Pooja Toshniwal Paharia

La malnutrition pèse sur les femmes japonaises au « poids de Cendrillon »: une étude met en garde contre les risques pour la santé

Dans une récente étude publiée dans la revue nutriments, Des chercheurs évaluent l’apport nutritionnel des femmes de « poids de Cendrillon » au Japon.

Étude : Les jeunes femmes japonaises souffrant d'insuffisance pondérale et

Étude: Les jeunes filles japonaises souffrant d’insuffisance pondérale et de « poids de Cendrillon » sont sujettes à la malnutrition, notamment aux carences en vitamines. Crédit d’image : michaelheim/Shutterstock.com

Introduction

Le surpoids et l’adiposité sont des facteurs de risque bien établis pour les maladies cardiométaboliques et sont fréquemment étudiés, tandis que l’insuffisance pondérale passe souvent inaperçue lors des examens physiques. Le terme « poids de Cendrillon » implique une valeur d’indice de masse corporelle (IMC) de 18,0.

La malnutrition chez les femmes au « poids de Cendrillon » pourrait potentiellement être compliquée par les risques associés à la malnutrition, notamment l’ostéoporose, les irrégularités menstruelles et l’infertilité. Les enfants nés de mères de faible poids ont un faible poids à la naissance, ce qui augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires, du diabète et des carences nutritionnelles, qui influent sur la croissance et le développement.

À propos de l’étude

Dans la présente étude exploratoire, les chercheurs évaluent les risques pour la santé chez les jeunes femmes de « poids de Cendrillon » au Japon.

L’équipe a examiné le pourcentage et les caractéristiques des femmes de poids insuffisant âgées de 20 à 39 ans qui ont assisté à des examens de santé sur leur lieu de travail entre août 2022 et septembre 2022. Ils ont ensuite étudié la force musculaire, la composition corporelle, les réponses au questionnaire de fréquence alimentaire (FFQ), la biosynthèse des protéines et les tests sérologiques. niveaux de vitamines chez 44 personnes ayant des valeurs d’IMC inférieures à 17,5 et âgées de 20 à 39 ans, ainsi que 12 femmes âgées de 40 à 65 ans, qui ont fréquenté des cliniques d’évaluation diététique ambulatoires entre novembre 2022 et février 2023.

L’équipe a enquêté sur la présence d’une perte de poids intentionnelle, de fièvre et d’appétit. Les femmes enceintes et les patients anorexiques ont été exclus de l’analyse.

Lire aussi  Viande ou légumes : les athlètes redéfinissent les protéines et la masculinité

Le Département de la gestion de la santé a fourni des données anonymes sur l’âge, le sexe et l’IMC des hommes âgés de 20 à 39 ans qui ont participé à des bilans de santé. Des données anonymisées sur l’âge, le sexe, l’IMC, la pression artérielle, la force de préhension, l’hémoglobine glyquée (HbA1c), le nombre de lymphocytes et le cholestérol ont été obtenues auprès de cliniques externes pour les femmes de 20 à 39 ans.

Pour 56 femmes ayant subi un examen secondaire, l’IMC, l’âge, le sexe, le poids, la taille, l’IMC à 20 ans, la force de préhension, la tension artérielle, l’indice de masse squelettique (IMS), le pourcentage de graisse corporelle et les données hématologiques, dont l’hémoglobine ( Hb ), HbA1c, thyroxine libre (FT4), thyréostimuline (TSH), protéine C-réactive (CRP), préalbumine, numération lymphocytaire, cholestérol, albumine, vitamine B1, acide folique, vitamine B12 et taux de vitamine D ont été extraits à partir des dossiers de santé.

La diversité des apports alimentaires a été évaluée à l’aide du score de diversité alimentaire (DDS). Les scores CONUT ont été déterminés pour évaluer les personnes sous-alimentées en fonction des taux de cholestérol et d’albumine et du nombre de lymphocytes.

Résultats

Les rapports médicaux de 643 employées et de 1 457 hommes ont été analysés. La proportion de femmes ayant un faible poids était beaucoup plus élevée que la proportion d’hommes avec respectivement 17 % et 4,5 %.

Il est à noter que les pourcentages de femmes de très faible poids et d’hommes avec un IMC inférieur à 17,5 étaient respectivement de 5,9 % et 1,4 %. Parmi les femmes en insuffisance pondérale, la force de préhension (23 contre 26 kg), le taux de cholestérol (178 contre 195 mg/dL) et le nombre de lymphocytes étaient significativement inférieurs à ceux des 116 femmes en surpoids.

Lire aussi  Une étude explore le lien entre le comportement alimentaire favorisant l'obésité et un IMC élevé

Une diminution du nombre de lymphocytes, ainsi que des taux de cholestérol et d’albumine, a été observée chez 32 %, 59 % et 34 % des participants, respectivement. En ce qui concerne les habitudes alimentaires, 32 % des femmes en insuffisance pondérale ne prenaient pas de petit-déjeuner et 50 % avaient des scores DDS faibles.

De plus, l’apport énergétique total (AET) et l’apport en glucides, en fibres, en calcium et en fer étaient inférieurs chez 90 % des participants. Des carences en folate, vitamine B, vitamine B12 et vitamine B1 ont été observées chez 98 %, 14 %, 25 % et 4,60 % des personnes, respectivement.

Au total, 75 % et 91 % des personnes âgées de 40 à 65 ans et de 20 à 39 ans, respectivement, répondaient aux critères de malnutrition de la Global Leadership Initiative on Malnutrition (GLIM). L’IMC, l’âge, l’HbA1c et la tension artérielle étaient significativement plus élevés chez les sujets en surpoids que chez les sujets en sous-poids, tandis que la force de préhension était significativement plus faible chez les participants en sous-poids par rapport aux participants normaux et en surpoids.

Le nombre de lymphocytes et le taux de cholestérol étaient significativement plus faibles chez les personnes souffrant d’insuffisance pondérale. L’absentéisme au petit-déjeuner a été le plus fréquemment observé chez les participants les plus jeunes avec respectivement 32 % et 17 % chez les personnes âgées de 20 à 39 ans et de plus de 40 ans.

Les scores DDS étaient significativement plus élevés pour les skippers qui ne prenaient pas de petit-déjeuner. Le TEI était de 1 600 calories, ce qui était similaire à la dépense énergétique totale (TEE). L’apport en protéines était plus faible chez les personnes âgées de 20 à 39 ans et celles de plus de 40 ans de 32 % et 17 %, respectivement.

L’apport en glucides était également plus faible chez les jeunes et les personnes d’âge moyen, à 89 % et 58 %, respectivement. L’apport en fibres alimentaires était le plus faible entre 20 et 39 ans (95 %) et chez les personnes de plus de 40 ans (95 % et 83 %, respectivement).

Lire aussi  Identification de deux sous-types distincts de cellules bêta productrices d'insuline

Les niveaux d’acides gras oméga-3 et d’acides gras polyinsaturés n-6 (AGPI) étaient les plus bas chez les participants âgés de 20 à 39 ans (34 % et 30 %) et ceux de plus de 40 ans (25 % et 25 %), respectivement. De même, l’apport en fer et en calcium était faible chez les personnes de 20 à 39 ans et chez celles de 40 ans et plus.

conclusions

Les résultats de l’étude indiquent que les femmes japonaises jeunes et en sous-poids peuvent être sujettes à la malnutrition. En plus de l’IMC, chez les personnes en insuffisance pondérale, des réductions des biomarqueurs nutritionnels tels que le nombre de lymphocytes, la force de préhension et le cholestérol sérique ont été observées.

Les jeunes femmes présentant une insuffisance pondérale souffraient d’anémie (16 %), de taux d’albumine inférieurs (34 %), de taux élevés d’HbA1c (36 %), de lymphocytes inférieurs (32 %), de cholestérol inférieur (59 %) et de scores CONUT légèrement élevés (25 %).

En plus d’un apport alimentaire plus faible, d’un TEI plus faible et d’un petit-déjeuner sauté, d’une moindre diversité alimentaire et d’un apport en glucides, protéines, fibres alimentaires, acides gras polyinsaturés oméga-3 et n-6, calcium et zinc, et de carences en vitamine B1, B12, Le D et le folate ont été observés chez les femmes présentant une insuffisance pondérale.

Viser le « poids de Cendrillon » augmente les risques d’infertilité, d’irrégularités menstruelles, de maladies cardiovasculaires, d’ostéoporose et d’intolérance au glucose. Cependant, un poids plus faible n’a pas amélioré ou accéléré l’intolérance au glucose, mais a impliqué la malnutrition chez les jeunes femmes.

Référence magazine :
  • Iizuka, K., Sato, H., Kobae, K., et coll. (2023). Les jeunes filles japonaises souffrant d’insuffisance pondérale et de « poids de Cendrillon » sont sujettes à la malnutrition, notamment aux carences en vitamines. nutriments quinze. doi:10.3390/ nu15092216

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *