Une grande étude canadienne suggère que les vaccins à ARNm COVID-19 peuvent être utilisés en toute sécurité pendant la grossesse

Selon une vaste étude canadienne publiée dans La revue The Lancet Infectious Diseases.

La pandémie de COVID-19 a touché de manière disproportionnée les femmes enceintes, qui courent un risque plus élevé de maladie grave due au COVID-19 par rapport aux personnes non enceintes du même âge. Les vaccins COVID-19 ont été recommandés pour une utilisation pendant la grossesse dans de nombreux pays au début du déploiement du vaccin, sur la base de l’innocuité précédemment établie des vaccins inactivés pendant la grossesse et des données rassurantes du petit nombre de grossesses survenues au cours des essais de vaccins pré-homologation.

Cette étude est l’une des premières à se pencher sur les effets secondaires du vaccin dans un groupe de femmes enceintes vaccinées en même temps qu’un groupe de femmes enceintes non vaccinées et un groupe de femmes non enceintes vaccinées pour permettre des comparaisons entre les trois.

Au début du déploiement du vaccin contre la COVID-19, le taux de prise du vaccin chez les femmes enceintes était faible en raison de préoccupations concernant la disponibilité des données et la sécurité des vaccins. L’acceptation est encore inférieure à la moyenne chez les femmes non enceintes en âge de procréer. De grandes études observationnelles comme la nôtre sont essentielles pour bien comprendre les taux d’événements indésirables pour la santé chez les femmes enceintes après différentes doses de vaccination contre la COVID-19. Ces informations doivent être utilisées pour informer les femmes enceintes des effets secondaires qu’elles peuvent ressentir dans la semaine suivant la vaccination. »

Dr Manish Sadarangani du British Columbia Children’s Hospital Research Institute et premier auteur de l’étude

Cette nouvelle étude, du Réseau national canadien sur la sécurité des vaccins (CANVAS), a analysé les données de participants dans sept provinces et territoires canadiens entre décembre 2020 et novembre 2021. Tous les participants vaccinés ont été invités à signaler tout événement de santé au cours des sept prochains jours. chaque dose du vaccin COVID-19. Le groupe témoin de femmes enceintes non vaccinées a été invité à enregistrer tout problème de santé au cours des sept jours précédant l’enquête. Au total, 191 360 femmes âgées de 15 à 49 ans dont la grossesse était connue ont répondu à la première enquête sur la dose et 94 937 ont répondu à la deuxième enquête sur la dose.

Lire aussi  La lignée prédominante en Europe des gonocoques est résistante à l'un des traitements pharmacologiques usuels

Un « événement de santé important » a été défini comme un événement de santé nouveau ou s’aggravant qui était suffisant pour amener le participant à manquer l’école/le travail, nécessiter une consultation médicale et/ou entraver les activités quotidiennes au cours des sept jours précédents. Un « événement de santé grave » a été défini comme tout événement ayant entraîné une visite au service des urgences et/ou une hospitalisation au cours des sept jours précédents.

Les chercheurs ont découvert que 4,0 % (226/5 597) des femmes enceintes vaccinées par l’ARNm ont signalé un problème de santé important dans les sept jours suivant la première dose d’un vaccin à ARNm, et 7,3 % (227/3 108) après la deuxième dose. Les événements de santé significatifs les plus courants après la deuxième dose chez les femmes enceintes étaient une sensation générale de malaise, des maux de tête/migraine et une infection des voies respiratoires.

En comparaison, 3,2 % (11/339) des participantes enceintes non vaccinées ont signalé des événements similaires au cours des sept jours précédant la fin de l’enquête. Dans le groupe témoin non enceinte vacciné, 6,3 % (10 950/174 765) ont signalé un problème de santé important dans la semaine suivant la première dose et 11,3 % (10 254/91 131) après la deuxième dose. Les événements de santé graves étaient rares dans tous les groupes (moins de 1 %) et se produisaient à des taux similaires chez les personnes enceintes vaccinées, les personnes non enceintes vaccinées et les témoins non vaccinés après les doses un et deux.

Lire aussi  COVID-19 pendant la grossesse altère la réponse immunitaire placentaire à d'autres infections

Les fausses couches/mortinaissances étaient les issues de grossesse indésirables les plus fréquemment signalées, sans différence significative entre les taux chez les femmes vaccinées et non vaccinées ; 2,1 % (7/339) des femmes enceintes non vaccinées et 1,5 % (83/5597) des femmes enceintes vaccinées ont fait une fausse couche ou un mort-né dans les sept jours suivant la première dose de tout vaccin à ARNm.

« Le taux plus faible d’événements de santé significatifs chez les femmes enceintes vaccinées, par rapport aux personnes non enceintes vaccinées, est inattendu et nécessite une enquête plus approfondie. Des études antérieures sur d’autres vaccins chez les femmes enceintes n’ont pour la plupart signalé aucune différence significative dans les résultats. » femmes non enceintes. les femmes enceintes ou ont trouvé des taux plus élevés pendant la grossesse D’autres études sur les vaccins à ARNm autres que le COVID-19 sont nécessaires pour déterminer si la réduction des effets secondaires observée chez les femmes enceintes dans cette étude est une caractéristique de la plateforme vaccinale d’ARNm ou de ces vaccins spécifiques . . » déclare la Dre Julie Bettinger, auteure principale de cet article et également de l’Institut de recherche de l’hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

Les auteurs avertissent que la majorité des participants déclarant leur origine ethnique dans cette étude étaient de race blanche et que, par conséquent, ces données peuvent ne pas être entièrement généralisables à d’autres populations. De plus, cette étude s’est concentrée sur les événements de santé survenus dans les sept premiers jours suivant la vaccination et ne peut donc rien conclure sur les réactions à plus long terme. Cependant, un suivi à plus long terme de cette cohorte est en cours. Une autre limite de cette étude est que les données sont basées sur des auto-déclarations par les participants à l’étude, sans vérification par les dossiers médicaux.

Lire aussi  Une étude fournit des conseils pour neutraliser le virus Lassa à l'aide d'un trio d'anticorps rares

Écrivant dans un commentaire lié, le Dr Sascha Ellington et le Dr Christine Olson des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, les vaccins à ARNm COVID-19 sont sans danger pendant la grossesse. […] La vaccination contre le COVID-19 chez les femmes enceintes reste inférieure à celle des femmes non enceintes en âge de procréer. Compte tenu des risques de maladie grave et d’issues défavorables de la grossesse, il est impératif que nous continuions à collecter et à diffuser des données sur l’innocuité et l’efficacité de la vaccination contre la COVID-19 pendant la grossesse et que nous encourageons les prestataires de soins de santé à promouvoir la vaccination pendant tous les trimestres de la grossesse.

Police de caractère:

la lancette

Référence de la revue :

Sadarangani, M. et al. (2022) COVID-19 Vaccine Safety in Pregnancy: A Canadian National Vaccine Safety Network (CANVAS) Network Cohort Study. Les maladies infectieuses du Lancet. doi.org/10.1016/S1473-3099(22)00426-1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *