Les femmes avec un IMC maternel plus élevé ont un allaitement plus court, selon une étude

L’allaitement maternel a des avantages importants pour la santé maternelle et infantile. La recherche a indiqué que les femmes ayant un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé ont des durées d’allaitement plus courtes, mais peu de mécanismes sous-jacents ont été identifiés.

Pour combler cette lacune, une nouvelle étude menée par des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital, membre fondateur du système de soins de santé Mass General Brigham, et des collaborateurs du Boston Children’s Hospital, de la Icahn School of Medicine de Mount Sinai et d’ailleurs, a étudié les facteurs ce qui peut lier un IMC maternel plus élevé à une durée d’allaitement plus courte. Leurs résultats, publiés dans La revue américaine de nutrition cliniquesuggère des stratégies possibles pour aider les personnes susceptibles de rencontrer des difficultés d’allaitement.

Notre étude identifie les facteurs modifiables associés à une durée de lactation plus longue chez les personnes ayant un IMC élevé, y compris l’inflammation systémique et alimentaire. En explorant les facteurs qui pourraient lier un IMC maternel plus élevé à des résultats de lactation plus faibles, nous ouvrons la voie à des essais cliniques pour tester des approches fondées sur des preuves pour soutenir l’allaitement.. »

Sarbattama (Rimi) Sen, auteur principal de l’étude et néonatologiste, Département de pédiatrie, Brigham and Women’s Hospital

Il a été démontré que l’allaitement maternel offre des avantages pour la santé de la mère et de l’enfant, notamment une amélioration de la santé métabolique maternelle, une diminution des taux de cancers maternels, une diminution du risque d’obésité infantile et un soutien au développement neurologique du nourrisson. Comprendre les liens entre l’IMC maternel et l’allaitement pourrait permettre d’identifier de nouvelles stratégies pour aider les gens à atteindre leurs objectifs d’allaitement.

Lire aussi  Le rôle de la myostatine dans la fertilité féminine

Les chercheurs ont analysé les données, y compris les caractéristiques maternelles et infantiles, les habitudes alimentaires et un biomarqueur inflammatoire, recueillies auprès de plus de 5 000 femmes de trois cohortes internationales différentes d’Espagne, de Grèce et des États-Unis, soutenant la généralisabilité des résultats compte tenu des modèles culturels. de l’alimentation et de l’allaitement.

L’équipe a rapporté qu’un IMC maternel plus élevé avant la grossesse était associé à une durée d’allaitement plus courte dans les trois cohortes. Ils ont également identifié trois facteurs qui expliquent en partie cette association : la protéine C-réactive du marqueur inflammatoire maternel, l’inflammation alimentaire maternelle et l’accouchement par césarienne. Le diabète sucré gestationnel (DG) ne s’est pas avéré être un facteur explicatif significatif sous-tendant cette association, ce qui a surpris les auteurs de l’étude, mais pourrait s’expliquer par le nombre relativement faible de pères atteints de DG à l’accouchement dans ces cohortes.

L’étude donne un aperçu de plusieurs cibles potentielles pour améliorer la durée de l’allaitement chez les personnes en surpoids et obèses qui peuvent maintenant être testées dans des essais cliniques. Ces objectifs comprennent la réduction de l’inflammation alimentaire et systémique. Les résultats peuvent également éclairer les essais cliniques et les prestataires qui s’occupent des patientes qui ont récemment accouché.

« L’allaitement maternel a des avantages dépendants de la dose et à vie pour le parent et l’enfant », a déclaré Sen. « Des recherches comme celle-ci aident à identifier des pistes d’interventions qui peuvent soutenir les résultats et l’équité en matière de santé de la population. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *