Fréquentation des espaces verts associée à une moindre consommation de certains médicaments sur ordonnance

Les visites fréquentes dans les espaces verts urbains, tels que les parcs et les jardins communautaires en Finlande, plutôt que la quantité ou les vues depuis chez soi, peuvent être liées à une moindre utilisation de certains médicaments sur ordonnance, suggère une recherche publiée en ligne dans Médecine du travail et de l’environnement.

Les associations observées entre les visites fréquentes dans les espaces verts et une moindre utilisation de médicaments contre la dépression, l’anxiété, l’insomnie, l’hypertension artérielle et l’asthme ne dépendaient pas de la position socio-économique.

L’exposition aux environnements naturels est considérée comme bonne pour la santé, mais les preuves sont incohérentes, disent les chercheurs.

Ils voulaient savoir si le nombre d’espaces verts et bleus résidentiels (plans d’eau), la fréquence des visites dans les espaces verts et les vues des espaces verts et bleus depuis la maison pouvaient être associés séparément à l’utilisation de certains médicaments sur ordonnance. .

Ils ont choisi les médicaments sur ordonnance comme indicateur de mauvaise santé, et ceux de l’anxiété et de l’insomnie, de la dépression, de l’hypertension artérielle et de l’asthme, en particulier, car ils sont utilisés pour traiter des problèmes de santé courants et potentiellement graves.

Ils étaient basés sur les réponses de 16 000 résidents d’Helsinki, d’Espoo et de Vantaa sélectionnés au hasard à l’enquête sur la santé environnementale de la région de la capitale d’Helsinki en 2015-2016. Ces trois villes constituent la plus grande zone urbaine de Finlande.

L’enquête a recueilli des informations sur la façon dont les citadins, âgés d’au moins 25 ans, vivent les espaces résidentiels verts et bleus dans un rayon de 1 km autour de leur domicile.

Lire aussi  Tout ce que vous devez savoir sur Paxlovid, surtout devriez-vous le prendre ?

Les répondants ont également été invités à signaler leur utilisation de médicaments sur ordonnance : médicaments contre l’anxiété, l’insomnie et la dépression, collectivement appelés médicaments psychotropes ; Médicaments pour l’hypertension artérielle et l’asthme; le cas échéant, pour des périodes allant de la dernière semaine à plus d’un an ou jamais.

On leur a également demandé à quelle fréquence ils passaient du temps ou faisaient de l’exercice à l’extérieur dans des espaces verts en mai et en septembre, avec des options allant de jamais à 5 fois ou plus par semaine.

Et on leur a demandé s’ils pouvaient voir des espaces verts ou bleus depuis l’une des fenêtres de leur maison et, si oui, à quelle fréquence ils voyaient ces vues, avec des options allant de rarement à souvent.

Les espaces verts ont été définis comme des forêts, des jardins, des parcs, des parcs de châteaux, des cimetières, des zoos, des associations de végétation herbacée telles que des prairies et des landes naturelles, et des zones humides. Les zones bleues ont été définies comme la mer, les lacs et les rivières.

Les facteurs potentiellement influents ont également été pris en compte, notamment les comportements liés à la santé, la pollution de l’air extérieur et du bruit, ainsi que le revenu et le niveau d’éducation des ménages.

Lire aussi  UCD HealthTech spin-out lève 525 000 € pour lancer un programme de gestion du poids de 12 mois

L’analyse finale comprenait environ 6 000 participants qui ont fourni des informations complètes.

Cela a montré que le nombre d’espaces verts et bleus résidentiels, ou les vues de ceux-ci depuis la maison, n’étaient pas associés à la consommation de médicaments sur ordonnance en santé mentale, à l’insomnie, à l’hypertension artérielle ou à l’asthme.

Mais la fréquence des visites dans les espaces verts l’était. Comparativement aux visites moins d’une fois par semaine, les visites 3 à 4 fois par semaine étaient associées à 33 % moins de probabilités d’utiliser des médicaments pour la santé mentale, 36 % moins de probabilités d’utiliser des médicaments contre l’hypertension et 26 % moins susceptibles d’utiliser des médicaments contre l’asthme.

Les chiffres équivalents pour visiter au moins 5 fois par semaine étaient respectivement inférieurs de 22 %, 41 % et 24 %.

Ces associations observées s’affaiblissent lorsque le poids (IMC) est pris en compte, en particulier pour les médicaments contre l’asthme, puisque l’obésité est un facteur de risque connu pour l’asthme, notent les chercheurs.

Les effets de la fréquentation des espaces verts sont également les plus forts chez ceux qui déclarent le revenu annuel du ménage le plus faible (moins de 30 000 €). Mais, en général, les associations trouvées ne dépendaient pas du revenu familial ou du niveau d’éducation.

Il s’agit d’une étude observationnelle, elle ne peut donc pas établir de cause à effet. Aucune information n’était disponible sur la gravité de la maladie et une meilleure santé peut permettre à une personne de passer plus de temps à l’extérieur.

La Finlande a une grande couverture forestière, tandis que les villes finlandaises sont relativement vertes, ce qui les rend faciles d’accès avec un minimum d’effort pour ceux qui souhaitent utiliser les espaces verts, ajoutent-ils.

Lire aussi  Traitement de l'obésité susceptible d'améliorer les résultats cliniques dans la SEP

Mais ils concluent : « L’accumulation de preuves scientifiques soutenant les bienfaits pour la santé de l’exposition à la nature est susceptible d’augmenter l’offre d’espaces verts de haute qualité en milieu urbain et de promouvoir leur utilisation active. Cela pourrait être un moyen d’améliorer la santé et le bien-être. être dans les villes ».

Fontaine:

bmj

Référence magazine :

Turunen, AW, et coll. (2023) Associations transversales de différents types d’exposition à la nature avec des médicaments psychotropes, antihypertenseurs et contre l’asthme Associations transversales de différents types d’exposition à la nature avec des médicaments psychotropes, antihypertenseurs et contre l’asthme. Médecine du travail et environnementale. doi.org/10.1136/oemed-2022-108491.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *