Dr Priyom Bose, Ph.D.

Une étude révèle que le COVID est associé à des pathologies placentaires anormales dans près de 50 % de la cohorte

La pandémie actuelle de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), causée par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), a considérablement affecté le secteur de la santé et l’économie mondiales. À ce jour, le SRAS-CoV-2 a infecté plus de 584 millions de personnes et fait plus de 6,41 millions de morts dans le monde.

Les chercheurs ont travaillé à une vitesse sans précédent pour analyser divers aspects du COVID-19 dans le but de concevoir des mesures pharmaceutiques et non pharmaceutiques efficaces pour protéger les personnes contre cette maladie.

Étude : Pathologie placentaire chez les mères infectées par la maladie à coronavirus 2019 et son impact sur l'issue de la grossesse.  Crédit d'image : SciePro/Shutterstock.com

Étudier: Pathologie placentaire chez les mères infectées par la maladie à coronavirus 2019 et son impact sur l’issue de la grossesse. Crédit d’image : SciePro/Shutterstock.com

Arrière plan

La grossesse induit un état d’immunodépression chez la mère, la rendant plus vulnérable aux infections respiratoires virales. Des études antérieures ont révélé que le placenta, qui fournit des nutriments au fœtus, présente une réponse immunitaire atténuée et abrite de nombreuses infections virales.

Certaines conditions maternelles qui pourraient affecter les résultats de la grossesse comprennent l’activation inflammatoire, l’hypoxie et l’augmentation des événements thrombotiques secondaires au COVID-19. Bien que les caractéristiques placentaires du COVID-19 aient été décrites, les preuves concernant les résultats pathologiques caractéristiques associés aux pathologies placentaires résultant du COVID-19 manquent toujours.

À propos de l’étude

Dans un récent Placenta étude de journal, les chercheurs décrivent l’impact des changements morphologiques du placenta dans COVID-19 sur les résultats de la grossesse.

La présente étude a été menée à l’Institut postdoctoral des sciences et de la recherche médicales (PGIMER), Chandigarh, Inde, entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021. Femmes enceintes atteintes de COVID-19 qui ont accouché à PGIMER.

Lire aussi  Le stress chronique pendant la grossesse affecte l'homéostasie du fer fœtal

Toutes les femmes enceintes ont été testées positives pour COVID-19, comme confirmé par le test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR) ou le test GeneXpert Dx Xpress SARSCoV-2 RT-PCR. Seules les femmes ayant accouché à plus de 20 semaines de gestation ont été incluses dans la cohorte de l’étude.

Les données pertinentes telles que les caractéristiques démographiques, le type d’accouchement, la gravité de la COVID-19, les complications obstétriques, la mortalité maternelle et les détails néonataux des candidats sélectionnés ont été évalués.

Résultats de l’étude

Un total de 179 placentas obtenus de 170 participants ont été analysés dans la présente étude. Plus de 49 % des placentas présentaient au moins une caractéristique anormale à l’examen histopathologique (HPE).

Plus précisément, près de 28 % avaient une malformation vasculaire maternelle, suivie d’un dépôt de fibrine villositaire, d’une vasculopathie fœtale et d’une inflammation aiguë à des taux d’environ 23 %, 17 % et 7 %, respectivement. Ces résultats sont cohérents avec les rapports précédents qui ont révélé que la majorité des anomalies placentaires étaient liées à la vasculopathie fœtale, suivie de la villite, de l’intervilliite et de la chorioamnionite.

La présence d’anomalies placentaires n’était pas liée à la gravité de la COVID-19. Contrairement aux études précédentes, le risque de prééclampsie cliniquement détectée ou de décollement placentaire n’était pas élevé chez les mères présentant une pathologie placentaire anormale.

Lire aussi  Les médulloblastomes surviennent beaucoup plus tôt dans la grossesse qu'on ne le pensait auparavant et peuvent être évités

L’examen morphologique du placenta a révélé une incidence élevée de caillots/d’hémorragie rétroplacentaire (RP). Cela pourrait être dû à une hémorragie antepartum silencieuse causée par le COVID-19.

Les résultats de la grossesse ont été comparés entre les mères positives au COVID-19 avec une morphologie placentaire anormale et les mères positives au COVID-19 avec une morphologie placentaire normale.

À cette fin, un risque accru de mortinaissance a été observé chez les mères COVID-19 présentant des placentas anormaux. Ces mortinaissances étaient cliniquement inexpliquées, car les cliniciens n’ont pas noté l’incidence de la prééclampsie, du retard de croissance fœtale (RCF), de la cholestase intrahépatique de la grossesse (ICP) ou du décollement placentaire.

Les nourrissons nés de mères infectées par le SRAS-CoV-2 présentant des caractéristiques morphologiques placentaires anormales présentaient des scores d’Apgar significativement inférieurs à une minute et cinq minutes, indiquant la santé globale d’un nouveau-né. Cependant, les scores d’Apgar inférieurs n’ont pas affecté les admissions à l’USIN.

Cependant, une corrélation significative a été observée entre le caillot/hémorragie RP et le dépôt de fibrine intervilleux à des scores d’Apgar inférieurs.

Une amélioration systématique des événements thrombotiques et du syndrome de lésion microvasculaire à la suite de COVID-19 pourrait affecter le placenta. Cela pourrait entraîner un flux sanguin rapide ou lent, une diminution de la fibrinolyse, des niveaux élevés de produits de dégradation de la fibrine et une augmentation des lésions hypoxiques-ischémiques.

conclusion

Dans l’ensemble, 50 % des placentas des participants à l’étude présentaient des caractéristiques morphologiques anormales. De plus, les femmes enceintes atteintes de COVID-19 et de morphologies placentaires anormales étaient associées à de mauvais résultats de grossesse.

Lire aussi  La pandémie de COVID a-t-elle affecté l'intention d'allaiter?

L’étude actuelle est probablement la première à corréler les caractéristiques morphologiques placentaires chez les femmes enceintes COVID-19-positives avec les résultats de la grossesse. Une force clé de cette étude est sa grande cohorte.

Cependant, l’une des principales limites est que les résultats de l’étude n’ont pas été comparés à des témoins sans COVID-19. En conséquence, les scientifiques n’ont pas été en mesure de confirmer que tous les changements placentaires et les résultats de la grossesse étaient liés uniquement au COVID-19 et à aucun autre facteur.

À l’avenir, davantage de recherches sont nécessaires pour élucider l’effet du fardeau du SRAS-CoV-2 sur l’étendue des lésions placentaires.

Référence du magazine :
  • Joshi, B., Chandi, A., Srinvasan, R., et autres. (2022). Pathologie placentaire chez les mères infectées par la maladie à coronavirus 2019 et son impact sur l’issue de la grossesse. Placenta 127(1-7). doi:10.1016/j.placenta.2022.07.009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.