Dr Priyom Bose, Ph.D.

Les vaccins COVID-19 peuvent-ils provoquer une fausse couche chez les femmes enceintes ?

Les deux dernières années ont vu le début de campagnes de vaccination de masse contre le coronavirus-2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) pour contenir la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Cependant, le développement rapide et l’approbation d’utilisation d’urgence (EUA) du vaccin COVID-19 ont soulevé des inquiétudes quant à son efficacité, sa sécurité et ses conséquences à long terme. En particulier, les femmes enceintes ou celles qui planifient une grossesse hésitent à se faire vacciner.

Étude : Le risque de fausse couche après la vaccination contre la COVID-19 : une revue systématique et une méta-analyse.  Crédit d'image : Blue Planet Studio/ShutterstockÉtude : Le risque de fausse couche après la vaccination contre la COVID-19 : une revue systématique et une méta-analyse. Crédit d’image : Blue Planet Studio/Shutterstock

Arrière-plan

Dans un premier temps, les femmes enceintes étaient exclues des études cliniques destinées à tester l’efficacité des vaccins contre le COVID-19. Par conséquent, peu de preuves étaient disponibles sur l’innocuité des vaccins pendant la grossesse. Actuellement, la plupart des responsables de la santé ont signalé que la vaccination contre le COVID-19 est sans danger pour les femmes enceintes. Cette observation est basée sur le risque réduit de mauvais résultats de grossesse chez les femmes vaccinées contre le COVID-19 par rapport aux femmes enceintes non vaccinées.

Certaines études ont indiqué les risques potentiels de réactivité croisée des anticorps de la protéine de pointe (S) du SRAS-CoV-2 après vaccination avec l’ARNm et la protéine syncytine-1 humaine dans le tissu du trophoblaste, causant potentiellement des dommages au placenta. De plus, les anticorps autoréactifs contre la syncytine-1 pourraient entraîner une fausse couche prématurée. Cependant, la caractérisation détaillée de la structure de la protéine S et le séquençage des acides aminés ont révélé une homologie négligeable entre les anticorps anti-protéine S générés après la vaccination et la syncytine-1, indiquant l’innocuité du vaccin COVID-19.

Lire aussi  Une étude explore les voies pratiques vers la maternité chez les femmes atteintes d'un cancer du poumon à cause d'un oncogène

À propos de l’étude

Les scientifiques ont récemment examiné la littérature existante pour évaluer les taux de fausses couches et de naissances vivantes chez les femmes enceintes vaccinées contre le COVID-19. Ce correctif est disponible sur le reproduction humaine agenda.

Cette étude a obtenu toutes les données pertinentes jusqu’en juin 2022 de MEDLINE, Cochrane CENTRAL et EMBASE. Les auteurs ont pris en compte toutes les études liées aux fausses couches, aux naissances vivantes et aux grossesses en cours chez les femmes qui ont reçu des vaccins COVID-19. Les études animales et celles rapportant des résultats non cliniques chez les participants humains ont été exclues.

Un total de 505 citations pertinentes ont été prises en compte, y compris des essais contrôlés randomisés (ECR) et des études observationnelles. Cependant, 21 études répondant à tous les critères ont été sélectionnées.

En combinant toutes les études, les issues de grossesse ont été étudiées chez 149 685 femmes. Les participants ont reçu l’un des six vaccins COVID-19 fabriqués par Pfizer-BioNTech (ARNm BNT162b2), Moderna (ARNm-1273), Janssen (Ad26.COV2.S), AstraZeneca (ChAdOx1 nCoV184 19), Sinopharm (BBIBP-CorV) et Sinovac (CoronaVac). En général, les études considérées dans cette revue présentaient un risque de biais faible à modéré.

Résultats de l’étude

Le taux moyen de fausses couches chez les femmes enceintes qui ont reçu un vaccin COVID-19 était de 9 %. Le risque de fausse couche parmi le groupe vacciné COVID-19, par rapport au groupe non vacciné, n’a pas montré de différence significative dans le taux de fausse couche entre les deux groupes. De plus, les deux groupes avaient des taux similaires de grossesse en cours ou de naissance vivante.

Lire aussi  Le stress élevé pendant la pandémie de COVID-19 modifie le placenta chez les femmes enceintes

limites

L’hétérogénéité des plans d’étude et des caractéristiques des patients, ainsi que le risque de biais, ont limité la généralisabilité de la méta-analyse actuelle. Il souligne également la nécessité d’une recherche de meilleure qualité impliquant les femmes enceintes à l’avenir. La plupart des études ont exécuté des protocoles sous-optimaux, ce qui a donné des résultats mitigés. Cette analyse restreinte de preuves de haute qualité. Des données de faible qualité ont également réduit la certitude des estimations regroupées, en particulier pour les issues de grossesse. L’incidence des mortinaissances et des grossesses extra-utérines n’a été rapportée dans aucune des études considérées.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer aux taux globaux de fausses couches pendant la pandémie, notamment le mode de conception, l’origine ethnique et l’accès aux services de maternité pendant la période de confinement. La plupart des études étaient liées à l’évaluation à court terme de l’innocuité du vaccin COVID-19. Ces études ne fournissent pas d’informations sur les résultats à long terme de la grossesse.

Conclusions et perspectives d’avenir

Aucun risque élevé apparent de fausse couche n’a été observé chez les femmes enceintes qui ont reçu le vaccin COVID-19. Ce taux était cohérent avec le taux de fausses couches dans la population générale avant la pandémie de COVID-19. Cependant, la certitude de cette observation est faible en raison de la présence d’incohérences dans les données.

À l’avenir, l’innocuité et l’efficacité à court et à long terme de tous les vaccins contre la COVID-19 chez les femmes enceintes et leurs enfants doivent être évaluées. De plus, de grandes études de cohorte prospectives avec des témoins appariés, ainsi que des études épidémiologiques et translationnelles, devraient être menées pour analyser l’efficacité et l’innocuité de différents calendriers de vaccination contre le COVID-19, ce qui contribuera à réduire les issues maternelles et néonatales indésirables. .

Lire aussi  Des chercheurs développent une méthode pour fabriquer un "mini-cœur" à l'aide de cellules souches pluripotentes

Les auteurs ont recommandé que les études futures suivent un système de notification standardisé pour les principaux résultats, c’est-à-dire les fausses couches, la fertilité et la grossesse. Cela réduira considérablement les déchets de recherche.

Référence magazine :
  • Rimmer, PM et al. (2023).Le risque de fausse couche après la vaccination contre la COVID-19 : une revue systématique et une méta-analyse, reproduction humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *