Les jeunes femmes qui subissent une crise cardiaque sont plus susceptibles d’être réhospitalisées après leur sortie

Les jeunes femmes qui subissent une crise cardiaque ont plus d’effets indésirables et sont plus susceptibles de se retrouver à l’hôpital que les hommes du même âge dans l’année suivant leur sortie. Selon une étude publiée dans le Journal de l’American College of Cardiology, La deuxième crise cardiaque et les douleurs thoraciques d’origine cardiaque sont les causes les plus courantes de réhospitalisation, mais les hospitalisations non cardiaques ont montré la disparité la plus importante.

Tout commence par la sensibilisation du public aux programmes de prévention et de dépistage des crises cardiaques pour détecter les facteurs de risque traditionnels avant qu’un patient ne subisse une crise cardiaque. Beaucoup de gens pensent que les crises cardiaques ne surviennent que chez les hommes d’âge moyen ou plus âgés, ce qui n’est pas vrai. Les gens doivent savoir que les crises cardiaques surviennent également chez les jeunes femmes et peuvent présenter des symptômes atypiques. Après avoir subi une crise cardiaque, les jeunes femmes sont plus susceptibles d’avoir besoin d’une approche à 360 degrés. »

Mitsuaki Sawano, MD, PhD, associé postdoctoral au Yale-New Haven Hospital Center for Outcomes Research and Evaluation et auteur principal de l’étude

Les chercheurs ont utilisé les données de l’étude VIRGO, une étude observationnelle sur la présentation, le traitement et les résultats de jeunes femmes et hommes qui ont subi une crise cardiaque entre 18 et 55 ans. L’étude actuelle a inclus 2 985 patients américains (2 009 femmes contre 976 hommes) hospitalisés pour une crise cardiaque. Après exclusion des décès à l’hôpital, la cohorte finale comprenait 2 979 patients (2 007 femmes contre 972 hommes).

L’étude a examiné les événements aigus toutes causes et causes spécifiques nécessitant une hospitalisation, définis comme toute hospitalisation ou séjour d’observation de plus de 24 heures dans l’année suivant la sortie après une crise cardiaque. Les événements ont été classés comme suit :

  • Hospitalisation coronarienne : une combinaison d’hospitalisations dues à une crise cardiaque récurrente ou à une angine de poitrine stable/instable (douleur thoracique d’origine cardiaque)
  • Autre hospitalisation pour cause cardiaque ou accident vasculaire cérébral : une combinaison d’insuffisance cardiaque, d’arythmie, de maladie valvulaire et d’accident vasculaire cérébral
  • Hospitalisation non cardiaque : Toute hospitalisation non attribuée à des problèmes cardiaques, y compris des douleurs thoraciques non liées au cœur, des problèmes gastro-intestinaux, des saignements, des troubles psychiatriques, etc.
Lire aussi  Une étude découvre un rôle clé pour la voie de signalisation MKK3/6–p38γ/δ dans l'hypertrophie cardiaque

« Nous pensons que les jeunes femmes qui subissent des crises cardiaques ont tendance à avoir un fardeau plus élevé de facteurs de risque cardiovasculaire que les hommes. En général, les jeunes femmes préménopausées sont protégées par leur propre hormone œstrogène pour avoir une incidence plus faible de crises cardiaques. Par conséquent, pour surmonter cela protection physiologique, nous pensons qu’une plus grande accumulation de facteurs de risque, tels que l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le tabagisme, etc., est nécessaire pour provoquer un effet de « percée » », a déclaré Sawano.

L’âge médian était de 47 ans et 70% se sont identifiés comme blancs non hispaniques. Une proportion plus élevée de femmes se sont identifiées comme noires non hispaniques par rapport aux hommes. Les femmes présentaient également une prévalence plus élevée de comorbidités, telles que l’obésité, l’insuffisance cardiaque congestive, les antécédents d’AVC et les maladies rénales. Dans la cohorte de patients, les jeunes femmes étaient plus susceptibles d’avoir de faibles revenus, d’avoir des antécédents de dépression et d’avoir un état de santé nettement pire que les hommes de l’étude.

« Pour les femmes, ce nombre accru de facteurs de risque est susceptible de rendre difficile leur gestion après la sortie », a déclaré Sawano. « Un contrôle plus faible des facteurs de risque est associé à de moins bons résultats, notamment la récurrence des crises cardiaques, des douleurs thoraciques dues au cœur, ainsi que d’autres maladies athérosclérotiques telles que les accidents vasculaires cérébraux. »

Selon les chercheurs, les femmes étaient moins susceptibles de se présenter à l’hôpital avec des douleurs thoraciques et plus susceptibles d’arriver plus de six heures après l’apparition des symptômes. Ils étaient également plus susceptibles d’avoir un infarctus du myocarde sans élévation du segment ST ou un infarctus du myocarde avec artères coronaires non obstructives (MINOCA). Les femmes qui ont subi MINOCA étaient plus jeunes, plus susceptibles d’être des patientes noires non hispaniques, des fumeuses, moins instruites et avaient la plus faible proportion de maladies coronariennes antérieures. Ces patients ont également signalé une plus faible satisfaction au traitement par rapport aux hommes ou aux femmes présentant un infarctus du myocarde avec maladie coronarienne obstructive (MI-CAD). En moyenne, les femmes sont restées plus longtemps à l’hôpital et ont reçu des taux inférieurs de traitements médicaux recommandés par les lignes directrices, notamment l’aspirine, les statines, les bêta-bloquants et les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (inhibiteurs de l’ECA).

Les taux d’hospitalisation pour toute cause dans l’année suivant la sortie étaient de 34,8 % pour les femmes et de 23 % pour les hommes. La principale cause d’hospitalisation chez les femmes était d’origine coronarienne, suivie des hospitalisations non cardiaques, puis d’autres hospitalisations liées à des accidents vasculaires cérébraux et cardiaques. Les femmes atteintes de MINOCA avaient des taux de résultats à un an inférieurs à ceux des femmes ayant subi une MI-CAD. Il y avait une disparité entre les sexes plus importante entre les femmes et les hommes pour les hospitalisations non cardiaques par rapport à toutes les autres hospitalisations (145,8 contre 69,6 pour 1000 années-personnes).

« Nous pensons que l’accumulation de facteurs de risque observés dans la population MI-CAD est associée à l’incidence élevée d’hospitalisation un an après une crise cardiaque », a déclaré Sawano. « Nous devons souligner, cependant, que cela ne signifie pas que les patients MINOCA sont à « faible risque ». Nous savons, grâce à des études récentes, que MINOCA n’est pas une maladie bénigne par rapport aux femmes du même âge et ces cas justifient une évaluation plus approfondie pour comprendre les causes sous-jacentes. mécanisme et le traitement de certaines conditions ».

Lire aussi  Une étude révèle les effets nocifs des polluants atmosphériques courants sur les femmes enceintes et leurs enfants à naître

Selon les chercheurs, les résultats démontrent la nécessité de poursuivre les efforts pour optimiser les stratégies de prévention secondaire afin de réduire les hospitalisations coronariennes, mais soulignent également la nécessité de poursuivre les recherches sur les causes et les mécanismes des hospitalisations non cardiaques, en particulier compte tenu de la disparité importante entre les sexes. .

Dans un éditorial d’accompagnement, le Dr Martha Gulati, MD, a déclaré: « Cette étude identifie de manière importante un taux plus élevé de réhospitalisation cardiovasculaire et non cardiovasculaire chez les femmes par rapport aux hommes, avec une association claire entre les facteurs psychosociaux et démographiques. Sans Cependant, la racine la cause des différences entre les sexes dans les facteurs psychosociaux et les taux de comorbidités reste insaisissable Pourquoi y a-t-il plus de femmes identifiées comme étant à faible revenu que d’hommes dans cette cohorte ? Pourquoi cette cohorte présente-t-elle près de deux fois plus de dépression chez les femmes que chez les hommes ? En tant que communauté cardiovasculaire, en continuant à nous demander pourquoi peut-être pouvons-nous proposer « quelle est la prochaine étape ». »

Les limites de l’étude comprennent le fait que les détails des hospitalisations non cardiaques n’ont pas été recueillis et que les résultats peuvent ne pas être généralisables aux groupes de population qui étaient sous-représentés dans la cohorte de l’étude.

Fontaine:

Collège américain de cardiologie

Référence magazine :

Sawano, M. et autres. (2023). Différence entre les sexes dans les résultats de l’infarctus aigu du myocarde chez les jeunes patients. Journal de l’American College of Cardiology. doi.org/10.1016/j.jacc.2023.03.383.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *