Tarun Sai Lomté

Larga COVID, une nouvelle entité clinique en constante évolution

une récente Journal de microbiologie, immunologie et infections L’étude traite de l’épidémiologie, du diagnostic, de la pathogenèse et du traitement de la maladie à coronavirus prolongée 2019 (COVID-19).

Étude : COVID prolongé : une séquelle inévitable de l'infection par le SRAS-CoV-2.  Crédit d'image : fizkes/Shutterstock.com

Étudier: Long COVID: une suite inévitable de l’infection par le SRAS-CoV-2. Crédit d’image : fizkes/Shutterstock.com

Qu’est-ce que le long COVID ?

Le COVID-19 se manifeste par une maladie bénigne ou asymptomatique chez la plupart des patients ; cependant, certains patients développent une maladie grave ou un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), même après avoir reçu des traitements antiviraux et/ou des vaccinations. Même après la guérison d’un COVID-19 sévère, certains patients ont signalé des symptômes persistants qui ont été collectivement appelés COVID prolongés, post-COVID-19 ou séquelles post-aiguës de COVID-19 (PASC).

Le COVID prolongé peut être défini de plusieurs façons, comme la présence de symptômes qui ont persisté plus de trois semaines après l’apparition des premiers symptômes ou le développement de symptômes inexpliqués par un autre diagnostic qui dure plus de quatre semaines. La présente étude donne un aperçu de la compréhension actuelle du long COVID.

Épidémiologie et facteurs de risque de COVID prolongé

Une méta-analyse de 50 études a estimé que la prévalence mondiale de la COVID prolongée à 28 jours ou plus est de 43 %. L’Asie avait la prévalence la plus élevée avec 51%, suivie de l’Europe et de l’Amérique.

Une autre méta-analyse a rapporté que plus de 63 % et 71 % des patients présentaient au moins un symptôme post-COVID-19 après 30 et 60 jours après le début/l’hospitalisation, respectivement. Une étude a révélé que la prévalence du COVID à long terme chez les enfants et les adolescents était de 25,24 %, tandis que le taux de COVID à long terme était de 29,19 % pour les patients hospitalisés.

Lire aussi  Big Pharma s'est donné beaucoup de mal pour réprimer les négociations sur les prix des médicaments

De plus, une étude italienne a révélé que la prévalence à long terme du COVID chez les travailleurs de la santé variait tout au long des vagues de la pandémie de COVID-19. Une étude menée aux États-Unis sur des anciens combattants a indiqué que les infections par percée vaccinale présentaient un risque élevé de séquelles post-aiguës, notamment des troubles gastro-intestinaux, cardiovasculaires, de santé mentale, neurologiques et hématologiques. Une autre étude rétrospective a identifié l’âge et la maladie grave comme des facteurs associés à un risque accru d’éprouver au moins trois symptômes à un an de suivi.

Manifestations cliniques et mécanismes du COVID prolongé

Le COVID à long terme peut affecter plusieurs organes, et une étude a conclu que les symptômes respiratoires, cardiovasculaires et neuropsychologiques étaient plus fréquemment signalés chez les survivants du COVID-19. De nombreuses études ont identifié la fatigue comme le symptôme systémique le plus répandu. Les changements d’humeur sont le plus souvent signalés chez les enfants et les jeunes adultes.

L’essoufflement, la polypnée post-activité, la dyspnée, l’oppression thoracique, la respiration douloureuse, la toux et la polypnée sont des symptômes respiratoires courants d’un COVID prolongé. Les manifestations neurologiques courantes comprennent la confusion mentale, les troubles de la mémoire, la paresthésie, la dysnomie, les vertiges, les maux de tête, la courte durée d’attention, la bradykinésie, l’anhédonie et l’anxiété.

De plus, des symptômes psychosociaux tels que la dépression, l’anxiété, la psychose, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et les troubles du comportement ont également été signalés. Une méta-analyse a observé de l’anxiété et de la dépression chez 22% et 23% des patients atteints de COVID à long terme, respectivement. Les pertes/plaintes de mémoire, les oublis et les difficultés de concentration et de sommeil étaient également courants dans cette étude.

Lire aussi  Les scientifiques de l'UM donnent des conseils sur la façon dont les enseignants peuvent protéger les salles de classe du COVID-19

Une étude a révélé des niveaux élevés d’interleukine 2 (IL-2) et d’IL-17, ainsi que des niveaux réduits d’IL-4, IL-6 et IL-10, chez les patients atteints de COVID prolongé par rapport à ceux sans séquelles. Plusieurs biomarqueurs se sont avérés associés à des séquelles neurologiques, notamment l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), l’IL-17, la protéase transmembranaire sérine 2 (TMPRSS2), la zonuline et l’interféron (IFN)-γ. .

Les mécanismes explicites du long COVID restent mal définis compte tenu de sa nouveauté. Cependant, plusieurs mécanismes ont été théorisés, y compris les dommages aux organes exprimant l’ACE2 par le SRAS-CoV-2, l’inflammation due à la résolution post-infection du réservoir viral persistant, les réponses de l’hôte telles que la surproduction de cytokines, l’auto-immunité et la résolution retardée de l’inflammation qui affecte le milieu homéostatique du ou des organes, entre autres.

Vaccinations, diagnostic et traitement éventuel

Une étude prospective cas-témoins a rapporté que les personnes étaient moins susceptibles de signaler des symptômes persistants après avoir reçu une deuxième dose de vaccin COVID-19 que les personnes non vaccinées. Une étude de cohorte observationnelle italienne a observé que la vaccination avec le BNT162b2 était associée à une prévalence plus faible de COVID à long terme qui diminuait avec le nombre de doses de vaccin administrées.

Les critères de diagnostic appropriés pour une COVID prolongée ne sont pas clairs, car la maladie peut se manifester par des symptômes non spécifiques et impliquer plusieurs systèmes d’organes. Cependant, le diagnostic doit être guidé par l’histoire du patient, l’examen physique et les manifestations cliniques. L’état fonctionnel et la qualité de vie peuvent être évalués à l’aide d’une échelle d’état fonctionnel post-COVID-19 et d’un système de rapport de mesure des résultats rapporté par le patient.

Lire aussi  Les systèmes de santé semblent mal équipés pour gérer la co-circulation élevée de la grippe et du SRAS-CoV-2 au cours de l'année à venir

L’évaluation cognitive de Montréal, Compass 31, le mini examen de l’état mental et l’inventaire du système neurocomportemental peuvent être utilisés pour évaluer les conditions neurologiques. Les électrocardiogrammes, les échocardiogrammes, les tests de la fonction pulmonaire ou les radiographies pulmonaires peuvent être utiles pour les nouveaux problèmes cardiaques ou respiratoires.

La prise en charge prolongée de la COVID justifie une évaluation multidisciplinaire qui se concentre sur la gestion des symptômes spécifiques et le soutien à la réadaptation. L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est également une modalité thérapeutique potentielle.

Plusieurs essais étudient actuellement les effets de la physiothérapie, de la réadaptation physique, de la neuroréadaptation et des interventions cognitives. Ces études pourraient fournir des preuves plus concluantes à l’avenir.

remarques finales

Le nombre de cas de COVID prolongés peut augmenter à mesure que le nombre de cas de COVID-19 continue d’augmenter dans le monde. Sur la base des informations actuellement disponibles, tous les patients atteints de COVID-19 pourraient développer une COVID prolongée, bien que les patients sévères soient plus à risque.

De plus, le COVID à long terme pourrait présenter des manifestations cliniques hétérogènes, et la vaccination peut être le seul moyen de prévenir le COVID à long terme. De futures études utilisant une définition établie et des critères de diagnostic sont nécessaires pour obtenir plus d’informations sur le COVID prolongé.

Référence magazine :
  • Lai, CC, Hsu, CK, Yen, MI, et autres. (2022). Long COVID: une suite inévitable de l’infection par le SRAS-CoV-2. Journal de microbiologie, immunologie et infections. doi:10.1016/j.jmii.2022.10.003

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *