Pooja Toshniwal Paharia

L’impact de l’immunité saisonnière contre le coronavirus sur la sensibilité à l’infection par le SRAS-CoV-2 et la vaccination contre le COVID-19

Dans une étude récente publiée dans le bioRxiv* serveur de préimpression, les chercheurs ont étudié si l’immunité contre les protéines saisonnières de pointe (S) du coronavirus humain (CoV) de HKU1, OC43, NL63 ou 229E pouvait protéger contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). in vitro. Ils ont également étudié l’impact des niveaux immunitaires préexistants contre le CoV S saisonnier sur la protection immunitaire conférée par les vaccins contre le coronavirus à acide ribonucléique messager (ARNm) 2019 (COVID-19).

Étude : L'immunité aux protéines saisonnières de pointe de coronavirus ne se protège pas contre le défi SARS-CoV-2 dans un modèle de souris, mais n'a pas un effet néfaste sur la protection médiée par la vaccination de l'ARNm COVID-19.  Crédit d'image : JIMMOYHT/Shutterstock
Étude : L’immunité aux protéines saisonnières de pointe de coronavirus ne se protège pas contre le défi SARS-CoV-2 dans un modèle de souris, mais n’a pas un effet néfaste sur la protection médiée par la vaccination de l’ARNm COVID-19. Crédit d’image : JIMMOYHT/Shutterstock

Arrière plan

Les CoV saisonniers circulent largement chez l’homme depuis plusieurs années. Avec l’âge, la probabilité d’expositions virales et la génération d’une immunité contre eux augmentent. Les chercheurs ont émis l’hypothèse que l’immunité anti-CoV saisonnière pourrait partiellement protéger contre le COVID-19 et que les vaccins contre le SRAS-CoV-2 induisent des effets stimulants contre les protéines β-CoV S saisonnières. Cependant, les effets de l’immunité saisonnière contre le CoV sur la sensibilité à l’infection par le SRAS-CoV-2 et les vaccins à ARNm COVID-19 ne sont pas clairs.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué les effets immunoprotecteurs de l’immunité anti-CoV S saisonnière contre le SRAS-CoV-2 qui cause le COVID-19 chez la souris et si les niveaux immunitaires préexistants contre les CoV saisonniers affectaient la protection immunitaire conférée par le SRAS. -Vaccins CoV-2.

Des souris ont été vaccinées avec les protéines NL63, 229E, OC43, HKU1 et SARS-CoV-2 S dans des régimes d’amorçage et de rappel. A titre de comparaison, des souris témoins ont reçu des vaccins contre l’antigène HA (hémagglutinine) du virus qui cause la grippe. Après 28 jours de vaccinations de rappel, les réponses immunitaires chez les animaux ont été mesurées par des dosages immuno-enzymatiques (ELISA).

Lire aussi  Réponses immunitaires induites par la vaccination et/ou l'infection naturelle contre les sous-variants du SARS-CoV-2 Omicron

De plus, les sérums de souris ont été évalués par des dosages de rapporteur ADCC (Antibody Dependent Cellular Cytotoxicity). Après 21 jours de vaccinations de rappel, les souris ont été transduites par voie intranasale avec hACE2 (enzyme de conversion de l’angiotensine humaine 2) exprimant un adénovirus non réplicatif, suivie d’une provocation avec la souche de type sauvage (wt) du SRAS-Washington-1.CoV-2 après cinq jours.

Les souris ont été sacrifiées après trois jours et cinq jours de SRAS-CoV-2 pour obtenir leurs tissus pulmonaires pour la quantification de la charge virale par des tests de plaque classiques, et leurs titres d’anticorps ont été déterminés. De plus, les souris ont été vaccinées 21 jours après le rappel avec un vaccin à ARNm modifié par un nucléoside formulé avec des LNP (nanoparticules lipidiques) codées par le SRAS-CoV-2S codant pour le SRAS-CoV-2S. contrôle non vacciné à des fins de comparaison. évaluation. Des cellules Vero E6 ont été utilisées pour des expériences de culture cellulaire et des essais de neutralisation ont été effectués.

Résultats

Le CoV S saisonnier a induit des réponses immunitaires robustes et spécifiques chez les animaux avec une réactivité croisée alpha-CoV et bêta-CoV considérable. L’immunité saisonnière préexistante au CoV S a fourni une protection immunitaire négligeable contre le SRAS-CoV-2, mais n’a montré aucun effet négatif sur l’immunité anti-SRAS-CoV-2 induite par la vaccination.

Les sérums de souris vaccinées contre le 229E S ont fortement réagi avec le 229E S, tandis que l’activité contre le NL63 S était diminuée et aucune activité n’a été observée parmi les trois bêta-CoV S. Le NL63 S semblait être légèrement moins immunogène et a généré des titres comparables indiquant une forte activité contre le Homologue S, moins de réactivité au 229E S et un peu, mais moins de réactivité au β-CoV S.

Lire aussi  Quelle est la diversité génomique des infections à SARS-CoV-2 dans les ménages ?

La vaccination avec OC43 a induit une forte activité anti-OC43 S, une activité plus faible pour HKU-1 S et SARS-CoV-2, et une activité négligeable pour α-CoV. La vaccination avec HKU1 S a conduit à une forte activité pour l’homologue S et à des titres plus faibles pour SARS-CoV-2 S et OC43. La vaccination avec le SARS-CoV-2 S a induit une réactivité élevée pour l’homologue S avec peu de réactivité croisée pour HKU-1 et OC43 mais pas de réactivité pour l’α-CoV S. Les souris vaccinées avec le SARS-CoV-2 S étaient les seuls animaux qui ont montré protection contre la provocation virale.

Des niveaux élevés de SARS-CoV-2 S ont été observés parmi tous les animaux vaccinés avec le coronavirus saisonnier S à des niveaux comparables aux témoins. Aucune souris n’a montré de maladie manifeste après la provocation, et les titres sérologiques anti-SARS-CoV-2 S parmi tous les animaux vaccinés contre le coronavirus S saisonnier ont été significativement élevés avec une élévation similaire chez les témoins.

Les titres des souris vaccinées contre le SRAS-CoV-2 S n’ont montré aucune augmentation après l’infection, indiquant des réponses immunitaires stérilisantes, et une augmentation négligeable du CoV S saisonnier a été observée. La vaccination a conduit à des titres élevés d’anticorps neutralisants et de liaison contre les protéines SARS-CoV-2 S parmi tous les groupes, avec les titres les plus élevés parmi les animaux vaccinés contre le SARS-CoV-2 S et les titres les plus faibles parmi les animaux vaccinés avec HA ou CoV saisonnier. S

La similarité des titres entre les souris vaccinées avec les protéines saisonnières du coronavirus S et les antigènes HA du virus de la grippe n’a pas indiqué d’effets néfastes sur les réponses immunitaires aux vaccins SARS-CoV-2 mRNA-LNP. Aucun organisme viral n’a été détecté chez les souris immunisées avec l’ARNm-LNP le troisième ou le cinquième jour après la provocation ; cependant, des titres accrus ont été observés chez des souris complètement naïves. Les découvertes ont indiqué qu’une fraction des souris vaccinées avec SARS-CoV-2 S étaient en activité contre les protéines de S exprimées sur la surface de cellules. Cependant, les échantillons de sérum d’animaux vaccinés contre le CoV S saisonnier n’ont pas montré d’activité, sauf chez deux répondeurs HKU1.

Lire aussi  Rapports d'étude sur une nouvelle propriété des anticorps, la cohérence de la chaîne légère

conclusion

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que les protéines S des souris vaccinées avec le CoV S saisonnier ne présentaient aucune protection immunologique supplémentaire par rapport aux témoins contre le SRAS-CoV-2. Un effet post-booster négligeable contre l’infection post-SARS-CoV-2 β-CoV S a été observé ; cependant, aucun effet antigénique original négatif semblable à un péché n’a été observé dans les réponses immunitaires induites par la vaccination par l’ARNm du SRAS-CoV-2 chez les souris présentant une immunité anti-CoV S saisonnière préexistante.

*Nouvelles importantes

bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Amanat, F. et al. (2022) « L’immunité aux protéines de pointe du coronavirus saisonnier ne protège pas contre la provocation par le SRAS-CoV-2 dans un modèle de souris, mais n’a pas d’effet délétère sur la protection médiée par la vaccination avec l’ARNm du COVID-19 ». bioRxiv. est ce que je: 10.1101/2022.10.25.513804.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *