Tarun Sai Lomté

Une étude établit un lien entre le microbiome intestinal altéré et les allergies chez les bébés élevés sous le verrouillage de la COVID-19

Une étude récente publiée dans medRxiv* Le serveur de préimpression a révélé que le microbiome intestinal prédit les résultats atopiques chez les nourrissons avec une exposition bactérienne réduite.

Étude : Le microbiome intestinal prédit les maladies atopiques dans une cohorte de nourrissons avec une exposition bactérienne réduite en raison de la distanciation sociale.  Crédit d'image : Design_Cells / ShutterstockÉtude : Le microbiome intestinal prédit les maladies atopiques dans une cohorte de nourrissons avec une exposition bactérienne réduite en raison de la distanciation sociale. Crédit d’image : Design_Cells / Shutterstock

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Arrière-plan

Les cavités corporelles et les surfaces muqueuses des humains abritent diverses communautés microbiennes qui régulent le métabolisme de l’hôte, l’immunité et la fonction de barrière épithéliale. Les changements dans la transmission microbienne dus à l’industrialisation et aux facteurs liés au mode de vie associés au régime alimentaire occidental peuvent entraîner une augmentation des maladies non transmissibles dans les sociétés prospères.

L’étude et ses conclusions.

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué les interactions de l’exposition microbienne et de la composition du microbiome fécal avec les résultats atopiques dans la cohorte de nourrissons nés/élevés pendant la distanciation sociale liée à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) (CORAL). . Dans cette cohorte, la majorité des nourrissons étaient de sexe masculin (55 %), de race blanche (96 %) et nés par voie basse (65 %).

L’équipe a effectué le séquençage de l’ARN ribosomique 16S (ARNr) dans des échantillons fécaux de nourrissons. Ils ont observé une forte association de la composition du microbiote avec le mode de naissance et l’âge. L’âge était associé à 33 % des familles bactériennes détectées.

Lire aussi  Les cellules immunitaires anticancéreuses pourraient renforcer leur capacité à attaquer les tumeurs

Au niveau de l’ordre, Veillonellales, Enterobacteriales, Lactobacillales et Bifidobacteriales ont diminué de six mois à un an, tandis que Bacteroidales, Erysipelotrichales, Choriobacteriales, Verrucomicrobiales et Clostridiales ont augmenté.

L’accouchement par césarienne (CS) ou l’exposition intrapartum aux antibiotiques pendant l’accouchement vaginal étaient associés à des abondances relatives plus élevées de Flavonifractor, d’Erysipelatoclostridium et de Sarcina et à des abondances relatives plus faibles de Collinsella à six mois. L’administration de CS était également associée à des abondances plus élevées de Blautia, Amedibacterium, Roseburia et Enterobacter et à des abondances plus faibles de Parabacteroides et Bacteroides.

La plupart des différences dans le mode d’accouchement n’étaient pas significatives à 12 mois. Ensuite, l’équipe a comparé la composition microbienne entre CORAL et les cohortes historiques. L’abondance en fonction du temps de Bacteroidia, Proteobacteria et Bacilli était similaire entre CORAL et les cohortes historiques, bien que les Clostridia aient été significativement plus faibles chez les nourrissons CORAL à six mois et un an.

Par rapport à une cohorte pré-pandémique de bébés irlandais, les niveaux de Clostridia étaient plus faibles à six et 12 mois, mais les bifidobactéries étaient plus abondantes à un an chez les bébés CORAL. Les bébés CORAL avaient également une richesse microbienne plus élevée à six mois. Le régime alimentaire a été identifié comme le principal déterminant de la composition du microbiote intestinal à six mois et un an.

Les effets de l’accouchement par césarienne, des antibiotiques intrapartum et des interventions médicales étaient les plus importants à six mois, tandis que l’impact des facteurs environnementaux et de l’exposition aux contacts humains augmentait à un an. De plus, la fréquence de consommation de haricots, de céréales, de graines de sésame et d’huile végétale était significativement associée à la composition du microbiote à six mois.

Lire aussi  Les chercheurs poursuivent une étude nationale pour évaluer l'innocuité de la vaccination contre le COVID-19 avant et après l'accouchement

De plus, la consommation de noix, de soja, de lait de vache et de noix de pécan a contribué de manière significative à 12 mois. L’effet des haricots, des noix et de l’huile était similaire à celui de l’accouchement vaginal et de la lactation, avec des abondances relatives plus élevées de Bifidobacterium, Collinsella, Bacteroides et Lactobacillus à tout moment. Cependant, la consommation de lait maternisé de vache a eu l’effet inverse à 12 mois, et la composition du microbiote s’est éloignée de celle dominée par Bacteroides/Bifidobacterium.

L’impact des facteurs liés à l’exposition humaine a augmenté en un an, modifiant la composition microbienne d’un type infantile à un type plus mature avec une plus grande abondance de Lachnospiraceae et de Ruminococcaceae.

Puisque les facteurs environnementaux (alimentation, lactation, etc.) ont été décrits comme des facteurs épidémiologiques influençant la sensibilisation aux allergènes alimentaires et la dermatite atopique, les auteurs ont ensuite étudié dans quelle mesure le microbiote médiait les effets des facteurs épidémiologiques.

À cette fin, ils ont comparé l’impact de l’exposition sur les résultats de la maladie à l’aide de modèles de régression logistique. La composition du microbiote intestinal aux deux moments prédisait de manière significative la dermatite atopique à 12 mois. La dermatite atopique a montré une association positive avec le tabagisme et la fréquentation d’une garderie. Il avait une association négative avec la vie dans les zones rurales et l’utilisation d’antibiotiques de six à 12 mois de vie.

Le microbiote a médié les effets des antibiotiques et de la garde des enfants, tandis que le tabagisme était principalement un effet direct. La dermatite atopique était également positivement associée à la consommation de poisson, de pistaches, de féculents et d’arachides pendant l’enfance et négativement associée à la consommation de kimchi, de céréales et de pignons de pin. Plusieurs aliments ont des effets directs et médiés par le microbiote.

Lire aussi  Le butyrate dans le lait maternel était associé négativement au poids et à l'IMC du nourrisson.

La composition du microbiote intestinal à six mois prédisait fortement la sensibilisation aux allergènes alimentaires à 12 mois. Être né avec CS ou avoir des frères et sœurs était associé à une abondance réduite de microbes associés à la sensibilisation alimentaire. L’œuf a montré une association négative directe avec la sensibilisation alimentaire, tandis que le tempeh avait une association positive directe.

conclusions

En résumé, les chercheurs ont démontré que les mesures d’isolement social liées au COVID-19 altéraient l’assemblage du microbiote intestinal des nourrissons au début de leur vie, ce qui était lié au risque de maladies atopiques.

De plus, ils ont établi que le microbiome médie en partie les associations épidémiologiques entre le risque d’atopie et les antibiotiques, l’alimentation et la lactation. Que ces différences soient à court ou à long terme nécessite une enquête plus approfondie.

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Rapport scientifique préliminaire.
    Korpela, K. et al. (2023) « Le microbiome intestinal prédit les maladies atopiques dans une cohorte de nourrissons présentant une exposition bactérienne réduite en raison de la distanciation sociale. » DOI : 10.1101/2023.03.22.23287583,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *