Dr Priyom Bose, Ph.D.

Les attitudes des femmes avec un nouveau diagnostic de diabète gestationnel envers les changements de mode de vie nécessaires

Les femmes enceintes souffrent souvent d’intolérance au glucose de gravité variable, connue sous le nom de diabète gestationnel (DG). Plusieurs études ont indiqué les résultats maternels et périnataux indésirables associés au DG. Par exemple, les mères atteintes de DG courent un risque élevé de développer un diabète sucré de type 2 (DM2) et le nouveau-né d’être obèse ou de souffrir d’un syndrome métabolique.

Étude : Attitudes des femmes atteintes de diabète gestationnel envers l'alimentation et l'exercice : une étude qualitative.  Crédit d'image : Dragana Gordic/Shutterstock
Étude : Attitudes des femmes atteintes de diabète gestationnel envers l’alimentation et l’exercice : une étude qualitative. Crédit d’image : Dragana Gordic/Shutterstock

Arrière-plan

Deux des mesures de contrôle importantes pour le DG sont l’exercice et une alimentation appropriée. Ces mesures sont extrêmement importantes même pour les femmes qui suivent des hypoglycémiants oraux ou une insulinothérapie. L’exercice avant de tomber enceinte ou au début de la grossesse a des effets préventifs contre le développement du DG. Il est important de noter que l’exercice contrôle également l’index glycémique chez les femmes diagnostiquées avec un diabète gestationnel.

Les cliniciens doivent comprendre le point de vue des femmes pour formuler des stratégies optimales de gestion de la maladie. Ceci est important car les femmes habilitées à gérer leur santé ou à prendre des décisions importantes en matière de soins personnels pourraient influencer le changement de comportement à long terme. Des taux de réussite plus élevés dans la gestion du DG pourraient être atteints si la société et les professionnels de la santé soutenaient les mesures préventives.

Lire aussi  Les bons d'achat aident à arrêter de fumer chez les femmes enceintes

La plupart des chercheurs se sont concentrés sur la façon dont les femmes réagissent à un diagnostic de DG. Ces études ont également porté sur l’humeur et la qualité de vie après le diagnostic. une récente Journal de médecine maternelle-fœtale et néonatale L’étude a évalué les attitudes des femmes nouvellement diagnostiquées avec un diabète gestationnel à l’égard des changements de mode de vie nécessaires, en particulier en ce qui concerne l’alimentation et l’exercice.

À propos de l’étude

Pour la présente étude qualitative, les personnes ayant fréquenté le service Diabète et Grossesse de la Maternité Nationale (NMH) ont été invitées à participer. Environ 800 femmes à Dublin profitent des services du NHM.

Les femmes diagnostiquées avec un DG devaient assister à une séance éducative sur le diagnostic et la prise en charge du DG. Bien que la plupart des femmes gèrent leur DG en modifiant leur mode de vie, principalement par l’alimentation et l’exercice, un petit nombre de personnes (environ 100 par an) ont besoin d’interventions médicales pour maintenir l’euglycémie.

Au total, trente-deux femmes ont participé à l’étude, parmi lesquelles dix-huit ont été interrogées pendant la grossesse (prénatal-AN) et quatorze dans le service post-partum (PN) dans les jours suivant l’accouchement.

Résultats de l’étude

La plupart des femmes de la cohorte de l’étude croyaient que leur alimentation était saine. Cependant, sa définition d’une alimentation saine était une consommation modérée d’une variété d’aliments, y compris des sucreries. Après le diagnostic de DG et la participation à des cours d’éducation sur le mode de vie, les femmes ont pu voir comment elles pouvaient améliorer leur alimentation, notamment en ce qui concerne la portion de nourriture qu’elles mangent. Ils étaient heureux de changer leur régime alimentaire en fonction des informations disponibles et ont constaté une amélioration de leur index glycémique.

Lire aussi  Naissance prématurée liée à un risque élevé d'asthme ou de MPOC à l'âge adulte

Les principaux initiateurs du changement alimentaire étaient le soutien du partenaire et/ou de la famille et le souci du bien-être du fœtus. Les auteurs ont également reconnu certains facteurs qui empêchaient les femmes diagnostiquées avec un diabète gestationnel de suivre un régime alimentaire approprié, notamment le manque de sensibilisation à l’éducation, le temps et l’ignorance. Certaines femmes se sont avérées ignorer les interventions appropriées sur le mode de vie même après avoir été informées de leurs avantages.

Le temps était le principal obstacle à la satisfaction de l’exigence d’exercice pendant la grossesse. Cependant, avant le diagnostic de DG, plusieurs obstacles à l’exercice ont été identifiés, notamment la garde des enfants, les problèmes de gestion du temps et le manque de motivation. Contrairement à un régime alimentaire sain, l’exercice était plus susceptible d’être interrompu à long terme. Bien que certaines femmes considèrent l’exercice comme une « corvée » dans la gestion du diabète gestationnel, celles qui ont constaté des avantages pour la santé physique et mentale de l’exercice régulier étaient de fervents défenseurs de l’exercice régulier.

Après avoir reçu un diagnostic de DG, la majorité des femmes de la cohorte de l’étude ont connu des niveaux accrus de stress et d’anxiété. Ces femmes ont ressenti une variété d’émotions, y compris la colère, le choc et la culpabilité. Deux des conseils importants offerts par les femmes précédemment diagnostiquées avec un diabète gestationnel aux femmes nouvellement diagnostiquées étaient de ne pas se blâmer et de faire des changements réalistes dans le régime alimentaire et l’exercice régulier.

Lire aussi  Un point de discussion du GOP suggère que le contrôle des naissances n'est pas à risque. Les preuves suggèrent le contraire.

Conclusions et perspectives d’avenir

La présente étude révèle les attitudes contrastées des femmes nouvellement diagnostiquées avec GDM envers le régime alimentaire et l’exercice. À l’avenir, davantage de recherches devraient être menées sur la manière de maintenir les changements de mode de vie commencés pendant la grossesse pour contrôler le DG. Ceci est important car une alimentation saine avec une activité physique améliore la santé générale et le bien-être d’un individu avec un risque réduit de développer des maladies chroniques.

Référence magazine :
  • S. Smyth, et al. (2023).Attitudes des femmes atteintes de diabète gestationnel à l’égard de l’alimentation et de l’exercice : une étude qualitative, Journal de médecine maternelle-fœtale et néonatale36(1). est ce que je: 10.1080/14767058.2022.2155045

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *