Une étude montre un risque accru de décès chez les enfants de mères atteintes d’un trouble hypertensif de la grossesse

Un trouble qui peut déclencher une pression artérielle anormalement élevée pendant la grossesse est associé à un risque accru de décès chez les enfants de la naissance à l’âge adulte, selon une étude publiée aujourd’hui par le BMJ.

Les résultats, basés sur des données provenant de plus de deux millions de personnes au Danemark, montrent un risque accru de décès chez les enfants de mères atteintes d’un trouble hypertensif de la grossesse (HDP), un groupe de conditions qui incluent la prééclampsie, l’éclampsie et l’hypertension qui peuvent conduire à tension artérielle anormalement élevée et autres complications de la grossesse.

HDP affecte jusqu’à 10% des grossesses dans le monde et est l’une des principales causes de maladie et de décès chez les mères et leurs bébés.

La HDP a également été associée à plusieurs affections chez les enfants en fin de vie, notamment le syndrome métabolique (une combinaison de diabète, d’hypertension artérielle et d’obésité), les maladies immunitaires et les troubles psychiatriques et neurodéveloppementaux. Mais les données du HDP sur la mortalité à long terme chez les enfants de la naissance à l’adolescence et au-delà font défaut.

Pour combler ce manque de connaissances, les chercheurs ont entrepris d’examiner l’association du HDP chez les mères avec la mortalité globale et par cause chez les enfants de la naissance au jeune âge adulte.

Sur la base des données des registres nationaux de santé danois, ils ont suivi 2,4 millions de personnes nées au Danemark entre 1978 et 2018 de la date de naissance à la date du décès, de l’émigration ou du 31 décembre 2018, selon la première éventualité. .

Lire aussi  Les quartiers marqués en rouge dans les années 1930 souffrent désormais de taux plus élevés de mauvais état de santé

Leur principal résultat d’intérêt était le décès quelle qu’en soit la cause (« mortalité toutes causes confondues »), suivi de 13 causes spécifiques de décès chez les enfants de la naissance au début de l’âge adulte, jusqu’à l’âge de 41 ans.

Ceux-ci comprenaient les décès dus aux maladies cardiovasculaires, au cancer, aux troubles mentaux et comportementaux, aux maladies des systèmes nerveux et musculo-squelettique et aux malformations congénitales.

Des facteurs potentiellement influents ont été pris en compte, tels que le sexe de la progéniture et l’âge de la mère à l’accouchement, ainsi que le niveau d’éducation de la mère, le revenu, les conditions de vie, le tabagisme pendant la grossesse et l’âge des antécédents médicaux.

Sur 2 437 718 enfants inclus dans l’analyse, 102 095 (4,2 %) ont été exposés à l’HDP avant la naissance, dont 68 362 (2,8 %) exposés à la prééclampsie ou à l’éclampsie et 33 733 (1,4 %) exposés à l’hypertension.

Au cours d’une période de suivi moyenne de 19 ans, des décès sont survenus chez 781 (59 pour 100 000 années-personnes) enfants nés de mères atteintes de prééclampsie, 17 (134 pour 100 000 années-personnes) nés de mères atteintes d’éclampsie, 223 (44 pour 100 000 personnes-années), 100 000 personnes-années) nés de mères souffrant d’hypertension, et 19 119 (42 pour 100 000 personnes-années) nés de mères sans HDP.

Les résultats montrent que la mortalité toutes causes confondues était plus élevée chez les fils de leur mère exposés au HDP par rapport au groupe non exposé.

Lire aussi  Un nouveau conseil vise à réduire les effets secondaires cardiaques du traitement du cancer

Les chiots exposés au HDP présentaient un risque accru de 26 % (55 pour 100 000 années-personnes) de mortalité toutes causes confondues par rapport aux chiots non exposés. L’augmentation du risque associé de prééclampsie, d’éclampsie et d’hypertension était de 29 % (59 pour 100 000 années-personnes), 188 % (134 pour 100 000 années-personnes) et 12 % (44 pour 100 000 années-personnes), respectivement.

Les nourrissons de mères atteintes de prééclampsie sévère précoce avaient plus de six fois le risque de mortalité que les nourrissons de mères sans HDP. Une forte association a également été observée entre les enfants de mères atteintes de HDP et des antécédents de diabète ou un faible niveau d’éducation.

Des risques accrus ont également été observés pour plusieurs décès liés à une cause spécifique. Par exemple, les décès dus à des maladies digestives et à des affections ayant leur origine dans la période périnatale (pendant la grossesse ou dans la première année après la naissance) ont plus que doublé chez les descendants exposés à la HDP maternelle, tandis que les décès dus à des maladies endocriniennes, nutritionnelles, métaboliques et cardiovasculaires ont augmenté de plus de 50 %.

Cependant, les chercheurs n’ont trouvé aucune association significative entre le HDP maternel et les décès par cancer de la progéniture.

Il s’agit d’une étude observationnelle, elle ne peut donc pas établir de cause, et les chercheurs reconnaissent qu’ils ne pouvaient pas exclure l’influence de certains facteurs non mesurés, tels que le tabagisme, la consommation d’alcool, la mauvaise qualité de l’alimentation, l’obésité et le mode de vie sédentaire chez la progéniture.

Lire aussi  L'augmentation de la leptine en milieu de gestation expose l'enfant et la mère à un risque de maladie cardiovasculaire

Ils notent également que le Danemark dispose d’une couverture sanitaire universelle avec des services de santé de haute qualité, ce qui pourrait limiter la généralisation des résultats.

Cependant, il s’agissait d’une vaste étude à long terme basée sur des données nationales de santé de haute qualité. Les résultats étaient également cohérents après une analyse supplémentaire des frères et sœurs pour tenir compte de l’effet des facteurs génétiques et de certains facteurs familiaux non mesurés, ce qui suggère qu’ils sont robustes.

En tant que tel, les chercheurs affirment que cette étude fournit des preuves solides que la HDP maternelle, en particulier l’éclampsie et la prééclampsie sévère, est associée à un risque accru de mortalité globale et de plusieurs mortalités par cause chez la progéniture de la naissance à l’âge adulte.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les mécanismes physiologiques sous-jacents entre la HDP maternelle et la mortalité chez la progéniture, ajoutent-ils.

Police de caractère:

bmj

Référence magazine :

Huang, C. et coll. (2022).Trouble hypertensif maternel de la grossesse et mortalité chez les enfants de la naissance au jeune âge adulte : une étude de cohorte nationale basée sur la population. Le BMJ. doi.org/10.1136/bmj-2022-072157.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *