La pénurie de personnel de santé est fortement associée à des taux de mortalité plus élevés

Selon une analyse de 172 pays et territoires. , publié aujourd’hui par le BMJ.

Les résultats montrent que si les inégalités au sein du personnel de santé ont diminué à l’échelle mondiale au cours des 30 dernières années, elles continuent d’avoir un impact substantiel sur les taux de mortalité dans le monde, et les chercheurs affirment qu’une action ciblée est nécessaire pour stimuler le personnel de santé dans ces domaines prioritaires.

Le terme ressources humaines pour la santé (RHS) fait référence à une variété de professions, y compris les médecins, les infirmières, les sages-femmes, les dentistes et d’autres professions connexes et fonctions de soutien conçues pour promouvoir ou améliorer la santé.

Cette main-d’œuvre est essentielle pour atteindre l’objectif de couverture sanitaire universelle d’ici 2030.

Bien que plusieurs études aient analysé la relation entre la densité RHS et les décès, il existe peu d’études sur les inégalités dans les types totaux et spécifiques de RHS et les relations avec les causes spécifiques de décès dans une perspective globale.

Pour résoudre ce problème, les chercheurs ont utilisé les données de l’étude Global Burden of Disease Study 2019, des statistiques des Nations Unies et de Our World in Data pour mesurer les associations entre les RHS et les décès toutes causes confondues et spécifiques dans 172 pays et territoires représentant la plupart des États membres de l’OMS. . Ils ont également exploré les inégalités dans l’ERS de 1990 à 2019.

À l’échelle mondiale, le nombre total de personnels de santé pour 10 000 habitants est passé de 56 en 1990 à 142,5 en 2019.

Lire aussi  Des mortinaissances et des naissances prématurées significativement plus faibles chez les femmes vaccinées contre le COVID

En 2019, l’effectif total du personnel de santé était inégalement réparti et plus concentré entre les pays et territoires classés en tête de l’indice de développement humain (une mesure récapitulative de l’éducation, de la santé et du revenu).

Par exemple, la Suède avait le plus grand accès aux RHS par habitant (696,1 pour 10 000 habitants), tandis que l’Éthiopie et la Guinée avaient moins d’un neuvième du niveau mondial de RHS, avec respectivement 13,9 et 15,1 travailleurs pour 10 000 habitants.

Le taux de mortalité normalisé selon l’âge, toutes causes confondues, est passé de 995,5 pour 100 000 habitants en 1990 à 743,8 pour 100 000 en 2019. Et pour la plupart des 21 causes spécifiques de décès analysées, le nombre de décès pour 100 000 habitants a diminué de 1990 à 2019, sauf ceux dus à des troubles neurologiques et mentaux, à des maladies de la peau et à des troubles musculaires et osseux.

Le taux de mortalité dû au VIH/sida et aux infections sexuellement transmissibles est passé de 2 pour 100 000 habitants en 1990 à 3,6 pour 100 000 habitants en 2000, mais a ensuite régulièrement diminué pour atteindre 3,4 pour 100 000 habitants en 2019.

Le risque de décès dû aux infections intestinales, aux maladies tropicales négligées et au paludisme, au diabète et aux maladies rénales, et aux troubles de la grossesse et de l’accouchement était plus prononcé (entre 2 et 5,5 fois plus élevé) dans les pays et territoires où la densité des agents de santé était faible ou minime que dans ceux qui ont une densité plus élevée.

Lire aussi  La vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse protège les bébés de l'infection par le SRAS-CoV-2

Il s’agit d’une étude observationnelle, nous ne pouvons donc pas établir de cause, et les chercheurs notent plusieurs limitations potentielles dans les données qui auraient pu influencer leurs résultats, bien que les associations soient similaires après une analyse plus approfondie, ce qui suggère que les résultats sont solides.

En tant que tels, ils concluent : « Nos résultats mettent en évidence l’importance d’élargir le financement de la santé et d’élaborer des politiques axées sur l’équité pour le personnel de santé afin de réduire les décès liés à une RHS inadéquate. »

Fontaine:

bmj

Référence magazine :

Yan, W. et autres. (2023). Association entre les inégalités de ressources humaines pour la santé et la mortalité toutes causes et par cause dans 172 pays et territoires, 1990-2019 : une étude observationnelle. bmj. doi.org/10.1136/bmj-2022-073043.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *