Tarun Sai Lomté

Comparaison des caractéristiques cliniques et des résultats des patients COVID-19 gravement malades avec un groupe admis aux soins intensifs pour une pneumonie grippale

Une étude récente publiée dans le journal des infections a évalué les différences cliniques entre la maladie à coronavirus gravement malade 2019 (COVID-19) et les patients atteints de grippe.

Étude : Différences dans les caractéristiques cliniques et les résultats entre le COVID-19 et la grippe chez les patients adultes gravement malades : une étude de base de données nationale.  Crédit d'image : Thaiview/Shutterstock.com
Étude : Différences dans les caractéristiques cliniques et les résultats entre le COVID-19 et la grippe chez les patients adultes gravement malades : une étude de base de données nationale. Crédit d’image : Thaiview/Shutterstock.com

Arrière-plan

La cause la plus fréquente d’insuffisance respiratoire aiguë était la grippe avant la COVID-19. La pandémie de grippe a été utilisée pour modéliser et planifier les épidémies. Les caractéristiques communes de la COVID-19 et de la grippe sont la transmission interhumaine par gouttelettes et le syndrome de détresse respiratoire aiguë. Cependant, seules quelques études ont comparé les caractéristiques et les résultats des patients atteints de COVID-19 et de la grippe.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont comparé les caractéristiques cliniques et les résultats entre les patients COVID-19 et une cohorte historique de grippe en France en utilisant les données d’une base de données administrative des soins de santé. Les patients COVID-19 admis dans les unités de soins intensifs (USI) ont été inclus entre mars 2020 et juin 2021. De plus, les patients de la cohorte historique de la grippe ont été admis dans les unités de soins intensifs entre 2014 et 2019.

Les patients avaient besoin des codes de la Classification internationale des maladies, dixième révision (CIM-10) appropriés pour le diagnostic de la grippe ou du COVID-19 pour l’inclusion. À l’admission, l’âge, le sexe, le score de physiologie aiguë simplifié II (SAPS-II) ont été enregistrés et l’indice de comorbidité de Charlson a été calculé. Les patients présentant une aplasie de la moelle osseuse, une greffe d’organe solide, une agranulocytose ou un traitement contre le cancer étaient considérés comme immunodéprimés.

Lire aussi  Quelle est la diversité génomique des infections à SARS-CoV-2 dans les ménages ?

Pendant l’hospitalisation, l’équipe a enregistré l’utilisation de la ventilation non invasive (VNI) ou invasive, de l’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO), de la canule nasale à haut débit (HFNC), du positionnement sur le ventre et des vasopresseurs. En outre, ils ont documenté si les patients ont développé des événements de thrombose veineuse ou ont subi une thérapie de remplacement rénal.

Les résultats de l’étude étaient le séjour en soins intensifs/à l’hôpital, la durée de la ventilation et l’état vital à la sortie. Le statut vaccinal a été obtenu à partir de 2021. Des tests du chi carré ou de Wilcoxon ont été utilisés pour les comparaisons entre les patients grippés et COVID-19. L’équipe a identifié les facteurs de risque à l’aide du modèle Fine-Gray. Tout d’abord, ils ont estimé le risque relatif secondaire pour la ventilation invasive en analyse univariée.

Par la suite, une analyse multivariée a été ajustée pour un ensemble prédéfini de facteurs de confusion tels que l’âge, le type d’infection, le sexe, les maladies cardiaques, le diabète sucré, le cancer, l’immunosuppression, le SAPS-II modifié, les hémopathies malignes, l’hypertension artérielle et les maladies rénales chroniques. L’association entre le type d’infection et le décès intra-hospitalier a également été déterminée.

recommandations

L’étude a inclus 105 979 patients atteints de COVID-19 et 18 763 atteints de la grippe. La majorité des patients COVID-19 étaient des hommes et avaient des scores SAPS-II inférieurs à l’admission que les patients grippaux. Le diabète sucré, les tumeurs solides, l’hypertension artérielle et les maladies rénales chroniques étaient plus fréquents dans la cohorte COVID-19.

En revanche, la cirrhose, les tumeurs malignes, les maladies respiratoires chroniques et les cardiopathies congestives étaient plus fréquentes dans la cohorte grippale. Environ 34 %, 18 % et 6 % des patients COVID-19 ont nécessité une ventilation invasive, une HFNC et une VNI, respectivement. En revanche, la majorité des patients grippés (47 %) ont eu besoin d’une ventilation invasive.

Le COVID-19 était associé à une probabilité réduite de ventilation invasive et à un risque accru de mortalité hospitalière sans ventilation invasive. La position couchée a été utilisée pour 19 % et 12 % des patients atteints de COVID-19 et de grippe, respectivement, tandis que l’ECMO a été utilisée pour 1 % des patients de chaque cohorte. La cohorte COVID-19 était moins susceptible de nécessiter des vasopresseurs et une thérapie de remplacement rénal que la cohorte de la grippe.

Les patients COVID-19 étaient plus susceptibles de développer une embolie pulmonaire que les patients grippaux. Les décès à l’hôpital étaient plus élevés dans la cohorte COVID-19 que dans la cohorte grippale. En particulier, pour les patients de moins de 60 ans, les décès à l’hôpital étaient plus élevés chez les patients atteints de grippe que dans la cohorte COVID-19. En revanche, pour les patients de 60 ans ou plus, la mortalité était plus élevée dans la cohorte COVID-19.

Le modèle Fine-Gray ajusté a révélé un risque plus élevé de mortalité hospitalière chez les patients atteints de COVID-19 que chez les patients atteints de grippe, en particulier pour les patients de 65 ans ou plus. Ce résultat était cohérent dans le sous-groupe de patients nécessitant une ventilation invasive. Le séjour à l’hôpital était plus long pour les patients COVID-19 que pour les patients grippaux. Le séjour aux soins intensifs était plus long pour les patients atteints de COVID-19, bien que la différence ne soit pas cliniquement pertinente.

Lire aussi  Les chercheurs collaborent sur une étude de cas de 15 mois pour examiner le rétablissement des patients suite à une altération de l'hormone adrénocorticotrope

Cependant, dans le sous-groupe de patients sous ventilation invasive, les patients COVID-19 ont eu un séjour en USI significativement plus long que les patients grippaux. Les enquêteurs ont mené des analyses de sensibilité limitant l’admission des patients COVID-19 en 2021 et ont constaté que les patients COVID-19 présentaient un risque élevé de mortalité par rapport aux patients grippaux, quel que soit le statut vaccinal COVID-19.

conclusion

En résumé, les enquêteurs ont observé des différences significatives dans la gestion des soins intensifs et les caractéristiques et résultats cliniques entre les patients COVID-19 gravement malades et les patients grippaux. Les patients COVID-19 étaient moins susceptibles de nécessiter une ventilation invasive. Quoi qu’il en soit, les patients COVID-19, en particulier les adultes plus âgés (≥ 65 ans), ont montré un risque de mortalité systématiquement plus élevé que les patients grippaux, indépendamment de la ventilation invasive ou du statut vaccinal.

Référence magazine :
  • Naouri D, Pham T, Dres M, et al. Différences dans les caractéristiques cliniques et les résultats entre COVID-19 et la grippe chez les patients adultes gravement malades : une étude de base de données nationale. journal des infections2023. est ce que je: 10.1016/j.jinf.2023.05.011

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *