Les femmes ayant des antécédents de violence domestique peuvent être exposées à un risque accru de maladies atopiques

Selon une nouvelle étude, les femmes qui ont subi des violences conjugales peuvent courir un risque accru de développer des maladies atopiques, y compris l’asthme.

Posté aujourd’hui dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology: En pratiqueune recherche menée par l’Université de Birmingham a révélé que, dans l’analyse des dossiers des patients, il y avait un pourcentage significativement plus élevé de femmes atteintes de maladies atopiques et ayant des antécédents d’exposition à la maltraitance et à la violence domestique par rapport à celles qui n’en avaient pas.

Après ajustement pour les co-fondateurs possibles, nos résultats montrent que les femmes ayant été exposées à la violence domestique et aux abus avaient un risque accru de 52 % de développer des maladies atopiques.

La violence domestique et les abus sont un problème mondial qui touche les femmes de manière disproportionnée. Nous avons entrepris d’approfondir notre compréhension des impacts sur la santé de la violence domestique afin que des politiques de santé publique fondées sur des preuves puissent être développées davantage pour lutter non seulement contre la violence domestique, mais également contre les effets secondaires tels que le développement de maladies atopiques.

Dr Joht Singh Chandan de l’Université de Birmingham et auteur correspondant de l’étude.

Les enquêteurs ont mené une étude de cohorte rétrospective en ouvert au Royaume-Uni, en examinant des femmes adultes (âgées de 18 ans et plus) ayant une exposition médicalement enregistrée à la violence domestique et en les comparant à des femmes âgées de 18 ans et plus sans exposition enregistrée. . Les patients avec des rapports préexistants de maladie atopique ont été exclus de l’étude.

Lire aussi  Une nouvelle approche basée sur l'immunothérapie pour la granulomatose lymphomatoïde de bas grade améliore la survie des patients

Au total, 13 852 femmes exposées à la violence domestique ont été identifiées et comparées à 49 036 femmes similaires sans exposition signalée. Au total, 967/13 852 femmes du groupe exposé (taux d’incidence (IR) 20,10 pour 1 000 ans) ont reçu un diagnostic de maladie atopique contre 2 607/49 036 dans le groupe non exposé (IR 13,24 pour 1 000 ans).

Il y avait des limites à l’étude. Les femmes du groupe exposé étaient plus susceptibles d’être des fumeurs actuels que les femmes du groupe non exposé. Les données sur l’origine ethnique manquaient souvent dans la base de données et le suivi médian pour les deux groupes de femmes était relativement court compte tenu de la nature récurrente de la maladie atopique. Les chercheurs espèrent remédier à ces limites dans de futures études.

Fontaine:

université de birmingham

Référence magazine :

Nash, K. et autres. (2023). Exposition à la violence domestique et développement ultérieur de la maladie atopique chez les femmes. Le Journal of Allergy and Clinical Immunology: En pratique. doi.org/10.1016/j.jaip.2023.03.016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *