Neha Mathur

Une nouvelle analyse détecte de manière fiable l’aldostéronisme primaire, une cause fréquente d’hypertension

Dans un article récent publié dans Médecine naturelleles chercheurs ont mené un essai clinique prospectif avec des patients, Is MÉTROétomidate supérieur à UNVS dans prédire ouCTomes de la surrénalectomie en primaire hhyperaldostéronisme (MATCH) au Royaume-Uni (UK) chez les patients atteints d’hyperaldostéronisme primaire (AP). Ces patients souffraient d’hypertension artérielle causée par une hormone stéroïde, l’aldostérone.

Étudier: [11C]TEP-TDM au méthomidate par rapport à l'échantillonnage des veines surrénales pour le diagnostic de l'aldostéronisme primaire curable chirurgicalement : un essai prospectif en milieu hospitalier.  Crédit d'image : Jarun Ontakrai/Shutterstock
Étudier: [11C]TEP-TDM au méthomidate par rapport à l’échantillonnage des veines surrénales pour le diagnostic de l’aldostéronisme primaire curable chirurgicalement : un essai prospectif en milieu hospitalier. Crédit d’image : Jarun Ontakrai/Shutterstock

L’objectif principal de l’essai était d’évaluer la précision d’un nouveau type de tomodensitométrie (TDM) appelé [11C]tomographie par émission de positrons (POT) avec métomidate dans la détection des nodules producteurs d’aldostérone (ou PA unilatéral) pour leur rémission biochimique et la résolution de l’hypertension à l’aide d’une intervention chirurgicale ultérieure. L’analyse MTO a utilisé une dose à action brève de métomidate, un colorant radioactif qui se lie uniquement au nodule producteur d’aldostérone.

De plus, les chercheurs ont comparé la précision de cette analyse avec l’échantillonnage de la veine surrénale (AVS), le test de cathéter invasif standard utilisé pour prédire les résultats de la surrénalectomie.

Bas

La PA due à un adénome unilatéral produisant de l’aldostérone provoque généralement une hypertension. Bien qu’il soit curable par chirurgie des surrénales, le caractère invasif du cathéter test standard et sa disponibilité limitée ne détectent pas l’AP unilatérale dans 99 % des cas. Même lorsque le test du cathéter a détecté le problème, les médecins ont pu proposer une cure chirurgicale à moins de 1% des patients.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les enquêteurs ont recruté des patients AP dans des cliniques d’endocrinologie tertiaires des hôpitaux St Bartholomew, Addenbrooke, Guy et St Thomas au Royaume-Uni. La population de l’étude était composée de tous les patients âgés de 18 ans ou plus qui répondaient aux critères de l’Endocrine Society pour le diagnostic de la PA.

Lire aussi  Un nouveau conseil vise à réduire les effets secondaires cardiaques du traitement du cancer

Les enquêteurs ont assigné au hasard tous les patients avec AP confirmée pour subir AVS et MTO. Tous les patients ont reçu 0,5 milligramme de dexaméthasone quatre fois par jour par voie orale pendant trois jours avant l’examen MTO, suivi d’une tomographie par émission de positrons (TEP). Trois radiologues interventionnels ont effectué toutes les procédures AVS pour l’étude. Cependant, un seul radiologue, aveuglé par le résultat AVS, a analysé tous les scanners MTO et a déterminé la probabilité d’AP unilatérale sur la base d’un critère prédéfini.

Les enquêteurs ont examiné tous les patients lors d’une visite de référence, après quoi ils ont reçu 50 mg de spironolactone, augmentés à 100 mg après deux semaines. Ils ont enregistré la réponse de la pression artérielle à la spironolactone à deux et quatre semaines à partir de la ligne de base. En particulier, les enquêteurs ont examiné simultanément les résultats des deux scanners lors de réunions d’équipes multidisciplinaires (MDT). Le protocole d’étude prévoyait d’examiner d’abord les résultats du MTO, suivis de l’AVS. Après chaque examen, ils ont attribué un score de probabilité faible, intermédiaire ou élevée de PA unilatérale. Un score élevé impliquait que les médecins recommanderaient une surrénalectomie unilatérale pour le patient. De même, le score intermédiaire les a incités à recommander une intervention chirurgicale, par exemple en raison d’une pression artérielle non contrôlée.

Chez les patients référés pour une intervention chirurgicale, les médecins ont poursuivi le traitement par la spironolactone jusqu’au jour de l’intervention. Ils ont évalué les résultats de la chirurgie biochimiquement et cliniquement à trois et six mois après la chirurgie. Les principaux résultats de l’étude ont reflété la normalisation des paramètres biochimiques et cliniques après surrénalectomie.

Lire aussi  L'adoption de l'étiquetage nutritionnel sur le devant de l'emballage dans les Amériques peut aider à réduire les MNT liées à la malnutrition

Les résultats de l’étude secondaire MATCH couvraient des mesures en série jusqu’à deux ans après l’intervention. Ils considéraient que le MTO et l’AVS étaient exacts s’ils recommandaient une intervention chirurgicale ayant abouti à une guérison ou si le test n’indiquait pas une intervention chirurgicale.

Résultats

L’étude a recruté 128 patients qui ont obtenu des suivis de six à neuf mois, dont 61 % et 39 % ont été traités chirurgicalement et pris en charge médicalement, respectivement. Ces patients ont obtenu un résultat principal six mois après la surrénalectomie unilatérale, et les patients traités médicalement ont obtenu le même résultat neuf à 12 mois après leur visite initiale.

Sur les 78 patients qui ont subi une intervention chirurgicale, 77 ont obtenu un résultat chirurgical AP réussi. Après la chirurgie, la précision du MTO pour prédire avec succès les paramètres biochimiques et cliniques était de 72,7 et 65,4 %, respectivement. En revanche, la précision de l’AVS pour prédire les mêmes résultats était de 63,6 et 61,5 %, respectivement.

La précision du MTO n’était pas nettement supérieure, mais avec des différences de 9,1 % et 3,8 %, avec un intervalle de confiance de 95 %, dans la marge de non-infériorité de -17 %. Les enquêteurs n’ont enregistré aucun événement indésirable grave lié à l’enquête du MTO ou de l’AVS. De plus, 22 des 24 événements indésirables graves ont disparu.

De plus, le scanner MTO a trouvé une sécrétion élevée d’aldostérone, à partir d’un nodule bénin dans l’une des glandes surrénales, chez les deux tiers des patients. Il a fourni des résultats aussi précis que le test AVS, mais était non invasif, indolore et techniquement faisable pour tous les patients PA. De plus, le scanner MTO, en combinaison avec le test de stéroïdes urinaires, a détecté 18/24 patients qui ne prenaient aucun médicament et avaient pourtant atteint une tension artérielle normale.

Ces nodules producteurs d’aldostérone sont très petits et passent facilement inaperçus lors d’un scanner régulier. Lorsqu’ils brillent pendant quelques minutes après notre injection, ils se révèlent être la cause évidente de l’hypertension artérielle, qui peut souvent être guérie. Jusqu’à présent, 99% ne sont jamais diagnostiqués en raison de la difficulté et du manque de disponibilité des tests. Espérons que cela est sur le point de changer. »

Professeur Morris Brown, professeur d’hypertension endocrinienne à l’Université Queen Mary de Londres

« Cette étude est le résultat d’années de travail acharné et de collaboration entre des centres à travers le Royaume-Uni. Une grande partie de l’énergie et de la motivation » sur le terrain « est venue de chercheurs talentueux qui, en plus de mener à bien ce travail révolutionnaire, ont donné de leur temps de manière désintéressée. et de l’énergie pendant l’urgence pandémique nationale, l’avenir de la recherche dans ce domaine est entre de très bonnes mains.

Professeur William Drake, professeur d’endocrinologie clinique à l’Université Queen Mary de Londres

conclusions

Pour conclure, MATCH a validé la MTO comme une étude sélective de l’aldostérone synthase (CYP11B2) pour latéraliser l’AP. Contrairement à AVS, MTO était rapide, sécurisé et fiable. Cela pourrait aider à diagnostiquer les AP unilatérales lorsque l’AVS serait indisponible, techniquement irréalisable ou échouerait pour un patient. Le MTO inciterait davantage de médecins et de patients à rechercher un diagnostic d’AP, en particulier dans les hôpitaux dotés d’installations d’imagerie TEP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *