Neha Mathur

Effets des nanoparticules sur l’arthrite goutteuse dans des modèles animaux de goutte

Dans une étude récente publiée dans le Troubles musculo-squelettiques BMC, Les chercheurs ont mené une revue systématique et une méta-analyse pour explorer les effets des nanoparticules dans l’arthrite goutteuse à l’aide de modèles animaux. Sur la base de ces travaux, les chercheurs ont proposé de tester des idées de traitement basées sur la nanomédecine pour l’arthrite goutteuse dans des essais cliniques.

Étude : Effet des nanoparticules dans l'arthrite goutteuse : revue systématique et méta-analyse.  Crédit image : joel bubble ben/Shutterstock
Étude : Effet des nanoparticules dans l’arthrite goutteuse : revue systématique et méta-analyse. Crédit image : joel bubble ben/Shutterstock

Arrière-plan

Un dépôt excessif d’urate monosodique (MSU) dû à une augmentation des taux d’acide urique dans le sang provoque une maladie inflammatoire appelée arthrite goutteuse. La prévalence de cette maladie augmente dans le monde entier, des études épidémiologiques faisant état de taux de prévalence mondiaux compris entre 0,02 % et 6,8 %.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, deux chercheurs ont indépendamment recherché la littérature scientifique publiée (en anglais) dans cinq bases de données, par exemple Scopus et Embase, jusqu’en avril 2022 pour identifier les études qui répondaient aux critères d’éligibilité. Toutes les études éligibles ont utilisé un modèle animal d’arthrite goutteuse. Ils ont utilisé des nanoparticules comme intervention thérapeutique, tandis que leurs groupes témoins ont utilisé de l’allopurinol et de l’indométhacine. Le principal résultat de ces études était le niveau d’acide urique sérique ou le degré de gonflement des articulations.

ils ont utilisé le SYstemmatique Rexamen Centrer pour Lanimal de laboratoire monOutil d’expérimentation du risque de biais (RoB) (SYRCLE) pour évaluer le risque de biais dans les études incluses, où « non » et « oui » indiquaient un risque de biais élevé et faible, respectivement, tandis que les autres étaient étiquetés comme « incertains ». ‘. L’équipe n’a considéré une étude de haute qualité que lorsqu’elle ne présentait pas plus d’un risque incertain.

Lire aussi  Explorer le rôle du microbiome intestinal dans la pathogenèse de la polyarthrite rhumatoïde

L’équipe a défini les tailles d’effet pour cette méta-analyse comme la différence moyenne pondérée (DMP) et l’intervalle de confiance (IC) à 95 %. ils m’ont utilisé2 statistiques pour évaluer l’hétérogénéité des résultats regroupés, où un I2 une valeur comprise entre 50 % et 100 % indique une forte hétérogénéité. Enfin, ils ont exploré la source de l’hétérogénéité à travers des analyses de sous-groupes.

Résultats

La revue systématique actuelle a couvert 10 études, toutes des quasi-expériences, et quatre d’entre elles ont fourni des données spécifiques pour la méta-analyse. Cinq de ces 10 études ne portaient que sur des animaux mâles, tandis que les cinq autres portaient à la fois sur des animaux mâles et femelles. Sept études ont utilisé l’allopurinol comme médicament de contrôle, et deux et une ont utilisé l’indométhacine et l’autocontrôle avant et après l’intervention, respectivement. Comme évalué par l’outil RoB, toutes les études ont montré un risque accru de biais, dont neuf et une étude étaient de qualité moyenne et faible, respectivement.

Les résultats de l’étude ont montré que bien que les nanoparticules réduisaient les niveaux d’acide urique dans le sérum des patients souffrant d’arthrite goutteuse, elles n’étaient pas plus performantes que l’allopurinol. Cependant, ils avaient moins d’effets secondaires sur les fonctions rénales et hépatiques et les profils lipidiques, et étaient plus sûrs pour les patients atteints d’arthrite goutteuse. De plus, les nanoparticules ont réduit l’inflammation des articulations et le diamètre de la cheville.

Les autres avantages des nanoparticules pour l’arthrite goutteuse sont les suivants :

i) Les nanoparticules sont principalement basées sur les propriétés pharmacologiques des matériaux piégés et le transfert de couches de nanomatériaux. Ces substances étaient analgésiques, avaient des propriétés anti-inflammatoires et contrôlaient le stress oxydatif. Le revêtement de nanomatériau a prolongé la demi-vie biologique et amélioré la pharmacocinétique des substances encapsulées afin de maximiser leur effet thérapeutique.

Lire aussi  Un chercheur de l'UH examine les causes de l'atrophie des muscles squelettiques

ii) Les nanoparticules ont amélioré la biodisponibilité des médicaments. Par exemple, une étude de Win et al. ont montré comment des nanoparticules utilisant du polyéthylène glycol succiné 1000 avec de la vitamine E émulsifiée dans de l’acide D,L-lactique-co-glycolique amélioraient l’indice thérapeutique de la formulation du médicament paclitaxel. De plus, les nanoparticules, en particulier les nanoparticules non métalliques, ont montré une meilleure solubilité dans l’eau et une biodisponibilité plus élevée que les plantes médicinales non métalliques (par exemple, le curcuma).

iii) Les nanoparticules étaient plus sûres que l’allopurinol et avaient moins d’effets secondaires sur les reins et le foie, reflétant leur toxicité pour les organes non cibles. Bien que plusieurs nanoparticules dans les études couvertes par cette revue aient provoqué une inflammation du foie causée par le blocage des voies biliaires, les études devraient revoir cette découverte plus en détail pour plus de clarté.

Une autre étude a présenté un exemple notable de profil de sécurité des nanoparticules. Dans cette étude, le sulfate de cuivre (CuSO4) a légèrement réduit le taux d’acide urique chez les animaux de laboratoire atteints de goutte, mais a altéré la fonction hépatique. Cependant, leur piégeage dans les nanoparticules a considérablement réduit les niveaux d’acide urique et causé moins de dommages aux reins et au foie.

En général, les nanoparticules ont efficacement réduit la toxicité de certaines substances thérapeutiques utilisées dans le traitement de l’arthrite goutteuse. De plus, les auteurs ont noté que d’autres facteurs, tels que le nombre d’animaux utilisés dans les études, leur espèce, leur sexe, etc., affectaient également les performances des nanoparticules. Par exemple, parmi tous les animaux, le poulet a servi de modèle idéal pour étudier l’arthrite goutteuse lorsque le MSU a été injecté dans l’articulation de la cheville gauche. D’autres animaux, tels que les souris, les lapins et les poissons zèbres, ont également servi d’animaux modèles pour la goutte.

Lire aussi  L'UM reçoit un nouveau prix de 71 millions de dollars sur sept ans pour les sciences cliniques et translationnelles

Des études humaines ont montré que l’incidence de l’arthrite goutteuse chez les femmes est plus élevée que chez les hommes car sa survenue pourrait être liée à une diminution des taux d’œstrogènes, rendant les femmes ménopausées plus sujettes à cette maladie. Par conséquent, l’effet du traitement de la goutte chez les animaux de test mixtes mâles et femelles était plus important que chez les mâles seuls.

conclusion

Bien que les résultats de cette méta-analyse n’aient pas été concluants et que le développement de la nanomédecine pour l’arthrite goutteuse en soit à ses débuts, cette étude pourrait être une référence prête pour un développement ultérieur.

Néanmoins, l’étude a établi plusieurs avantages de l’utilisation des nanoparticules. Ils ont piégé les substances thérapeutiques d’une manière qui a réduit leur perte avant d’atteindre le site d’action désigné. Ils ont également augmenté sa biodisponibilité pour permettre une utilisation maximale du médicament dans l’organe cible, ce qui a encore réduit les effets négatifs et favorisé les effets thérapeutiques des substances encapsulées sur l’arthrite goutteuse.

À l’avenir, les nanoparticules pourraient traiter efficacement l’arthrite goutteuse en raison de leur innocuité et de leur efficacité. Cependant, il existe un besoin urgent d’essais précliniques et cliniques bien conçus qui démontrent son efficacité dans des échantillons plus importants sur une période prolongée.

Les chercheurs devraient continuer à étudier la posologie optimale des médicaments à base de nanoparticules. Puisqu’ils ont observé une grande hétérogénéité dans le nombre d’animaux dans toutes les études incluses, ce qui affecte l’applicabilité de l’expérience, les chercheurs ont également souligné la nécessité de déterminer le nombre approprié d’animaux pour les expériences de nanomédecine.

Référence magazine :
  • Zhu, R. et al. (2023) « Effet des nanoparticules dans l’arthrite goutteuse : une revue systématique et une méta-analyse », Troubles musculosquelettiques BMC24(1). est ce que je: 10.1186/s12891-023-06186-3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *