La cécité faciale peut être plus fréquente qu’on ne le croit actuellement

La ceguera facial, una condición desconcertante que puede engañarnos haciéndonos creer que reconocemos a personas que nunca hemos conocido o hacer que no reconozcamos a las que conocemos, se ha estimado previamente que afecta entre el 2 y el 2,5 por ciento de las personas en le monde.

Maintenant, une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Harvard Medical School (HMS) et du Boston VA Health Care System fournit de nouvelles informations sur le trouble, suggérant qu’il pourrait être plus courant qu’on ne le croit actuellement.

Publié en février 2023 dans Cortex, les résultats de l’étude indiquent que jusqu’à une personne sur 33 (3,08%) peut répondre aux critères de cécité faciale ou de prosopagnosie. Cela se traduit par plus de 10 millions d’Américains, a déclaré l’équipe de recherche.

L’étude a révélé des performances similaires dans l’appariement des visages chez les personnes diagnostiquées avec une prosopagnosie en utilisant des critères plus stricts par rapport à des critères plus souples, ce qui suggère que les critères de diagnostic doivent être élargis pour être plus inclusifs. Cela pourrait conduire à de nouveaux diagnostics parmi des millions de personnes qui pourraient avoir le trouble mais ne s’en rendent pas compte.

Dans la nouvelle étude, dirigée par Joseph DeGutis, professeur agrégé de psychiatrie au HMS à VA Boston, les chercheurs ont découvert que la cécité faciale tombe sur un spectre : un qui peut varier en gravité et en présentation – ; au lieu de représenter un groupe discret. Les auteurs fournissent également des suggestions de diagnostic pour identifier les formes légères et majeures de prosopagnosie sur la base des lignes directrices pour les troubles neurocognitifs majeurs et légers dans le DSM5la 5ème édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Les résultats de l’étude sont basés sur un questionnaire en ligne et des tests administrés à 3 341 personnes. Dans un premier temps, les chercheurs ont demandé aux participants s’ils éprouvaient des difficultés à reconnaître les visages dans leur vie quotidienne. Ils ont ensuite administré deux tests objectifs pour déterminer s’ils avaient des difficultés à apprendre de nouveaux visages ou à reconnaître des visages célèbres très familiers.

Lire aussi  Une mutation génétique nouvellement identifiée peut être une cause fondamentale du glaucome sévère de l'enfant

Les résultats ont montré que 31 des 3 341 personnes avaient une prosopagnosie majeure, tandis que 72 des 3 341 avaient une forme plus bénigne. Les chercheurs ont également constaté qu’il n’y avait pas de groupes distincts clairement divisés de personnes ayant des capacités de reconnaissance faciale médiocres ou bonnes. Au contraire, la capacité à reconnaître les visages semblait être sur un continuum, ont-ils déclaré.

Enfin, les chercheurs ont comparé les scores d’appariement des visages entre les personnes atteintes de prosopagnosie diagnostiquées à l’aide de différents critères et ont constaté que l’utilisation de seuils de diagnostic plus stricts ne correspondait pas à des scores d’appariement des visages plus faibles.

Nouvelles de la médecine de Harvard a parlé avec DeGutis, l’auteur principal de l’étude, des implications des résultats.

Nouvelles de la médecine de Harvard : Commençons par les bases. Quelles sont les causes de la cécité faciale ?

DeGutis : La prosopagnosie, ou cécité faciale, peut être causée par une lésion cérébrale dans les régions occipitales ou temporales, appelée prosopagnosie acquise, qui touche une personne sur 30 000 aux États-Unis. La prosopagnosie peut également être une affection permanente causée par des anomalies génétiques ou développementales, appelée prosopagnosie développementale, qui touche une personne sur 33.

HMNews: C’est une condition fascinante, mais certains pourraient dire que ce n’est pas un trouble de santé grave, alors pourquoi est-il important de l’étudier et de la comprendre ?

DeGutis : Premièrement, la cécité faciale peut être un trouble socialement débilitant qui peut limiter les possibilités d’emploi. Par exemple, le réseautage est extrêmement difficile pour les personnes atteintes de prosopagnosie et peut causer de la détresse sociale et de l’embarras. Reconnaître quelqu’un est un signal social que « tu es important pour moi ».

La prosopagnosie peut également affecter les personnes autistes et peut également être une conséquence du déclin cognitif lié à l’âge. Dans un monde où l’isolement social est en augmentation, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes, favoriser et maintenir les liens sociaux et de bonnes interactions en face à face sont plus importants que jamais.

Lire aussi  L'étude de Mount Sinai jette un nouvel éclairage sur le rôle de la méthylation de l'ADN dans la maladie d'Alzheimer

HMNews : Qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour ce domaine ? Qu’est-ce qui vous intrigue le plus dans la façon dont le cerveau voit et se souvient des visages, et pourquoi ?

DeGutis : La cécité faciale est fascinante à plusieurs niveaux. Les humains sont remarquablement doués pour reconnaître les visages familiers, et cela se fait avec très peu d’effort. On sait que ce « superpouvoir » du visage repose sur plusieurs processus de perception spécifiques : traitement holistique du visage : voir le visage comme un tout intégré, par exemple ; processus de mémoire, associant facilement des visages à des connaissances liées aux personnes ; et aussi des mécanismes et des régions cérébrales spécialisées, comme la zone fusiforme du visage.

Notre connaissance de la reconnaissance faciale chez les personnes en bonne santé fournit un cadre très solide pour comprendre les façons dont ces processus peuvent mal tourner dans la prosopagnosie. Les processus fournissent également des indices sur la façon d’améliorer la reconnaissance faciale chez les personnes atteintes de cécité faciale, qui est l’un des principaux objectifs de notre laboratoire. Enfin, l’étude de la prosopagnosie est passionnante d’un point de vue phénoménologique : que « voient » réellement les personnes atteintes de cécité faciale lorsqu’elles regardent un visage ? Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous pensez au visage d’un ami familier ?

HMNews : Vous dites que vos découvertes nécessitent un élargissement des critères de diagnostic. Pourquoi est-ce important ?

DeGutis : Ceci est important à plusieurs niveaux. Premièrement, la plupart des chercheurs ont utilisé des critères de diagnostic trop stricts, et de nombreuses personnes ayant des problèmes importants de reconnaissance faciale dans la vie quotidienne se sont fait dire à tort qu’elles n’étaient pas atteintes de prosopagnosie. Élargir le diagnostic est important car savoir que vous avez de réelles preuves objectives de prosopagnosie, même une forme bénigne, peut vous aider à prendre des mesures pour réduire ses impacts négatifs sur la vie quotidienne, comme en parler à vos collègues ou chercher un traitement.

Lire aussi  Un nouvel outil d'IA prédit avec précision l'agressivité du cancer colorectal

Des preuves récentes suggèrent que les personnes atteintes de formes plus légères de cécité faciale peuvent bénéficier davantage de certains traitements que les personnes atteintes de formes plus graves de la maladie. Ces traitements peuvent inclure un entraînement cognitif pour améliorer les capacités perceptives ou un entraînement visant directement à améliorer les associations faciales.

Enfin, des facteurs tels que le déclin cognitif lié à l’âge et l’anxiété sociale peuvent encore aggraver les capacités de reconnaissance faciale. Savoir si vous souffrez de prosopagnosie légère pourrait vous aider à surveiller d’autres déclins liés à l’âge ou à la situation dans la capacité de reconnaissance faciale.

HMNews : Que voulez-vous que les médecins et les personnes atteintes retiennent de ces résultats ?

DeGutis : Le message à retenir est que la prosopagnosie est sur un continuum et que les critères de diagnostic plus stricts par rapport aux plus lâches utilisés dans les études sur la prosopagnosie au cours des 13 dernières années ont identifié des populations mécaniquement très similaires, justifiant l’élargissement des critères pour inclure ceux qui en ont des formes plus bénignes. .

Un autre message à retenir est l’importance d’utiliser une combinaison de difficultés de la vie quotidienne autodéclarées et de mesures objectives validées lors du diagnostic de la prosopagnosie. Se fier uniquement aux auto-déclarations présente des avantages et des inconvénients, car il peut être difficile de juger de ses propres capacités ou de se fier uniquement à des mesures de laboratoire objectives qui peuvent ne pas refléter la vie quotidienne.

Fontaine:

École de médecine de Harvard

Référence magazine :

DeGutis, J. et autres. (2023). Quelle est la prévalence de la prosopagnosie développementale ? Une évaluation empirique de différents seuils de diagnostic. Cortex. doi.org/10.1016/j.cortex.2022.12.014.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *