Des experts analysent l’activité physique et la santé des enfants avant le COVID-19

La pandémie de COVID-19 a exacerbé les carences de l’activité physique des enfants dans le monde, selon une nouvelle étude, et l’Écosse n’en est pas exempte.

Le rapport de l’Active Healthy Kids Global Alliance (AHKGA) a comparé 57 pays sur six continents pour évaluer les niveaux et les tendances mondiaux de l’activité physique chez les enfants et les adolescents, ce qui a donné les cotes de comparaison Global Matrix 4.0.

L’étude donne au monde une note globale de « D », ce qui représente la réussite avec moins de la moitié des enfants. Le classement de l’Écosse comprend B- (succès avec plus de la moitié des enfants) dans la communauté et l’environnement, et le sport et l’activité physique, et C-, indiquant le succès avec environ la moitié des enfants, dans le transport actif et la politique gouvernementale et d’activité physique.

Le rapport constate que, comme dans de nombreux pays à revenu élevé, les enfants écossais sont confrontés à des disparités en matière d’activité physique faible, de niveaux élevés de temps d’écran, d’obésité élevée, dès la première année du primaire et d’une mauvaise alimentation. De plus, bien que les politiques sur l’activité et l’alimentation soient de haute qualité, elles n’ont pas été pleinement mises en œuvre et une politique spécifique sur le temps d’écran fait défaut.

Le rapport recommande que l’activité physique soit encouragée tôt dans la vie et souvent, tout en identifiant de nombreuses façons d’intégrer l’activité physique quotidienne intentionnelle et accidentelle, comme le jeu actif, et en limitant le temps d’écran. Pour y parvenir, le suivi national nécessiterait de nouvelles améliorations, afin d’éclairer la prise de décision sur les politiques et les pratiques.
Elle recommande également de recueillir davantage d’informations sur les enfants de moins de cinq ans, d’autant plus que les premières années constituent une période sensible pour le développement et la formation d’habitudes saines.

Lire aussi  Selon une étude, interrompre une séance prolongée avec des "collations" d'activité régulière peut aider à maintenir la masse musculaire

L’Université de Strathclyde est le chef de file écossais de l’étude, tandis que les autres institutions écossaises impliquées sont l’unité des sciences sociales et de la santé publique MRC/CSO de l’Université de Glasgow, ainsi que les universités d’Aberdeen et de Stirling et l’Université Robert Gordon.

Le plein effet de la pandémie sur l’activité physique et la santé des enfants et des adolescents en Écosse n’est toujours pas clair, mais il y a des signes inquiétants d’augmentation du temps d’écran et d’augmentation de l’obésité infantile.

Les résultats pour l’Ecosse ont été publiés dans le Journal de la science de l’exercice et de la forme physique.

Global Matrix 4.0 représente la plus grande compilation d’informations à ce jour sur les niveaux d’activité physique des enfants et des adolescents, et les données montrent une note d’échec dans le monde entier. L’Écosse ne fait pas exception, et les choses ne se sont pas améliorées au cours de la décennie qui a précédé le COVID-19. »

John Reilly, professeur, École des sciences psychologiques et de la santé, Université de Strathclyde

Le Dr Farid Bardid, professeur à la Strathclyde School of Education, a déclaré: « Cela est particulièrement inquiétant car ces faibles niveaux d’activité physique et ces niveaux élevés de temps d’écran peuvent s’être aggravés après la pandémie de COVID-19. 19 ».

Lire aussi  Un nouveau biocapteur améliore les performances de la surveillance continue de la glycémie à domicile

L’étude montre de nettes disparités entre les zones les plus et les moins défavorisées d’Ecosse. Elle a révélé qu’un peu plus de la moitié, 53 %, des enfants des zones les plus défavorisées ne pratiquaient pas de sport, contre 18 % dans les zones les moins défavorisées, tandis que seulement 4 % dans les zones les plus défavorisées, contre 19 % dans les moins zones défavorisées, avaient participé à des excursions en plein air au cours des 12 mois précédents. La moitié des zones les plus défavorisées perçoivent leurs communautés comme sûres, contre 72 % des moins défavorisées.

L’étude conclut : « Malgré une décennie de politiques favorables, l’activité physique et la santé des enfants et des jeunes ne se sont pas améliorées, et des inégalités socio-économiques marquées persistent en Écosse.

« Il y a un besoin évident d’une plus grande surveillance de l’activité physique et de la santé, et d’une meilleure mise en œuvre et évaluation des politiques, d’autant plus que de nombreux indicateurs et inégalités connexes peuvent s’être aggravés après la pandémie de COVID-19. »

Les données étaient incomplètes dans certaines catégories, notamment l’alimentation, l’obésité et la condition physique.

Le rapport de synthèse de l’AHKGA révèle que des événements autres que le COVID-19 ont encore réduit l’activité physique chez les enfants et les adolescents, notamment le changement climatique (dans environ un tiers des pays), les crises économiques nationales (dans la moitié des pays) et la guerre ou les conflits internes dans huit des 57 pays. des pays.

L’impact spécifique de la pandémie sur l’Écosse sera discuté dans le prochain bulletin d’Active Healthy Kids Scotland.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *