Pooja Toshniwal Paharia

Inégalités cliniques et démographiques de la mortalité associées au COVID-19

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont quantifié les changements relatifs et absolus de la mortalité liée à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sur la base des profils cliniques et démographiques de 18 millions de patients adultes pendant la pandémie en Angleterre.

Étude : Changements dans la mortalité liée au COVID-19 dans les principaux sous-groupes démographiques et cliniques : Une étude de cohorte observationnelle utilisant la plateforme OpenSAFELY chez 18 millions d'adultes en Angleterre.  Crédit image : plo/Shutterstock
Étude : Changements dans la mortalité liée au COVID-19 dans les principaux sous-groupes démographiques et cliniques : Une étude de cohorte observationnelle utilisant la plateforme OpenSAFELY chez 18 millions d’adultes en Angleterre. Crédit image : plo/Shutterstock

Des études ont signalé un impact disproportionné de la pandémie de COVID-19 qui varie selon la démographie des patients et les sous-groupes cliniques. Des études antérieures au Royaume-Uni (Royaume-Uni) ont signalé plus de décès associés au COVID-19 lors de la première vague chez les hommes, les non-blancs et les personnes âgées occupant des emplois publics, résidant dans des ménages multigénérationnels et qui ont des troubles d’apprentissage et des comorbidités telles que troubles rénaux et obésité.

Les taux associés aux deuxième et troisième vagues ont été beaucoup plus faibles, peut-être en raison des vaccinations généralisées contre le COVID-19 et d’une meilleure gestion de la maladie. Cependant, les inégalités cliniques et démographiques dans les décès associés à la COVID-19 peuvent persister dans le temps.

À propos de l’étude

Dans la présente étude observationnelle, les chercheurs ont signalé des tendances de la mortalité associée au COVID-19 dans des sous-groupes démographiques et cliniques de patients au cours des vagues successives de la pandémie de coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) entre février 2020 et décembre 2021, pour le National Health Service (NHS) d’Angleterre.

Les données de soins primaires des personnes inscrites auprès des médecins généralistes (MG) et les données des registres de mortalité des trois premières vagues de la pandémie de COVID-19 en Angleterre ont été obtenues à partir de la base de données OpenSAFELY-TPP (première vague : du 23 mars au 30 mai 2020 ; deuxième vague : 7 septembre 2020 au 24 avril 2021 et troisième vague : 28 mai au 14 décembre 2021).

Lire aussi  L'impact de la corticothérapie sur les réponses immunitaires à la vaccination ou à l'infection au COVID-19 chez les patients traités par rituximab atteints de maladies auto-immunes

La population étudiée comprenait 18,7 millions, 18,8 millions et 19 millions de patients adultes infectés par le SRAS-CoV-2 lors des première, deuxième et troisième vagues, respectivement. Les personnes étaient exclues si les données sur leur sexe et leurs caractéristiques démographiques, telles que les valeurs MDI (Index of Multiple Deprivation) ou les régions STP (Sustainability and Transformation Partnership), manquaient.

Le principal résultat de l’étude était les décès associés au COVID-19 sur la base des enregistrements de mortalité liés obtenus auprès de l’ONS (office des statistiques nationales). Les covariables prises en compte pour l’analyse étaient le sexe, l’âge, la race, les habitudes tabagiques, les valeurs IMD, les régions GP STP des patients et l’indice de masse corporelle (IMC). Les comorbidités considérées étaient l’hypertension, le diabète, l’asthme et d’autres troubles respiratoires chroniques, les troubles cardiovasculaires chroniques, les cancers hématologiques et non hématologiques, les maladies rénales chroniques avec/sans arthroplastie rénale, la dialyse ou la greffe de rein.

En outre, les comorbidités comprenaient une maladie hépatique chronique, une maladie neurologique, une greffe d’organe, une asplénie, un lupus/psoriasis/arthrite rhumatoïde, des troubles d’apprentissage, des troubles mentaux graves et des affections entraînant une immunosuppression. Des modèles proportionnels de Cox ont été utilisés pour l’analyse et les taux bruts de mortalité associés au COVID-19 pour 1000 années individuelles ont été calculés en termes relatifs et absolus.

Lire aussi  Amélioration des résultats du COVID-19 pour les patients ADRS via l'onde Omicron

Résultats

Le taux de mortalité absolu brut associé au COVID-19 est passé de 4,5 lors de la première vague à 2,7 lors de la deuxième vague, puis à 0,6 lors de la troisième vague. Les taux de mortalité absolue ont été réduits de 90 % et 20 % entre la première et la troisième vague chez les patients âgés de plus de 80 ans et chez les patients âgés de 18 à 39 ans.

La plus forte diminution proportionnelle de la mortalité associée au COVID-19 standardisée par sexe et âge a également été observée chez les patients atteints de troubles mentaux graves, de maladies neurologiques et de troubles d’apprentissage. En revanche, les taux de mortalité standardisés chez les receveurs de greffes d’organes sont restés largement constants au cours des trois vagues de la pandémie (10 décès pour 1 000 années-personnes).

De plus, une réduction plus faible des taux de mortalité a été observée au cours des vagues successives chez les personnes atteintes de maladie rénale, d’obésité, de cancers hématologiques et de troubles immunosuppresseurs (variation de 0,2 à 0,5 fois pour la troisième vague par rapport à la première) . En conséquence, les risques relatifs de décès associés à la COVID-19 ont diminué au fil du temps pour des variables telles que l’âge, étaient constants pour des variables telles que la race et le sexe, et élevés pour des variables telles que les maladies rénales, l’obésité, les cancers hématologiques, les affections immunosuppressives, et les greffes d’organes.

Le risque relatif de décès pour les personnes âgées de 80 ans ou plus par rapport à celles âgées de 50 à 59 ans était de 41,6, 36,5 et 15,3 pour les première, deuxième et troisième vagues, respectivement, avec un changement de 0,4 fois pour la troisième vague vs. le troisième. première vague. Le risque relatif de décès pour les personnes avec et sans troubles d’apprentissage était de 8,7, 6,9 et 3,9 dans les première, deuxième et troisième vagues, respectivement, avec un changement de 0,5 fois pour la troisième vague face à la première vague.

Lire aussi  Un nouveau traitement donne de l'espoir aux personnes souffrant de maux de dos chroniques

Les risques relatifs de décès pour les hommes par rapport aux femmes étaient de 1,7, 1,6 et 1,9 aux premier, deuxième et troisième cycles, respectivement. Les risques relatifs de décès pour les Asiatiques par rapport aux Blancs étaient de 1,5, 2,0 et 1,9 dans les première, deuxième et troisième vagues, respectivement. Les risques relatifs de décès pour les plus défavorisés (IMD 1) par rapport aux moins défavorisés (IMD 5) étaient de 2,2, 2,2 et 2,8 aux premier, deuxième et troisième cycles, respectivement.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que la mortalité associée au COVID-19 a diminué au cours des vagues successives de la pandémie de COVID-19, en particulier chez les personnes âgées et celles atteintes de maladies neurologiques, de troubles mentaux graves et de troubles d’apprentissage. Cependant, certaines disparités démographiques dans les taux de mortalité ont persisté et des réductions des taux de mortalité associées à la COVID-19 n’ont pas été observées parmi les groupes qui étaient plus susceptibles de démontrer une efficacité plus faible du vaccin contre la COVID-19.

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • La collaboration OpenSAFELY : Linda Nab et al. (2022). Changements dans la mortalité liée au COVID-19 dans des sous-groupes démographiques et cliniques clés : une étude de cohorte observationnelle utilisant la plateforme OpenSAFELY chez 18 millions d’adultes en Angleterre. medRxiv. fais:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.