Une étude révèle des différences de procréation entre les groupes raciaux / ethniques à tous les niveaux d’éducation

Aux États-Unis, les femmes noires diplômées d’université donnent naissance à moins d’enfants que leurs homologues blanches et hispaniques, selon une nouvelle étude co-écrite par la sociologue de Yale Emma Zang.

L’étude, publiée dans la revue études démographiques, examine l’interaction de la race, de l’ethnicité et de l’éducation dans la formation des niveaux de fécondité des femmes américaines nées entre 1960 et 1980. Il a également montré que les femmes noires et hispaniques sans diplôme universitaire ou avec moins qu’un diplôme d’études secondaires ont plus de naissances que les femmes avec éducation similaire. femmes blanches Parmi les femmes ayant fait des études universitaires, les femmes hispaniques avaient la fécondité la plus élevée par rapport aux femmes noires et blanches titulaires d’un diplôme universitaire.

« La sagesse conventionnelle soutient que les disparités raciales ou ethniques en matière de fécondité s’estomperont une fois que les femmes appartenant à des minorités atteindront des niveaux d’éducation et un statut socio-économique similaires à ceux des femmes blanches, mais nous avons constaté que des écarts se produisent à tous les niveaux d’éducation », a déclaré Zang, professeur adjoint de sociologie à l’Université de Yale. . College of Arts and Sciences et auteur principal de l’étude. « En général, les femmes très éduquées ont moins d’enfants que les femmes moins éduquées, mais cela n’explique pas les disparités que nous avons constatées chez les femmes diplômées.

« Nos résultats mettent en évidence la nécessité d’étudier les différences de procréation chez les femmes socio-économiquement favorisées, ainsi que chez celles qui ont moins de ressources financières. »

Lire aussi  Un distributeur automatique en libre-service rempli de fournitures de réduction des méfaits aide à prévenir les surdoses

Contrairement aux recherches précédentes sur la race et la fertilité aux États-Unis, qui se concentraient généralement exclusivement sur les femmes noires et blanches, cette nouvelle étude comprenait des femmes hispaniques, qui représentent un groupe ethnique qui représente au moins 19% de la population américaine, selon au Bureau du recensement.

Pour la recherche, Zang et les co-auteurs Chloe Sariego, Ph.D. candidate au Département de sociologie, et Anirudh Krishnan du Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab ont analysé quatre vagues de données d’enquêtes longitudinales de l’Enquête nationale sur la croissance familiale (NSFG) de 2006 à 2017 impliquant un échantillon national représentatif de 11 117 femmes. . Ils ont calculé le nombre moyen d’enfants que les femmes de chaque groupe racial/ethnique et niveau d’éducation auraient au cours de leurs années de procréation. De plus, ils ont examiné la proportion de femmes dans chaque groupe qui donnent naissance à un, deux ou trois enfants.

En général, ils ont constaté que les femmes diplômées d’université de tous les groupes raciaux et ethniques avaient moins d’enfants que celles qui n’avaient pas de diplôme universitaire. La différence de fécondité entre les femmes noires et blanches diplômées de l’université est principalement due à la plus faible proportion de mères noires donnant naissance à un deuxième enfant, selon l’étude. Une forte proportion des deux groupes ont un enfant, mais la proportion de mères noires diplômées d’université qui ont eu un deuxième enfant était inférieure de plus de 10 points de pourcentage à celle des mères blanches, selon l’étude. Environ 80% des femmes blanches titulaires d’un diplôme universitaire ont eu un deuxième enfant, tandis que moins de 70% des femmes noires ayant une éducation similaire l’ont fait.

Une explication possible de la baisse de la fécondité chez les femmes noires diplômées de l’université est qu’elles ont retardé d’avoir leur premier enfant si longtemps qu’elles n’ont pas eu le temps d’avoir d’autres enfants pendant leurs années de procréation. Cependant, l’étude a trouvé peu de preuves que le moment de la décision des femmes d’avoir des enfants provoque des disparités entre les groupes raciaux/ethniques à tous les niveaux d’éducation.

Des études antérieures ont postulé des raisons possibles pour lesquelles les femmes noires et hispaniques sans diplôme universitaire ont une fertilité plus élevée que leurs homologues blanches, a déclaré Zang. Par exemple, les croyances religieuses et le manque d’accès à l’assurance maladie peuvent influencer la façon dont les femmes noires et hispaniques moins instruites utilisent le contrôle des naissances. En raison du racisme structurel, les femmes noires et hispaniques sans diplôme universitaire sont également plus susceptibles de connaître une instabilité financière et relationnelle que leurs homologues blanches, a-t-elle expliqué.

La nouvelle étude soulève plusieurs questions sur les disparités raciales en matière de fertilité chez les femmes diplômées d’université qui nécessitent une enquête plus approfondie, a déclaré Zang.

Les différences de fécondité sont-elles le produit de femmes noires et hispaniques très instruites étant plus conscientes du risque accru de complications liées à la grossesse parmi leurs groupes raciaux, telles que les fausses couches, la mortalité infantile et la mortalité maternelle ? Sont-ils le résultat de femmes noires et hispaniques diplômées d’université qui doivent se déplacer dans des espaces, y compris des lieux de travail, dominés par des Blancs plus souvent que des femmes noires et hispaniques moins éduquées, ce qui les empêche de confirmer le stéréotype selon lequel elles sont très fertiles ? Existent-ils parce que les femmes noires et hispaniques titulaires d’un diplôme universitaire qui voulaient un deuxième enfant ont été empêchées d’en avoir un en raison de problèmes de santé causés par un stress chronique à long terme lié au racisme ? »

Emma Zang, sociologue de Yale

Les résultats de l’étude indiquent que, par rapport aux enfants blancs, une proportion plus élevée d’enfants noirs et, dans une moindre mesure, hispaniques sont nés de mères moins éduquées et une proportion plus faible sont nés de mères ayant fait des études universitaires, a déclaré Zang.

Lire aussi  25 ans plus tard, la vaccination contre la varicelle connaît un succès impressionnant aux États-Unis.

« Les mères très instruites ont généralement plus de ressources pour soutenir le développement de leurs enfants et leurs chances de réussite dans la vie », a-t-elle déclaré. « C’est-à-dire que les enfants noirs et hispaniques, par rapport aux enfants blancs, naissent de manière disproportionnée dans des familles avec moins de ressources, ce qui pourrait exacerber les inégalités de revenus et de santé dans la prochaine génération. »

Police de caractère:

Université de Yale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *