Suchandrima Bhowmik

Le rôle de la caféine dans la prévention de la rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique (RD) est une complication ophtalmologique du diabète qui est la principale cause de perte de vision et de cécité chez cette population de patients.

La RD est une complication microangiopathique courante en Catalogne, en Espagne, et son incidence devrait augmenter en raison de l’augmentation du diabète, de l’obésité et du vieillissement de la population. Par conséquent, la thérapie nutritionnelle fait partie intégrante de la gestion du diabète et peut aider à prévenir les complications tardives du diabète.

Étude : Caféine et risque de rétinopathie diabétique dans le diabète sucré de type 2 : résultats d'études cliniques et expérimentales.  Crédit d'image : ARZTSAMUI / Shutterstock.com

Étude: Caféine et risque de rétinopathie diabétique dans le diabète sucré de type 2 : résultats d’études cliniques et expérimentales. Crédit d’image : ARZTSAMUI / Shutterstock.com

Caféine et DR

La caféine (1,3,7-triméthylxanthine) est un composant alimentaire actif important pour la santé. Les principales sources de caféine sont le thé, le café, les boissons énergisantes, le cola, le chocolat, les boissons alcoolisées et d’autres produits alimentaires comme le chewing-gum.

Le café est la source la plus riche en caféine consommée quotidiennement par la majorité de la population générale dans le monde. De nombreuses études ont rapporté que la consommation de deux à trois tasses de café peut réduire l’incidence du diabète de type 2 (DT2) et des maladies cardiovasculaires.

Cependant, une étude récente a indiqué que l’association entre la RD et la caféine reste incertaine. Par exemple, il a été rapporté que la consommation de plus de deux tasses de café par jour était inversement corrélée à la prévalence de la RD chez les personnes atteintes de DT2.

Une autre étude a indiqué que la consommation quotidienne de caféine pouvait altérer la microvascularisation rétinienne chez les adultes à risque accru de problèmes cardiovasculaires, tandis qu’une autre étude a rapporté un effet protecteur de la caféine sur la barrière hémato-rétinienne dans un modèle cellulaire d’œdème maculaire diabétique. Cependant, peu d’études ont également rapporté un effet neuroprotecteur du thé vert sur la rétine de rats diabétiques.

Lire aussi  Mount Sinai et Regeneron Genetics Center lancent un nouveau projet de recherche sur le séquençage du génome humain

À propos de l’étude

Une nouvelle étude en nutriments analyse la relation entre la consommation de caféine et le risque de RD chez les personnes atteintes de DT2 sans autres complications diabétiques tardives. Évalue l’impact de la caféine à l’aide d’un modèle expérimental de diabète.

L’étude actuelle a impliqué 144 patients atteints de DT2 avec RD et 147 patients atteints de DT2 sans RD. Le recrutement des participants a été effectué dans le cadre du programme de dépistage et de traitement de la RD de l’hôpital universitaire Arnau de Vilanova à Lleida, en Espagne, entre mars 2010 et janvier 2013. Informations sur le sexe, l’âge, l’origine ethnique autodéclarée, l’activité physique, les habitudes tabagiques , La pression artérielle, le niveau d’éducation, l’hémoglobine glycosylée (HbA1c) et les médicaments antihypertenseurs et hypolipidémiants ont été obtenus auprès de tous les participants.

Des données sur les traitements antidiabétiques et la durée du diabète ont également été obtenues. Des échantillons de sang et d’urine ont été prélevés sur tous les participants après un jeûne de 12 heures. Un questionnaire de fréquence alimentaire semi-quantitatif (FFQ) validé de 101 items a été utilisé pour évaluer l’apport alimentaire et nutritionnel habituel, suivi d’une estimation de l’apport en caféine.

Dans le modèle diabétique expérimental, des souris mâles db/db et des souris mâles non diabétiques témoins (db/+) ont été soumises à un excipient ou à des gouttes oculaires contenant de la caféine. Les souris ont reçu de la caféine ou des gouttes ophtalmiques véhiculaires deux fois par jour dans chaque œil pendant deux semaines.

Après que les souris ont été sacrifiées, les rétines de souris ont été colorées pour la protéine acide fibrillaire gliale (GFAP) afin d’évaluer l’étendue des dommages neurovasculaires causés par l’un ou l’autre traitement. De plus, la méthode au bleu d’Evans a été utilisée pour déterminer la perméabilité du système vasculaire rétinien en mesurant la quantité d’albumine s’échappant des rétines.

Lire aussi  Exploration de la vitamine D et de l'infection aiguë au COVID-19

Résultats de l’étude

Les personnes atteintes de RD étaient plus âgées, avaient un tour de taille plus important, une fréquence plus élevée d’hypertension, une pression artérielle systolique plus élevée, des taux d’hémoglobine glycosylée (HbA1c) plus élevés, une durée de diabète plus longue, des taux de cholestérol lipoprotéique à haute densité (HDL-c) plus élevés et des taux plus faibles de niveaux d’instruction

Les patients atteints de diabète de type 2 qui consommaient le moins de caféine étaient les plus fréquemment touchés par la RD. Cependant, aucune association significative n’a été observée entre la consommation de café et de thé et la prévalence de la RD. Cependant, la durée du diabète, l’HbA1c et l’hypertension étaient associées à un risque accru de RD.

Aucune différence dans les concentrations de glucose sanguin et le poids corporel n’a été observée chez les souris db/db traitées à la caféine par rapport aux souris témoins.

L’examen histologique a révélé que l’expression de GFAP était limitée à la couche de cellules ganglionnaires rétiniennes chez les souris non diabétiques par rapport aux souris diabétiques, comme prévu. Notamment, les souris ayant reçu de la caféine n’ont montré aucune augmentation de l’expression de GFAP, ce qui indique que la gliose réactive n’a pas augmenté à la suite d’une exposition à la caféine.

Les souris non diabétiques ont présenté moins de perte d’albumine que les souris diabétiques traitées avec le véhicule. Bien que la perte d’albumine ait été moindre chez les souris diabétiques traitées avec de la caféine que chez celles traitées avec le véhicule, cette différence était insignifiante.

Lire aussi  Une étude examine la sécurité et l'efficacité des tatouages ​​personnalisés pour les marques médicales

conclusion

Les résultats de l’étude indiquent qu’une consommation modérée et élevée de caféine offre une protection contre le développement de la RD chez les personnes atteintes de diabète. Cependant, cette différence n’a pas été reproduite lors de la comparaison des buveurs de café et de thé, ce qui peut être attribué aux différents composés antioxydants présents dans ces boissons qui peuvent également offrir un certain degré de protection contre la RD. Également en direct les résultats de l’étude actuelle n’ont indiqué aucun effet de la caféine sur la rétine.

D’autres études sont nécessaires pour comprendre les avantages potentiels de la consommation de caféine et comment d’autres composés présents dans le thé et le café peuvent contribuer à ces effets. Des recherches supplémentaires sont également nécessaires sur les éventuels mécanismes responsables du développement de la RD chez les personnes atteintes de DT2.

limites

L’étude actuelle n’a pas été en mesure d’établir une relation entre la consommation de caféine et le développement de la RD. Une deuxième limitation était due à la petite taille de l’échantillon dans l’étude humaine. Enfin, la présence d’autres composés dans les boissons caféinées n’a pas été analysée.

Référence magazine :
  • Alcubierre, N., Granado-Casas, M., Bogdanov, P., et coll. (2023). Caféine et risque de rétinopathie diabétique dans le diabète sucré de type 2 : résultats d’études cliniques et expérimentales. nutriments. doi : 10.3390/nu15051169.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *