Livre électronique axé sur l'industrie des diagnostics et de l'automatisation de laboratoire

Étude : Le corps humain peut prédire l’heure des repas réguliers

Le corps humain peut prédire l’heure des repas réguliers, selon une nouvelle étude de l’Université du Surrey. L’équipe de recherche a également découvert que les rythmes quotidiens de glycémie peuvent être déterminés non seulement par le moment des repas, mais également par la taille des repas.

Dans la première étude de ce type, des chercheurs de Surrey, dirigés par le professeur Jonathan Johnston, ont cherché à savoir si le système circadien humain anticipait les repas copieux. Les systèmes/rythmes circadiens sont des changements physiologiques, y compris métaboliques, qui suivent un cycle de 24 heures et sont généralement synchronisés avec des signaux environnementaux, tels que des cycles de lumière et d’obscurité.

Des études antérieures dans ce domaine se sont concentrées sur des animaux témoins et il n’a pas encore été déterminé si la physiologie humaine peut prédire les heures de repas et la disponibilité de la nourriture.

Nous avons souvent faim à la même heure chaque jour, mais la mesure dans laquelle notre biologie peut anticiper les heures de repas est inconnue. Il est possible que les taux métaboliques s’alignent sur les habitudes de repas, et la régularité des repas garantit que nous mangeons à un moment où notre corps est le mieux adapté pour y faire face. »

Jonathan Johnston, professeur de chronobiologie et de physiologie intégrative, Université du Surrey

Pour en savoir plus, 24 participants masculins ont subi une étude en laboratoire de huit jours impliquant des horaires veille-sommeil stricts, une exposition à des cycles lumière-obscurité et une prise alimentaire. Pendant six jours, 12 participants ont mangé de petits repas toutes les heures pendant qu’ils étaient éveillés, et les participants restants ont mangé deux gros repas quotidiens (7,5 et 14,5 heures après le réveil).

Lire aussi  Une étude révèle une relation plus nuancée entre les exigences du travail et une bonne nuit de sommeil

Après six jours, tous les participants ont suivi le même programme alimentaire pendant 37 heures et ont reçu de petits repas toutes les heures selon une procédure connue pour révéler les rythmes circadiens internes. Le glucose a été mesuré toutes les 15 minutes pendant l’étude, et les niveaux de faim ont été mesurés toutes les heures pendant les heures d’éveil les jours deux, quatre et six au début de l’étude, puis toutes les heures pendant les 37 dernières heures.

En analysant les résultats des six premiers jours de l’étude, les chercheurs ont découvert que la concentration de glucose des participants du groupe des petits repas augmentait au réveil et restait élevée tout au long de la journée jusqu’à ce qu’elle diminue après leur dernier repas. Dans le groupe du grand repas, il y avait une augmentation similaire de la concentration de glucose au réveil, cependant, il y avait une diminution progressive avant le premier repas.

Au cours des 37 dernières heures, lorsque les deux groupes ont reçu les mêmes petits repas toutes les heures, tous les participants ont présenté une augmentation initiale de la concentration de glucose au réveil. Cependant, chez ceux qui avaient déjà reçu deux repas copieux, la glycémie a commencé à baisser avant le repas copieux prévu (qu’ils n’ont pas reçu), alors que pour les participants qui avaient toujours consommé de petits repas toutes les heures, leur glycémie a continué d’augmenter à mesure que vu ci-dessus. De plus, dans le groupe des grands repas, il y avait une augmentation de la faim avant les heures de repas cibles, qui diminuait considérablement après l’heure des repas cibles.

Lire aussi  Le traitement au cannabis médical est-il associé à des améliorations de la qualité de vie liée à la santé ?

Le professeur Johnston a ajouté :

« Ce que nous avons découvert, c’est que le corps humain est rythmiquement programmé pour anticiper les heures de repas, en particulier lorsque la nourriture n’est pas facilement accessible. Cela suggère qu’il existe une volonté physiologique pour certaines personnes de manger à certains moments, car votre corps a été formé attendre la nourriture au lieu de manger. » qu’une simple habitude psychologique. »

Cette étude a été publiée dans la revue Current Biology.

Participent également à cette étude le Dr Cheryl Isherwood, le professeur Debra Skene, le Dr Daan Van Deer Veen et le Dr Hana Hassanin.

Fontaine:

Université du Surrey

Référence magazine :

Isherwood, C.M. et coll. (2023).Les rythmes glycémiques humains et la faim subjective anticipent l’heure des repas. Biologie actuelle. doi.org/10.1016/j.cub.2023.02.005.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *