Un nouveau rapport montre une augmentation des taux de troubles mentaux chez les 17 à 19 ans d'ici 2022

Un nouveau rapport montre une augmentation des taux de troubles mentaux chez les 17 à 19 ans d’ici 2022

Un jeune sur quatre âgé de 17 à 19 ans en Angleterre avait un trouble mental probable en 2022, contre un sur six en 2021.

Crédit d’image : NHS Digital

Le rapport 2022 sur la santé mentale des enfants et des jeunes en Angleterre, publié aujourd’hui par NHS Digital, a montré que chez les 17-19 ans, la proportion de personnes souffrant d’un trouble mental probable est passée de 17,4 % en 2021 à 25,7 % en 2022.

Ce rapport explore la santé mentale des enfants et des jeunes en Angleterre en 2022 et son évolution depuis 2017, 2020 et 2021. Les points de vue et les expériences de la vie familiale, de l’éducation, des circonstances familiales, des services et de l’emploi sont examinés .

En 2017, 10,1 % des 17-19 ans avaient un trouble mental probable ; le taux est passé à 17,7 % en 2020, mais est resté stable entre 2020 et 2021, où il était de 17,4 %.

Chez les enfants âgés de 7 à 16 ans, la proportion avec un trouble mental probable était de 18,0 % en 2022, contre 12,1 % en 2017, mais un taux similaire à 2020, où elle était de 16,7 %, et à celle de 2021, où elle était de 17,8 %. .

En 2022, chez les personnes âgées de 7 à 10 ans, la prévalence d’un trouble mental probable était presque le double chez les garçons (19,7 %) que chez les filles (10,5 %). Les taux de troubles mentaux probables étaient similaires chez les garçons (18,8 %) et les filles (22,0 %) âgés de 11 à 16 ans. Chez les 17 à 24 ans, la prévalence était beaucoup plus élevée chez les jeunes femmes (31,2 %) que chez les jeunes hommes (13,3 %). ).

Les résultats sont basés sur un échantillon de 2 866 enfants et jeunes qui sont maintenant âgés de 7 à 24 ans, tandis que les parents ont également fourni des informations pour les enfants âgés de 7 à 16 ans. Cette publication fait partie d’une série de rapports de suivi de l’enquête de 2017 sur la santé mentale des enfants et des jeunes en Angleterre.

Lire aussi  Des études EEG pendant la nuit peuvent aider à éclairer les soins pour les filles atteintes du syndrome de Rett

L’enquête, commandée par NHS Digital, a été réalisée plus tôt cette année par l’Office for National Statistics (ONS), le National Center for Social Research (NatCen), l’Université de Cambridge et l’Université d’Exeter.

Parmi les autres sujets abordés dans le rapport, mentionnons :

circonstances du ménage

Les enfants avec un trouble mental probable étaient plus susceptibles que les autres de vivre dans un ménage éprouvant des difficultés financières :

  • Parmi les 17-22 ans ayant un trouble mental probable, 14,8 % ont déclaré vivre dans un ménage qui n’avait pas pu acheter suffisamment de nourriture ou avoir utilisé une banque alimentaire au cours de l’année précédente, comparativement à 2,1 % de ceux qui n’en avaient probablement pas avoir un trouble mental. désordre.
  • Une personne sur cinq (19,9 %) âgée de 7 à 16 ans vivait dans un ménage dont le revenu du ménage avait diminué au cours de l’année écoulée. C’était plus d’un enfant sur quatre (28,6 %) avec un trouble mental probable.
  • 17,8 % des enfants âgés de 7 à 16 ans atteints d’un trouble mental probable vivaient dans un ménage en retard de factures, de loyer ou d’hypothèque, comparativement à 7,6 % de ceux qui n’avaient probablement pas de trouble mental.
  • 13,6 % des enfants avec un trouble mental probable vivaient dans une maison où ils n’avaient pas les moyens de chauffer suffisamment la maison, comparativement à 6,0 % de ceux qui n’avaient probablement pas de trouble mental.

École

Les enfants avec un trouble mental probable étaient plus susceptibles que les autres d’avoir des opinions et des expériences négatives à l’école :

  • Les enfants âgés de 11 à 16 ans avec un trouble mental probable étaient moins susceptibles de se sentir en sécurité à l’école (61,2 %) que ceux qui n’avaient probablement pas de trouble mental (89,2 %). Ils étaient également moins susceptibles de déclarer aimer apprendre ou d’avoir un ami vers qui se tourner pour obtenir de l’aide.
  • Les taux d’absentéisme scolaire étaient plus élevés chez les enfants atteints de troubles mentaux probables ; 12,6 % ont manqué plus de 15 jours d’école, comparativement à 3,9 % de ceux qui sont susceptibles de ne pas avoir de trouble mental.
  • En regardant tous les 11-16 ans interrogés, qu’ils aient ou non un trouble mental probable, 38,6 % étaient préoccupés par l’impact que la COVID-19 a eu sur leur travail scolaire et 43,5 % étaient préoccupés par l’effet sur leurs futurs résultats aux tests.
Lire aussi  Les ondes cérébrales peuvent aider à relier les informations à travers le cortex humain

Réseaux sociaux

Les enfants et les jeunes avec un trouble mental probable étaient plus susceptibles que les autres d’être victimes d’intimidation en ligne :

  • Un utilisateur de réseaux sociaux sur huit (12,6 %) âgé de 11 à 16 ans a déclaré avoir été victime d’intimidation en ligne. C’était plus d’une personne sur quatre (29,4 %) parmi les personnes atteintes d’un trouble mental probable.
  • Les utilisateurs de médias sociaux âgés de 11 à 16 ans atteints d’un trouble mental probable étaient moins susceptibles de déclarer se sentir en sécurité en ligne (48,4 %) que ceux qui n’avaient probablement pas de trouble (66,5 %).
  • Parmi tous les utilisateurs de médias sociaux âgés de 17 à 24 ans interrogés, qu’ils aient ou non un trouble mental probable, les jeunes femmes étaient presque deux fois plus susceptibles de déclarer avoir été victimes d’intimidation en ligne (19,5 %) par rapport à 11,3 % des jeunes hommes.

problèmes d’alimentation

Le rapport comprend des données sur les problèmes alimentaires potentiels, indiquant une plus grande probabilité de problèmes ou de difficultés alimentaires plus larges. Cela ne signifie pas que l’enfant ou le jeune avait un trouble de l’alimentation.

  • 12,9 % de 11 à 16 ans ; 60,3% des 17-19 ans et 62,2% des 20-23 ans avaient un possible problème alimentaire en 2022.
  • Dans toutes les tranches d’âge, le taux d’éventuels problèmes alimentaires était plus élevé chez les filles que chez les garçons : pour les garçons de 11 à 16 ans, le taux était de 17,8 % pour les filles contre 8,1 % pour les enfants. Chez les jeunes de 17 à 19 ans, le taux était de 75,9 % chez les jeunes femmes, contre 45,5 % chez les jeunes hommes.
  • Chez les enfants de 11 à 16 ans, le taux d’éventuels problèmes d’alimentation a augmenté entre 2017 (6,7 %) et 2021 (13,0 %), puis est resté stable entre 2021 et 2022 (12,9 %).
  • Chez les jeunes de 17 à 19 ans, la prévalence d’éventuels problèmes alimentaires est passée de 44,6 % en 2017 à 58,2 % en 2021. Les taux sont restés stables entre 2021 (58,2 %) et 2022 (60,3 %).
Lire aussi  Les problèmes de sommeil peuvent être liés aux facteurs de risque du diabète de type 2

troubles du sommeil

Les problèmes de sommeil étaient plus fréquents chez les enfants et les jeunes ayant un trouble mental probable que chez ceux qui étaient peu susceptibles d’avoir un trouble :

  • 34,0 % des 7-16 ans et 64,0 % des 17-23 ans ont eu du mal à dormir trois fois ou plus au cours des sept nuits précédentes. Parmi ceux qui avaient un trouble mental probable, cela s’élevait à 72,3 % chez ceux âgés de 7 à 16 ans et à 89,5 % chez ceux âgés de 17 à 23 ans.

Solitude

La solitude était plus fréquente chez les enfants et les jeunes atteints de troubles mentaux probables :

  • 5,2 % des 11 à 16 ans et 12,6 % des 17 à 22 ans déclarent se sentir souvent ou toujours seuls.
  • La solitude était plus élevée chez les personnes atteintes d’un trouble mental probable, 18,0 % des personnes âgées de 11 à 16 ans et 28,9 % des personnes âgées de 17 à 22 ans déclarant se sentir seules souvent ou toujours.

l’automutilation

Les enfants et les jeunes atteints d’un trouble mental probable étaient plus susceptibles de déclarer s’être mutilés :

  • 28,3 % des 7 à 16 ans et 68,6 % des 17 à 24 ans avec un trouble mental probable ont déjà tenté de se faire du mal. Parmi les personnes peu susceptibles d’avoir un trouble mental, 2,5 % des personnes âgées de 7 à 16 ans et 17,8 % de celles âgées de 17 à 24 ans avaient tenté de se faire du mal.
Fontaine:

Service national de santé numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *