Danielle Ellis, B.Sc.

Comprendre le lupus : une entrevue avec l’Institut Garvan

des dirigeants fortsElissa DenickResponsable du programme stratégique et responsable du laboratoireL’Institut Garvan pour la recherche médicale

Pour marquer la Journée mondiale du lupus, nous avons discuté avec Elissa Deenick, codirectrice du programme d’immunologie de précision du Garvan Institute, de l’état actuel de la compréhension du lupus et de ce qui doit se passer pour le rendre visible.

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours professionnel ?

Je m’appelle Elissa Deenick, je suis responsable de laboratoire et codirectrice du programme d’immunologie de précision au Garvan Institute for Medical Research à Sydney, en Australie, et Scientia A/Prof à l’UNSW Sydney. J’ai 20 ans d’expérience dans l’étude des signaux qui contrôlent les cellules immunitaires. Ma recherche demande comment nous pouvons nous assurer que ces cellules développent une réponse immunitaire protectrice tout en évitant les réponses nocives comme l’auto-immunité (où le système immunitaire attaque notre propre corps) et l’allergie. Je le fais en étudiant des patients atteints de maladies génétiques rares qui altèrent le système immunitaire et en appliquant ce que nous y apprenons pour comprendre comment le système immunitaire fonctionne mal dans d’autres maladies comme le lupus.

Le lupus est une maladie auto-immune qui touche plus de cinq millions de personnes dans le monde. Quelle est la physiopathologie du lupus ?

La physiopathologie exacte du lupus et ses causes sont très compliquées et de nombreux facteurs sont probablement impliqués. Nous savons que dans le lupus, les cellules B, qui fabriquent généralement des anticorps qui nous protègent contre les infections, finissent par fabriquer des anticorps contre des parties normales du corps comme l’ADN. Ces anticorps se lient ensuite à leurs cibles telles que l’ADN, formant ce qu’on appelle des complexes immuns. Ceux-ci peuvent s’accumuler dans différentes parties du corps, telles que les reins, les articulations ou la peau, où ils induisent une inflammation et causent les dommages que nous savons associés au lupus.

Existe-t-il une tendance mondiale dans la prévalence et l’incidence du lupus ?

L’incidence du lupus semble augmenter, et c’est vrai pour de nombreuses maladies auto-immunes, donc le lupus fait partie de cette tendance. Cette augmentation est probablement, en partie, une augmentation de la sensibilisation et du diagnostic, mais il y a presque certainement une augmentation réelle de l’incidence également. Cependant, on ne sait pas pourquoi ces maladies augmentent; c’est quelque chose que nous avons vraiment besoin de plus de recherche pour comprendre.

Lire aussi  Un anticorps monoclonal protège les adultes américains contre le paludisme, selon un essai clinique de phase 1

Il n’y a pas de remède contre le lupus, mais divers traitements peuvent contrôler les symptômes. Quel est l’état actuel de la recherche sur le lupus, à la fois sur les causes possibles et les options de traitement du lupus ?

Nous avons découvert différentes façons dont le système immunitaire peut devenir dérégulé et provoquer une production inappropriée d’anticorps.

Par exemple, une mauvaise élimination des cellules mortes ou mourantes (ce qui signifie qu’il y a des morceaux de cellules mortes à des endroits où elles ne devraient pas être, contenant des choses comme l’ADN qui peuvent activer les cellules B), une dérégulation des cellules B et une production inappropriée de cytokines comme les interférons.

Mais même si notre compréhension du lupus s’est améliorée, nous n’avons toujours pas de remède contre le lupus, et les patients sont fortement dépendants des médicaments immunosuppresseurs qui peuvent les exposer à des effets secondaires comme des infections.

Quelles sont les futures questions auxquelles il faut répondre ?

L’un des plus gros problèmes avec le lupus est qu’il ne s’agit presque certainement pas d’une seule maladie, mais plutôt d’un groupe de maladies avec des symptômes similaires mais des facteurs de maladie complètement différents chez différentes personnes. Et bien sûr, si la cause sous-jacente de la maladie est différente d’un patient à l’autre, le traitement le plus efficace est susceptible de différer également. Cette hétérogénéité entre les patients explique probablement en partie pourquoi de nombreux essais cliniques de nouveaux médicaments ont échoué dans le passé : il est possible que 10 % des personnes dans la population lupique répondent bien à ce médicament, mais cela sera masqué par les 90 % restants. des gens qui réagissent mal parce que ce n’est pas le bon médicament pour eux. La recherche devrait donc se concentrer sur les moyens d’identifier le moteur de la maladie chez chaque patient afin que nous puissions faire correspondre le médicament à la maladie.

Comment vos recherches à l’Institut Garvan entendent-elles répondre à ces questions sur le lupus ?

L’une des façons dont j’aborde cette question est d’étudier de rares patients qui ont ce qu’on appelle des erreurs innées de l’immunité. Celles-ci sont causées par des variants génétiques rares dans des gènes clés qui sont importants pour le système immunitaire. Ces variantes génétiques perturbent le fonctionnement de ces voies et provoquent un dysfonctionnement du système immunitaire. Et dans certains cas, une partie de leur échec est que les cellules B fabriquent ces anticorps pathogènes qui provoquent l’auto-immunité et le lupus. L’importance de cela pour nous est qu’il identifie les voies qui peuvent être des moteurs de la maladie. Donc, ce que nous faisons, c’est étudier ces voies et voir ensuite si elles pourraient également être des moteurs chez d’autres patients atteints de lupus (même s’ils n’ont pas la variante génétique).

Lire aussi  Le traitement par dupilumab entraîne des améliorations durables chez les patients atteints de BPCO et d'inflammation de type 2
Crédit d'image : adike/Shutterstock.com

Crédit d’image : adike/Shutterstock.com

Une autre question qui nous intéresse est celle des infections chez les patients atteints de lupus. Les personnes atteintes de lupus courent un risque plus élevé d’infections graves, qui peuvent nécessiter du temps à l’hôpital pour être contrôlées. Le problème, cependant, est que nous ne sommes pas bons pour prédire quelles personnes atteintes de lupus sont les plus à risque d’infection. Nous essayons de trouver des moyens de prédire qui est le plus à risque et si cela est dû aux médicaments immunosuppresseurs qu’ils prennent ou si c’est quelque chose d’intrinsèque à la dérégulation de leur système immunitaire.

Comment les progrès récents des technologies biomédicales ont-ils eu un impact sur la recherche sur le lupus ?

Les avancées récentes dans les techniques de séquençage unicellulaire, telles que le séquençage de l’ARN unicellulaire, nous ont permis d’analyser les populations de cellules immunitaires chez les patients avec un niveau de détail sans précédent. Ces technologies mettent en lumière la façon dont les réponses immunitaires diffèrent entre les personnes et varient selon les conditions, comme chez les patients atteints de lupus ou chez les personnes infectées par le COVID-19. Avec de nouvelles connaissances sur ces différences granulaires, nous pouvons acquérir une compréhension beaucoup plus approfondie du fonctionnement du système immunitaire à la fois dans la santé et dans la maladie. Cela a permis une plongée plus profonde dans l’immunologie humaine, y compris la pathologie du lupus.

Ces dernières années, un certain nombre de célébrités ont partagé qu’elles vivaient avec le lupus. Comment avez-vous vu la réaction du public et la compréhension du lupus changer ces dernières années ?

Je pense qu’il y a une prise de conscience croissante du lupus et cela peut être en partie dû à l’apparition de célébrités, mais je pense aussi que la pandémie de COVID-19 a alimenté une meilleure compréhension du système immunitaire en général. Le grand public est maintenant beaucoup plus habitué à parler des lymphocytes B, des lymphocytes T et des anticorps, alors quand les gens me posent des questions sur mon travail, il y a déjà un niveau de compréhension beaucoup plus élevé de ces concepts. Je pense que cela aide également à comprendre et à prendre conscience des maladies à médiation immunitaire.

Crédit d'image : Rito réussit/Shutterstock.com

Crédit d’image : Rito réussit/Shutterstock.com

Existe-t-il des idées fausses sur le lupus que vous souhaiteriez que les gens comprennent mieux ?

Encore une fois, je pense que l’idée que le lupus est une maladie avec une solution est assez courante, malheureusement. La réalité est que l’expérience du lupus est très différente d’une personne à l’autre et que tous les lupus ne peuvent pas être traités de la même manière.

Lire aussi  Explorer le dysfonctionnement du goût et de l'odorat en tant que prédicteurs puissants des infections par le SRAS-CoV-2

Le thème de la Journée du lupus 2023 est « Rendre le lupus visible ». Comment sensibiliser le public au diagnostic de lupus et à ses conséquences psychologiques, sociales et économiques ?

Je pense que nous devons continuer à entendre les histoires directement des personnes touchées par le lupus – comment cela affecte leur vie et leur santé. Beaucoup de gens ont encore des idées fausses sur ce qu’est le lupus et sur sa gravité et sa capacité à changer la vie, mais partager des histoires vraies est un moyen puissant de sensibiliser et de développer l’empathie.

Où les lecteurs peuvent-ils trouver plus d’informations ?

À propos d’Elissa Deenick

La professeure adjointe Elissa Deenick est directrice du laboratoire d’activation et de signalisation des lymphocytes et codirige le programme d’immunologie de précision à l’Institut Garvan pour la recherche médicale. Il est Scientia A/Prof à la Faculté de médecine et de santé, UNSW Sydney.

Au/Professeur Deenick uIl a obtenu son doctorat avec le Dr Phil Hodgkin au Centenary Institute/Université de Sydney. Après son doctorat, elle a déménagé au Canada pour occuper un poste postdoctoral dans le laboratoire du Dr Pam Ohashi à l’Université de Toronto, étudiant les voies de signalisation qui contrôlent l’activation et la tolérance des lymphocytes T.

Elle est retournée à Sydney pour travailler au Garvan Institute for Medical Research, où elle continue de découvrir les signaux qui contrôlent l’activation et la différenciation des lymphocytes et comment ils sont contrôlés pour assurer la protection contre les infections et prévenir les réponses immunitaires nocives telles que les allergies et l’auto-immunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *