Tarun Sai Lomté

Existe-t-il une association entre l’activité physique, la sédentarité et le sommeil avec le bien-être chez les personnes âgées ?

Une étude récente publiée dans le Journal d’activité, de sédentarité et de sommeil décrit les comportements 24 heures sur 24 et leur relation avec le bien-être mental chez les personnes âgées.

Étude : Être bien ou ne pas être bien : Associations composites de l'activité physique, du comportement sédentaire et du sommeil avec le bien-être mental chez les adultes flamands âgés de 55 ans et plus.  Crédit d'image : Kzenon/Shutterstock.comÉtude: Être bien ou ne pas être bien : associations compositionnelles de l’activité physique, du comportement sédentaire et du sommeil avec le bien-être mental chez les adultes flamands de plus de 55 ans. Crédit d’image : Kzenon/Shutterstock.com

Arrière-plan

Le vieillissement est généralement associé à un déclin des fonctions physiques/cognitives et à une augmentation de la prévalence des troubles chroniques.

L’espérance de vie est passée de 74 à 78 ans pour les hommes et de 81 à 84 ans pour les femmes au cours des deux dernières décennies en Europe, seules quelques-unes de ces années excédentaires étant passées en bonne santé. Ainsi, l’espérance de vie en bonne santé est de 63,5 ans pour les hommes et de 64,5 ans pour les femmes en Europe.

L’espérance de vie en bonne santé ne prend pas en compte le bien-être, l’état positif vécu par les personnes/sociétés. Le bien-être est une ressource de la vie quotidienne au même titre que la santé et est déterminé par des facteurs économiques, sociaux et environnementaux.

La relation entre le bien-être et l’âge est généralement en forme de U, ce qui signifie que les niveaux de bien-être les plus bas se produisent à l’âge moyen, augmentant avec l’âge, même si la santé se détériore.

Une revue systématique a conclu qu’une activité physique accrue chez les personnes âgées se traduit par un meilleur bien-être. Des études antérieures sur les comportements 24 heures sur 24 et la santé mentale chez les populations âgées se concentraient principalement sur l’anxiété et la dépression, avec seulement quelques études évaluant les schémas 24 heures sur 24 et le bien-être mental, qui, cependant, rapportent des résultats contradictoires.

Lire aussi  Une étude trouve une nouvelle façon de prédire la réponse au traitement dans le carcinome à cellules rénales métastatique

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué le comportement sédentaire (SB), le sommeil et l’activité physique (AP) sur 24 h et s’ils étaient associés au bien-être mental.

Des données transversales ont été recueillies auprès des résidents de la communauté âgés de 55 ans ou plus entre juillet 2018 et juillet 2019. Les données démographiques ont été recueillies à l’aide d’un questionnaire auto-administré.

Les participants ont indiqué s’ils souffraient de cancer, de diabète, d’arthrite, d’affections cardiovasculaires, métaboliques, respiratoires, psychiatriques/cognitives ou d’autres affections. L’échelle de bien-être mental Warwick-Edinburgh (WEMWBS) à 14 items a été utilisée pour évaluer le bien-être mental.

Le SB, le temps total de sommeil (TST) et l’intensité lumineuse (LPA) ou l’intensité modérée à vigoureuse (MVPA) ont été calculés par accélérométrie à l’aide d’un appareil au poignet.

Les sujets ont été invités à porter l’appareil pendant six jours et cinq nuits consécutifs, et les données ont été traitées à l’aide d’algorithmes établis. Les participants avec un minimum de quatre jours d’au moins 10 heures d’utilisation éveillée ont été inclus pour l’analyse. La régression linéaire a examiné les associations entre le bien-être mental et le SB, l’APL, l’APMV et le TST.

Lire aussi  Une nouvelle stratégie basée sur la nanotechnologie pourrait permettre un traitement sûr et à long terme des maladies auto-immunes

De plus, des substitutions isotemporelles compositionnelles ont été effectuées pour examiner les associations entre les réaffectations de temps (d’un comportement à un autre) et le bien-être. Les chercheurs se sont concentrés principalement sur les réaffectations de 30 minutes du LPA au MVPA et du SB au LPA, au MVPA ou au temps de sommeil. Ils ont également exploré d’autres réaffectations potentielles de cinq à 60 minutes en intervalles de cinq minutes.

recommandations

L’étude a inclus 410 participants pour l’analyse, avec un âge moyen de 71,3 ans. La plupart des sujets (95 %) n’étaient plus en activité professionnelle, 71 % étaient des femmes et 77 % étaient mariés ou en concubinage. Environ 54 % des participants ne souffraient pas de maladies chroniques.

Les sujets ont passé près de 5,66 heures à dormir, ce qui équivaut à 23,6 % de leur période de 24 heures. Une grande partie du temps de réveil était sédentaire (57 %), avec moins de temps consacré à l’APL (10,7 %) et à l’APMV (7,8 %).

Les chercheurs n’ont pas observé d’associations significatives entre le bien-être mental et le temps consacré à ces comportements, bien qu’une association positive ait été observée entre l’APL et le bien-être dans des modèles bruts et partiellement ajustés. Cependant, cela n’était pas significatif dans le modèle entièrement ajusté.

Les réaffectations de trente minutes entre les comportements n’étaient pas significativement associées à des changements de bien-être.

La plupart des réaffectations n’avaient pas d’associations significatives avec des changements dans le bien-être. Certaines associations étaient significatives lorsque les réaffectations duraient plus de 30 minutes. Les plus grandes différences statistiquement significatives dans le bien-être étaient d’environ deux points sur le WEMWBS, indiquant un changement relativement faible.

Lire aussi  Utilisation de peptides synthétiques pour le diagnostic de maladies inflammatoires

conclusions

L’étude a évalué les comportements de 24 heures et examiné leurs associations avec le bien-être mental. De plus, les chercheurs ont cherché à savoir si des changements théoriques du bien-être résulteraient d’une réaffectation du temps entre les comportements.

Les résultats n’ont pas révélé d’associations significatives entre les comportements et le bien-être dans le modèle entièrement ajusté. De plus, aucune association significative n’a été observée entre le bien-être et la réallocation du temps jusqu’à 30 minutes (d’un comportement à un autre).

Bien que des changements significatifs du bien-être aient été observés avec des réaffectations de plus de 30 minutes, ils n’étaient pas cliniquement pertinents.

Référence magazine :
  • Vanderlinden, J. et al. (2023) « Être bien ou ne pas être bien: associations composites d’activité physique, de comportement sédentaire et de sommeil avec le bien-être mental chez les adultes flamands âgés de 55 ans et plus », Journal d’activité, de sédentarité et de sommeil2(1). faire: 10.1186/s44167-023-00019-3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *