfants de manière prospective jusqu’à deux maladies respiratoires ou environ six mois, selon la première éventualité. Chaque maladie a été classée comme virale ou non virale et avec ou sans crise d’asthme. Les chercheurs ont comparé chaque maladie aux valeurs de l’indice de qualité de l’air et aux niveaux individuels de polluants atmosphériques enregistrés par l’Agence de protection de l’environnement de la ville correspondante aux dates entourant la maladie. Les chercheurs ont ensuite ajusté leurs données par ville et par saison pour atténuer l’impact de ces variables sur les résultats.

Lire aussi  L'étude fournit un nouvel ensemble de cibles pour les thérapies médicamenteuses pour lutter contre les maladies inflammatoires chroniques.

Les scientifiques ont découvert que les crises d’asthme avaient une cause non virale chez près de 30 % des enfants, soit deux à trois fois la proportion observée chez les enfants non urbains, selon des rapports publiés précédemment. Ces attaques étaient associées à des niveaux localement élevés de particules fines et d’ozone dans l’air extérieur. Les chercheurs ont lié les changements dans l’expression d’ensembles spécifiques de gènes qui jouent un rôle dans l’inflammation des voies respiratoires avec des niveaux élevés de ces deux polluants en analysant des échantillons de cellules nasales prélevés sur des enfants atteints de maladies respiratoires. Certains des modèles d’expression génique identifiés suggèrent que des voies biologiques uniques pourraient être impliquées dans les crises d’asthme non virales.

Compte tenu des résultats de l’étude, il sera important de développer et de tester différentes stratégies pour voir si elles préviennent ou réduisent les crises d’asthme liées à la pollution chez les enfants en milieu urbain. Ces stratégies peuvent inclure des traitements conçus pour contrer les effets délétères des niveaux élevés de polluants de l’air extérieur sur les réponses inflammatoires des voies respiratoires associées aux crises d’asthme non virales et des dispositifs de surveillance personnalisée des niveaux locaux de polluants de l’air extérieur pour signaler le contrôle de l’asthme.

Fontaine:

Instituts nationaux de la santé

Référence magazine :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *