Neha Mathur

Une étude révèle que la consommation de vin a une relation inverse avec la mortalité cardiovasculaire

Dans une étude récente publiée dans Nutrients Journal, les chercheurs ont cherché à comprendre l’association entre la consommation de vin et la mortalité cardiovasculaire, les maladies cardiovasculaires (MCV) et les maladies coronariennes (CHD).

Les chercheurs ont mené une revue systématique et une méta-analyse à l’aide d’études longitudinales, y compris des études de cohorte et des études cas-témoins extraites de plusieurs bases de données, qu’ils ont consultées depuis leur création jusqu’en mars 2023.

Étude : Association entre la consommation de vin, les maladies cardiovasculaires et la mortalité cardiovasculaire : une revue systématique et une méta-analyse.  Crédit d'image : Alefat/Shutterstock.comÉtude: Association entre la consommation de vin avec les maladies cardiovasculaires et la mortalité cardiovasculaire : une revue systématique et une méta-analyse. Crédit d’image : Alefat/Shutterstock.com

Arrière-plan

Les maladies cardiovasculaires représentent une proportion élevée des décès dans le monde, les décès liés aux maladies cardiovasculaires atteignant près de 18 millions en 2017, les cardiopathies ischémiques (CI) étant à l’origine de près de la moitié des décès.

Une méta-analyse précédente a suggéré une relation en forme de J entre la consommation de vin et les événements cardiovasculaires, et qu’une consommation modérée de vin favorisait une meilleure santé cardiovasculaire.

Un effet positif du vin sur les maladies cardiovasculaires a été signalé pour la première fois en 1979, lorsque des chercheurs ont également affirmé que différents composants du vin exercent des effets protecteurs contre des pathologies, telles que les maladies coronariennes, la mortalité associée aux maladies coronariennes et les cancers, tels que le cancer de la bouche. .

De plus, des études ont suggéré que les vins désalcoolisés (en l’absence d’éthanol) protègent contre la thrombose car ils conservent des effets antioxydants.

Une consommation légère ou modérée d’alcool affecte positivement la santé générale; par exemple, il agit sur le cholestérol des lipoprotéines de haute densité pour prévenir l’athérosclérose, réduit l’incidence de la CI et contribue au pronostic des personnes présentant un risque accru de complications coronariennes conduisant à un infarctus du myocarde.

La consommation excessive d’alcool, en revanche, provoque plus de 200 maladies, ce qui en fait l’une des principales causes de décès dans le monde, soit jusqu’à trois millions de décès par an. La consommation de fortes doses d’alcool augmente également le risque de suicide, selon les psychiatres.

L’alcool interagit avec de multiples drogues, modifiant leur métabolisme ou le sien. Une diminution du métabolisme de l’alcool pourrait entraîner une augmentation du taux d’alcoolémie. Par exemple, un composant du vin, le resvératrol, interagit avec certains médicaments et modifie leur métabolisme.

Lire aussi  L'alimentation diurne peut-elle prévenir la vulnérabilité de l'humeur chez les travailleurs de nuit ?

Les polyphénols de la famille des non-flavonoïdes présents dans le vin rouge, comme les tanins, apportent de multiples bienfaits pour la santé cardiovasculaire. Il est également anti-inflammatoire, antioxydant et antimutagène. Cependant, tous les cardiologues s’accordent à dire qu’une consommation légère ou modérée d’alcool a un effet positif sur la santé cardiovasculaire, alors qu’une consommation excessive d’alcool augmente le risque de mortalité par maladie coronarienne, cancer, etc.

Les approches de randomisation mendélienne (RM) ont examiné les effets de la consommation d’alcool sur les maladies cardiovasculaires d’un point de vue génétique et ont trouvé un risque beaucoup plus faible de maladie cardiovasculaire chez les porteurs du gène de l’alcool déshydrogénase 1B (ADH1B) lorsqu’ils consommaient moins d’alcool.

De même, des études ont montré un effet positif de la consommation de vin sur les coronaropathies non mortelles, et la consommation de bière pose un risque accru d’AVC non mortel. Sur la base de ces observations, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les composants du vin pourraient être bénéfiques pour la santé.

Étant donné que les études n’ont jamais stratifié ces effets par type d’alcool, les chercheurs ont peut-être supposé que toutes les boissons alcoolisées avaient des effets bénéfiques similaires sur la santé cardiaque. Cependant, les preuves scientifiques manquent pour déterminer quelles boissons alcoolisées pourraient être les moins nocives pour les maladies cardiovasculaires.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont exploré l’association entre l’incidence des maladies cardiovasculaires, la mortalité cardiovasculaire et les coronaropathies (tous les événements cardiovasculaires) et la consommation de vin et ont tenté d’élucider sa nature.

Tout d’abord, ils ont comparé l’impact du vin sur les participants qui en buvaient par rapport à ceux qui n’en buvaient pas. En outre, ils ont examiné si les caractéristiques de la conception de l’étude et les caractéristiques des participants, telles que l’âge et le statut tabagique, affectaient cette association.

Lire aussi  Manger de la viande rouge et blanche augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Cette revue systématique et méta-analyse comprenait des études portant sur des sujets âgés de plus de 18 ans. L’exposition et les résultats des études incluses étaient respectivement la consommation de vin et les événements cardiovasculaires.

L’équipe a évalué le risque de biais dans les études de cohorte à l’aide de l’outil d’évaluation de la qualité conçu par le US National Heart, Lung, and Blood Institute. Ils ont utilisé un autre outil similaire pour évaluer le risque de biais dans les études cas-témoins.

Enfin, deux examinateurs indépendants ont évalué le risque cumulé de biais de chaque étude comme bon, passable ou mauvais ; et ont constaté que le risque global de biais pour chaque étude incluse était de 100 %.

Des études avec des échantillons plus importants ont été incluses dans la méta-analyse. Ils ont calculé le risque relatif (RR) et les rapports de cotes (OR) pour la corrélation entre la consommation de vin et les événements cardiovasculaires et ont converti les rapports de risque (HR) rapportés dans certaines études en RR.

L’équipe a également calculé les RR regroupés pour l’effet de la consommation de vin sur le risque de coronaropathie, de MCV et de mortalité cardiovasculaire à l’aide des modèles à effets aléatoires DerSimonian et Lair. Enfin, l’équipe a utilisé le test d’Egger pour montrer des preuves de biais de publication pour l’association entre les MCV et la consommation de vin.

Résultats

Après une recherche approfondie d’études de recherche, les auteurs ont récupéré 7 042 articles de neuf pays avec 1 443 245 sujets et une période de suivi cumulée comprise entre quatre et 25 ans. Cependant, l’ensemble analytique final pour cette revue systématique et cette méta-analyse comprenait respectivement 25 et 22 études. De plus, il y avait quatre études cas-témoins et 21 études de cohorte.

En ce qui concerne les événements cardiovasculaires, sept, 13 et sept études ont rapporté respectivement les maladies cardiovasculaires, coronariennes et cardiovasculaires. De nombreuses études n’ont pas signalé la quantité de vin consommée; par conséquent, les chercheurs n’ont pas pu déterminer son effet.

Lire aussi  Une étude révèle des schémas d'hypertension artérielle chez les femmes enceintes liés aux risques pour la santé maternelle

L’examen et la méta-analyse actuels ont ajouté aux preuves précédentes d’une association inverse entre la consommation de vin et trois événements cardiovasculaires évalués dans cette étude.

Il est important de noter que l’âge moyen des participants, la proportion de femmes, la durée du suivi ou le statut tabagique n’ont pas affecté cette association. Par conséquent, les RR regroupés pour la mortalité coronarienne, cardiovasculaire et cardiovasculaire étaient respectivement de 0,76, 0,83 et 0,73, tous avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Bien que l’association inverse observée s’appliquait au vin rouge et au vin blanc, les variations dans la force de cette association étaient attribuables à des concentrations différentes de certains composants.

Le vin rouge contient des composés phénoliques, tels que l’acide gallique, la catéchine et l’épicatéchine (flavonols), qui lui confèrent des propriétés antioxydantes. Ils réduisent également l’oxydation des lipoprotéines de basse densité (LDL), le risque de thrombose, de plasma et de peroxyde lipidique.

De plus, les composants alcooliques du vin réduisent le risque de thrombose et le taux de fibrinogène et induisent l’agrégation du collagène et des plaquettes. Par conséquent, une consommation plus élevée de vin rouge est plus bénéfique dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires que d’autres boissons alcoolisées.

conclusions

Les résultats de la présente étude ont confirmé les données existantes selon lesquelles une consommation modérée de vin est bonne pour la santé cardiaque. Cependant, les enquêteurs doivent interpréter ces résultats avec prudence. L’augmentation de la consommation de vin pourrait nuire aux patients sensibles à l’alcool en raison de leur âge, de pathologies préexistantes ou de médicaments.

Sur la base des conclusions de cette revue, le vin pourrait faire partie d’autres recommandations diététiques. Par exemple, le régime méditerranéen comprend du vin et recommande son utilisation pour ses bienfaits pour la santé. Cependant, des études doivent évaluer et délimiter l’effet de la consommation de vin par type de vin.

Référence magazine :
  • Luceron-Lucas-Torres, M. et al. (2023) « Association entre la consommation de vin avec les maladies cardiovasculaires et la mortalité cardiovasculaire : une revue systématique et une méta-analyse », nutriments, 15(12), p. 2785. faire: 10.3390/nu15122785.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *