Dr Priyom Bose, Ph.D.

Dans quelle mesure l’exposition au bruit résidentiel affecte-t-elle le sommeil des préadolescents ?

Dans les zones urbaines, les personnes sont constamment exposées au bruit ambiant, en particulier au bruit du trafic routier. Le bruit a été identifié comme un contributeur important aux problèmes de santé publique. Plus de 100 millions de citoyens européens sont exposés à un niveau sonore quotidien moyen d’au moins 55 décibels (dB). Le niveau de bruit jour-soirée-nuit (LDEN) est une norme européenne pour exprimer les niveaux de bruit pendant une journée entière. De même, LNIGHT est l’indicateur de bruit nocturne. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé de réduire les niveaux de bruit à 53 dB et 45 dB pour les expositions au bruit LDEN et LNIGHT, respectivement.

une récente Enquête environnementale agenda étude a étudié l’association entre l’exposition au bruit environnemental et le sommeil chez les pré-adolescents européens.

Étude : exposition résidentielle au bruit extérieur et sommeil chez des préadolescents de deux cohortes de naissance européennes.  Crédit d'image : H_Ko/ShutterstockÉtude : exposition résidentielle au bruit extérieur et sommeil chez des préadolescents de deux cohortes de naissance européennes. Crédit d’image : H_Ko/Shutterstock

Arrière-plan

Le sommeil est essentiel pour plusieurs fonctions biologiques vitales, telles que le développement neuronal et la neuroplasticité. De nombreuses études ont révélé que ces processus neuronaux se produisent tôt dans la vie jusqu’à l’adolescence, soulignant à quel point le sommeil est essentiel à ces étapes de la vie.

Les perturbations du sommeil ont été associées à de nombreux problèmes de santé à court terme (p. ex., réactivité accrue au stress, problèmes somatiques et problèmes de comportement) et à long terme (p. ex., syndrome métabolique, hypertension, maladies cardiovasculaires et diabète sucré de type 2).

Lire aussi  Symptômes et qualité de vie chez les personnes présentant des séquelles post-aiguës du SARS-CoV-2

Bien que des études antérieures aient montré que l’exposition au bruit environnemental provoque des troubles du sommeil plus importants et conduit à une durée de sommeil plus courte chez les adultes, peu de recherches sont disponibles sur l’impact du bruit environnemental sur le sommeil des enfants. Une étude antérieure a révélé que les enfants âgés de 7 à 14 ans exposés à des niveaux plus élevés de bruit de la circulation extérieure souffraient de troubles du sommeil. Cette constatation était basée sur des données autodéclarées et rapportées par les parents sur la qualité du sommeil. Cependant, de nombreuses études contredisent ce rapport montrant que le bruit extérieur quotidien n’affecte pas le sommeil des bébés ou des enfants.

En général, l’association entre le bruit ambiant du trafic routier et la qualité du sommeil chez les enfants n’était pas concluante. Peu d’études ont utilisé l’actigraphie du poignet, qui fournit des données très précieuses sur les troubles du sommeil.

À propos de l’étude

La présente étude a examiné le lien entre le trafic routier résidentiel LDEN extérieur et les expositions multiples au bruit sur la base des troubles du sommeil signalés par la mère et des mesures physiologiques du sommeil chez les préadolescents. Dans cette étude transversale, des données ont été obtenues à partir de l’étude néerlandaise sur la génération R et du projet espagnol sur l’enfance et l’environnement (INMA), qui comprenait une cohorte multiethnique européenne de femmes enceintes et de leurs enfants.

Environ 32 % des préadolescents de la cohorte INMA-Sabadell et environ 20 % de l’étude Generación R avaient des problèmes d’éveil. Dans les deux cohortes, le temps de sommeil moyen a été estimé entre 7,2 et 7,5 heures avec une efficacité du sommeil de 85 %. La latence d’endormissement et l’éveil du sommeil se sont avérés faiblement mais positivement corrélés avec les facteurs affectant le sommeil. Les niveaux moyens d’exposition au bruit du trafic routier ont été estimés à 53,2 307 dB dans l’étude Generación R et à 61,3 dB dans la cohorte INMA-Sabadell.

Lire aussi  Les patients souffrant d'insomnie sont 69% plus susceptibles d'avoir une crise cardiaque

Résultats de l’étude

Selon les données autodéclarées par les mères, il n’y avait pas d’association entre le trafic routier et l’exposition multiple au bruit et aux troubles du sommeil. Cependant, les données d’actigraphie ont révélé qu’une circulation routière significativement plus importante réduisait la durée du sommeil. De plus, la circulation routière et les multiples expositions au bruit ont conduit les enfants vivant au sous-sol, au rez-de-chaussée ou au premier étage à se réveiller après des sommeils plus longs.

La conclusion de cette enquête est cohérente avec certaines études qui ont suggéré une association possible entre l’exposition au bruit de la circulation routière et le sommeil chez les enfants et les préadolescents. Cependant, des divergences avec cet effet ont également été observées, où aucune telle association n’a été observée.

Les résultats différents entre les études pourraient être dus au fait que certaines personnes s’habituent au bruit. Cela se produit lorsque les neurones s’adaptent à des stimuli auditifs répétitifs mais répondent à des stimuli aux propriétés physiques variées. De plus, certaines variations ont été observées entre les enfants qui dormaient seuls dans une chambre et ceux qui dormaient avec leurs parents. Les bébés sans frères et sœurs sont habitués à réduire les niveaux de bruit, ce qui les rend plus sensibles au bruit des transports nocturnes, ce qui entraîne des conséquences néfastes pour la santé. Une étude précédente a indiqué une forte association entre le statut socio-économique (SSE) et le sommeil, c’est-à-dire que les enfants appartenant à un faible SSE connaissent une durée de sommeil plus courte et une qualité de sommeil inférieure.

Lire aussi  Quel a été l'impact de la COVID-19 sur les comportements liés à la santé ?

Forces et limites

L’un des points forts de cette étude est la grande taille de la cohorte provenant de deux pays européens différents. De plus, lors de l’analyse de l’association entre l’exposition au bruit de la circulation routière extérieure et le sommeil, le sol spécifique de la chambre a été pris en compte. Cette inclusion a facilité une analyse plus précise des estimations de bruit. Enfin, les ajustements nécessaires ont été faits pour les facteurs de confusion liés à l’exposition au bruit environnemental et au sommeil chez les préadolescents.

Une des limites de la présente étude est son caractère transversal. Par conséquent, de futures études longitudinales devraient être menées pour déterminer si l’exposition au bruit environnemental est liée au sommeil au cours des différentes étapes du développement des habitudes de sommeil pendant l’enfance et l’adolescence. Une autre limitation est associée à l’actigraphie, qui estime les habitudes de sommeil en fonction du suivi des mouvements. Les mouvements pendant le sommeil agité pourraient être mal interprétés, biaisant l’estimation.

Référence magazine :
  • Pérez-Crespo, L. et al. (2023) Exposition au bruit résidentiel extérieur et sommeil chez les préadolescents de deux cohortes de naissance européennes, Enquête environnementale. faire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *