Neha Mathur

Des preuves à jour suggèrent que les masques peuvent être associés à un risque réduit d’infection par le SRAS-CoV-2.

Dans une récente revue rapide publiée dans le Annales de médecine interne Journal, les chercheurs ont présenté des preuves in vivo à jour de l’efficacité des masques dans la prévention de l’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) dans les établissements de santé et communautaires.

Ils ont synthétisé les preuves séparément pour les deux contextes et à partir d’essais contrôlés randomisés (ECR) et d’études observationnelles.

Étude : mise à jour majeure : masques pour la prévention du SRAS-CoV-2 dans les établissements de santé et communautaires : mise à jour finale d'un examen rapide en direct.  Crédit d'image : Vague parfaite / Shutterstock.comÉtude: Mise à jour importante : masques pour la prévention du SRAS-CoV-2 dans les établissements de santé et communautaires : mise à jour finale d’un examen rapide en direct. Crédit d’image : Vague parfaite / Shutterstock.com

Arrière-plan

Les masques sont des dispositifs de protection respiratoire qui réduisent le risque de contracter la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19, une maladie mortelle et infectieuse causée par le SRAS-CoV-2), dans différents contextes, par exemple, à la maison, à l’extérieur, en milieu communautaire et les lieux de travail tels que les bureaux et les hôpitaux où les niveaux d’exposition virale varient considérablement.

D’autres facteurs qui affectent l’efficacité du masquage comprennent les variantes virales circulantes et leurs niveaux de transmission, le niveau d’immunité d’un individu et le comportement, par exemple, le respect des mesures de contrôle des infections.

Cependant, il n’est pas clair dans quelle mesure l’utilisation de masques pourrait empêcher le COVID-19 dans différents contextes.

En juin 2020, les auteurs ont publié la première version d’une revue rapide sur l’utilisation du masque et son association avec le risque de SRAS-CoV-2 et d’autres infections respiratoires comme la grippe.

Ils ont ensuite publié huit autres mises à jour démontrant un lien entre l’utilisation du masque et une diminution du risque d’infection par le SRAS-CoV-2 dans les milieux communautaires sur la base de preuves de force modérée recueillies à partir de deux ECR et de 10 études observationnelles.

À propos de l’étude

Dans cette étude, les chercheurs se sont concentrés sur la récupération des preuves (données) les plus récentes sur l’utilité de trois types de masques, à savoir les respirateurs N95, les masques chirurgicaux et les masques en tissu, qui varient en termes d’ajustement, d’efficacité de filtration et de niveau de liquide. résistance dans la prévention de l’infection par le SRAS-CoV-2 dans différents contextes sur la base de trois ECR et de 21 études observationnelles.

Lire aussi  Les hôpitaux sont invités à adopter de nouvelles stratégies de prévention du SARM

Ils ont récupéré ces ECR et études de PubMed, MEDLINE, Elsevier EMBASE et medRxiv grâce à une recherche approfondie, que l’équipe a menée entre le 3 juin 2022 et le 2 janvier 2023.

De plus, les chercheurs ont utilisé un protocole mis à jour pour cette étude. Par conséquent, ils se sont appuyés sur des études se concentrant uniquement sur l’auto-déclaration pour le diagnostic de l’infection par le SRAS-CoV-2 et sur des études non évaluées par des pairs.

En outre, ils ont supprimé les questions sur la grippe ou les maladies pseudo-grippales, le SRAS-CoV-1 et les infections à coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

En outre, ils ont utilisé des méthodes d’examen systématique standard, y compris un double examen des résumés. Globalement, dans cette étude, les chercheurs se sont concentrés sur deux questions clés, à savoir :

i) Quelle est l’efficacité et l’efficacité comparative des respirateurs (masques N95 ou similaires), des chiffons et des masques faciaux (chirurgicaux) pour prévenir l’infection par le SRAS-CoV-2 dans les environnements à haut risque et non à haut risque ?

ii) L’extension ou la réutilisation des respirateurs N95 prévient-elle l’infection par le SRAS-CoV-2 ?

Les résultats de l’étude couvraient l’infection par le SRAS-CoV-2 et les risques associés, tels qu’évalués par des tests de laboratoire. Enfin, l’équipe a mis à jour une carte des preuves décrivant la force des preuves (élevée, modérée, faible ou peu claire en raison de preuves inadéquates) et la direction de l’effet pour chaque comparaison de masque dans les deux contextes.

Lire aussi  Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles approches pour le traitement des maladies respiratoires chroniques.

Résultats

Semblable aux mises à jour précédentes, les auteurs ont trouvé des preuves de force faible à modérée pour les milieux communautaires dans les ECR, suggérant que l’utilisation du masque était corrélée à une réduction de 10% du risque d’infection par le SRAS-CoV-2 à 18% par rapport au non-port un masque.

Il pourrait être important au niveau de la population, compte tenu des effets cumulatifs du masquage au fil du temps.

Un seul ECR a rapporté des estimations imprécises sans considérer les masques comme une source de contrôle des infections. Deux autres ECR qui variaient en termes d’interventions et de contextes ont révélé que les interventions visant à augmenter l’utilisation du masque réduisaient le risque d’infection par le SRAS-CoV-2.

Des études observationnelles ont systématiquement révélé que le masquage était associé à un risque réduit d’infection par le SRAS-CoV-2 par rapport à l’absence de masquage dans les milieux communautaires.

La force des preuves pour les masques chirurgicaux par rapport aux masques en tissu, plus de masquage par rapport à moins de masquage et le masquage constant est restée inadéquate.

Dans les établissements de santé, un récent ECR a révélé que les effets des masques chirurgicaux n’étaient pas inférieurs aux respirateurs N95 pour les soins quotidiens aux patients, mais la force des preuves était faible. Aussi, cette analyse a été post-hoc et sur la base des expositions virales autodéclarées.

Leurs résultats n’ont pas changé même après stratification des patients en fonction de la présence d’expositions non professionnelles. De plus, cet ECR a été mené dans quatre pays, à savoir l’Égypte, le Pakistan, le Canada et Israël, qui variaient en termes de couverture vaccinale et de séroprévalence de la COVID-19, pour n’en nommer que quelques-uns.

En raison de leurs limites et de leurs incohérences méthodologiques, toutes les études observationnelles incluses ont fourni des preuves insuffisantes de l’utilité des N95 par rapport aux masques chirurgicaux dans les établissements de santé et du risque de COVID-19.

Lire aussi  Réponses immunitaires induites par la vaccination et/ou l'infection naturelle contre les sous-variants du SARS-CoV-2 Omicron

En particulier, alors que les études observationnelles évaluaient principalement les résultats associés à l’utilisation réelle du masque, les ECR évaluaient toutes les interventions qui favorisaient une utilisation accrue du masque.

Par conséquent, un nouvel ECR comparant les types de masques dans les établissements de santé a incité les chercheurs à publier cette mise à jour.

Enfin, les chercheurs ont trouvé des preuves limitées des méfaits du masquage. Un seul nouvel ECR a démontré que l’utilisation du N95 augmentait le risque de dommages liés au masque par rapport aux masques chirurgicaux. Cependant, ils n’ont pas observé d’événements graves dus à l’utilisation de N95.

conclusion

Cette dernière mise à jour différait des revues systématiques précédentes sur les masques faciaux en ce qu’elle se concentrait uniquement sur l’infection par le SRAS-CoV-2 et incluait un nouvel ECR. En outre, ils ont modifié de manière prospective le protocole d’étude pour se concentrer sur des études de meilleure qualité et des preuves plus pertinentes.

Bien que la base de preuves et le processus d’examen aient des limites, l’exclusion de certaines études précédemment incluses n’a pas affecté les résultats actuels.

De futures études avec une puissance statistique suffisante pour des analyses primaires et stratifiées pourraient clarifier l’efficacité comparative des masques dans la prévention de l’infection par le SRAS-CoV-2.

De plus, ils doivent utiliser des méthodes appropriées pour décrire les principales caractéristiques des masques, leurs inconvénients, leurs avantages et leur adhérence.

En conclusion, cette mise à jour a montré que les masques chirurgicaux et les respirateurs N95 réduisent de la même manière le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 dans les établissements de santé, et l’utilité des respirateurs N95 ne doit pas être négligée.

Référence magazine :
  • C Roger et D Tracy., (2023) ‘Mise à jour majeure : masques pour la prévention du SRAS-CoV-2 dans les établissements de santé et communautaires : mise à jour finale d’un examen rapide en direct’., Annales de médecine interne., faire: 10.7326/M23-0570.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *