Dr Liji Thomas, MD

L’impact de vivre dans un « désert alimentaire » sur la santé métabolique pendant la grossesse

La santé métabolique pendant la grossesse est essentielle pour la mère et l’enfant; cependant, plusieurs facteurs, dont le statut socio-économique (SSE) et l’accès à des aliments sains, peuvent altérer la santé métabolique d’une femme pendant la grossesse. Un nouveau rôle dans rapports scientifiques explore les rôles de ces facteurs pendant la grossesse.

Étude : L'association entre la gravité du désert alimentaire, le statut socio-économique et le statut métabolique pendant la grossesse dans une cohorte longitudinale prospective.  Crédit d'image : Kwangmoozaa / Shutterstock.com Étude: L’association entre la gravité du désert alimentaire, le statut socio-économique et le statut métabolique pendant la grossesse dans une cohorte longitudinale prospective. Crédit d’image : Kwangmoozaa / Shutterstock.com

Introduction

La dérégulation métabolique pendant la grossesse est associée à diverses complications maternelles et fœtales. Les problèmes fœtaux peuvent inclure la naissance prématurée, la mortinaissance, la mort néonatale, les bébés lourds, le faible poids à la naissance et la macrosomie, ainsi que l’obésité, les troubles métaboliques et le risque accru de développement neurologique aberrant plus tard dans la vie.

Pour la mère, une dérégulation métabolique pendant la grossesse peut la prédisposer à des complications médicales à long terme, telles que des troubles cardiométaboliques, une maladie rénale et une maladie urologique.

Les effets sur la santé de vivre dans un « désert alimentaire »

Pour favoriser un métabolisme sain pendant la grossesse, une femme doit pouvoir accéder à des aliments sains et s’en procurer. Un « désert alimentaire » désigne une zone de familles à faible revenu ayant peu accès à une alimentation saine.

Les personnes vivant dans les déserts alimentaires courent un risque plus élevé de régimes alimentaires de mauvaise qualité, d’obésité et de carences nutritionnelles, ainsi que d’un statut socio-économique faible. Un SSE inférieur augmente le risque de complications métaboliques chez la femme enceinte, notamment le diabète sucré gestationnel (DG), la prise de poids excessive, l’obésité et le syndrome métabolique.

Vivre dans un désert alimentaire augmente le risque de complications médicales et métaboliques pendant la grossesse. Par exemple, une étude précédente a rapporté un risque accru de DG chez les femmes vivant dans des quartiers avec moins d’épiceries.

Lire aussi  Des mortinaissances et des naissances prématurées significativement plus faibles chez les femmes vaccinées contre le COVID

Cela peut être dû à la fois au fait de vivre dans un désert alimentaire et à une consommation accrue d’aliments pro-inflammatoires, tous deux associés à une mauvaise santé métabolique chez les personnes non enceintes. Cette population est également plus susceptible de recevoir des soins prénatals sous-optimaux et de subir un stress chronique.

À propos de l’étude

Les chercheurs ont également cherché à déterminer si un faible SSE et le fait de vivre dans un désert alimentaire sont des facteurs de risque indépendants d’un mauvais équilibre métabolique pendant la grossesse.

L’étude actuelle a inclus 302 femmes enceintes dont le SSE a été déterminé en fonction du revenu total du ménage par taille, éducation et épargne de réserve. Le niveau d’accès des participants à des aliments sains et abordables, ou la gravité du désert alimentaire, a été déterminé selon l’Atlas de recherche sur l’accès aux aliments du Département américain de l’agriculture.

Les participants ont subi un test oral de tolérance au glucose (OGTT) au cours du deuxième trimestre. Pour l’étude, les niveaux de glucose de la première heure ont été utilisés, ainsi que le pourcentage d’adiposité par pléthysmographie par déplacement d’air.

Des informations nutritionnelles précises ont été approximées par trois visites de rappel diététique de 24 heures par des nutritionnistes formés à l’improviste au domicile des participants.

Qu’a montré l’étude ?

Les patientes enceintes avec un faible SSE étaient plus susceptibles de vivre dans un désert alimentaire sévère. Au cours du deuxième trimestre, ces femmes étaient également plus susceptibles d’avoir une moins bonne santé métabolique, notamment un pourcentage plus élevé d’adiposité, ainsi qu’une alimentation plus pro-inflammatoire. Cependant, les femmes ayant un faible SSE n’avaient pas de risque accru d’augmentation de la glycémie.

Lire aussi  25 ans plus tard, la vaccination contre la varicelle connaît un succès impressionnant aux États-Unis.

Des interactions entre ces facteurs ont également été observées, une plus grande sévérité du désert alimentaire étant un facteur prédictif d’un pourcentage plus élevé d’adiposité mais pas de concentrations de glucose plus élevées au cours du deuxième trimestre. L’association entre un faible SSE et l’adiposité était due au manque d’accès à des aliments sains et abordables.

Les mères plus âgées étaient moins susceptibles d’avoir un SSE inférieur, tandis que les mères qui buvaient de l’alcool étaient plus susceptibles de vivre dans un désert alimentaire. Ceux qui utilisaient des vitamines prénatales étaient plus susceptibles d’avoir une adiposité et un SSE accrus.

Les mères des minorités ethniques étaient plus susceptibles d’avoir des niveaux de glucose plus élevés. Les femmes enceintes avec des niveaux de glucose sanguin plus élevés étaient plus susceptibles d’avoir une masse grasse plus élevée. De même, les femmes enceintes ayant une masse grasse plus élevée étaient plus susceptibles d’avoir une glycémie élevée et de consommer plus d’aliments inflammatoires.

Quelles sont les implications ?

Il a été constaté que le SSE et la gravité du désert alimentaire affectaient la santé métabolique pendant la grossesse. Ces résultats corroborent des recherches antérieures montrant que les personnes ayant un SSE inférieur sont plus susceptibles d’avoir une masse grasse excessive, de vivre dans un désert alimentaire sévère et de consommer des aliments inflammatoires.

La concentration de glucose pendant la grossesse était également associée à un régime inflammatoire. L’importance de vivre dans un désert alimentaire a déjà été liée à l’obésité et est indépendante mais liée à l’impact du SSE.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mesurer plus précisément la contribution de la gravité du désert alimentaire en utilisant des caractéristiques autres que l’emplacement géographique. En particulier, l’emplacement géographique ne tient pas compte des différences financières et autres qui peuvent compenser la difficulté d’accéder à des aliments sains dans ces endroits.

Lire aussi  Troubles hypertensifs de la grossesse associés à un risque cardiovasculaire futur

Par conséquent, ceux qui ont les ressources nécessaires pour acheter des aliments sains peuvent ne pas subir les effets métaboliques de la vie dans un désert alimentaire.

L’impact du SSE sur la masse grasse pendant la grossesse est lié à la sévérité du désert alimentaire ; cependant, les effets du SSE et de la masse grasse sont indépendants de l’effet de la consommation d’aliments inflammatoires. Des études antérieures ont montré le contraire, où la résidence dans le désert alimentaire est liée à une mauvaise consommation de fruits et légumes, qui sont tous deux des indicateurs d’une alimentation malsaine. D’autres mécanismes possibles dans lesquels la gravité du désert alimentaire entraîne une augmentation de l’adiposité pendant la grossesse peuvent inclure un stress accru dû à un statut socio-économique faible.

Ces résultats indiquent que l’accès à des aliments sains et abordables est un mécanisme par lequel le SSE contribue à l’adiposité pendant la grossesse et peut éclairer les interventions visant à améliorer la santé métabolique pendant la grossesse..”

De plus, comprendre les mécanismes de la prise de poids, en particulier l’augmentation de la masse grasse, pendant la grossesse peut aider à identifier les personnes à haut risque. Ces données pourraient également faciliter la mise en œuvre d’interventions appropriées, telles que la promotion de l’activité physique, la formation à la cuisine et à l’alimentation saines, la promotion des jardins communautaires et les programmes d’alimentation ou de nutrition complémentaires.

Au niveau politique, les communautés à faible revenu devraient être prioritaires pour augmenter la disponibilité des supermarchés afin de fournir une source d’aliments sains tout en réglementant la qualité des aliments dans les magasins d’alimentation de proximité.

Référence magazine :
  • Wood, EK, Stamos, G., Mitchell, AJ, et coll. (2023). L’association entre la gravité du désert alimentaire, le statut socio-économique et le statut métabolique pendant la grossesse dans une cohorte longitudinale prospective. rapports scientifiques. doi : 10.1038/s41598-023-32783-2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *