Nidhi Saha, BDS

Sperme non affecté neuf mois après la vaccination par l’ARNm du COVID-19

Les vaccins contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sont efficaces pour réduire les décès dus à une infection par la cause du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2). De plus, la vaccination généralisée contre le COVID-19 a réussi à réduire les taux d’infection et les conséquences graves du COVID-19.

Il a déjà été signalé que l’infection par le SRAS-CoV-2 affectait négativement la fertilité masculine, comme en témoigne une réduction temporaire de la production de spermatozoïdes. Bien que les vaccins actuels à acide ribonucléique messager (ARNm) COVID-19 aient été associés à peu ou pas d’effet sur la fertilité masculine, les inquiétudes concernant leur toxicité potentielle pour la reproduction restent une cause majeure d’hésitation à la vaccination.

Étude : Évaluation à long terme des paramètres de sperme après la vaccination COVID-19 d'ARNm.  Crédit image : Photo de Phonlamai/Shutterstock.com

Étudier: Évaluation à long terme des paramètres du sperme après la vaccination par ARNm COVID-19. Crédit image : Photo de Phonlamai/Shutterstock.com

une récente Rapports F&S L’étude du journal a comparé les effets des vaccins COVID-19 sur la fertilité masculine à une médiane de neuf mois après avoir reçu deux doses du vaccin à ARNm.

À propos de l’étude

L’étude actuelle a été menée à l’Université de Miami entre septembre 2021 et mars 2022. Un total de 45 participants masculins âgés de 18 à 50 ans qui avaient déjà participé à une autre étude par les auteurs actuels ont été contactés pour le courant de l’étude.

Les volontaires ayant reçu au moins deux doses de vaccins à ARNm au cours des neuf derniers mois ont été inclus dans l’étude. Tout participant ayant des antécédents de COVID-19 au cours des trois derniers mois a été exclu de l’étude.

Lire aussi  Selon une étude, le programme intensif de visites à domicile d'infirmières n'a pas amélioré les résultats à la naissance pour les mères à faible revenu

Les participants présentant des paramètres spermatiques réduits, des antécédents d’azoospermie ou des antécédents de prise de stéroïdes anabolisants ou de thérapie de remplacement de la testostérone au cours de l’année écoulée ont également été exclus.

Au total, 12 personnes étaient disponibles pour l’étude de suivi. Tous les participants à l’étude sont restés abstinents pendant deux à cinq jours avant le prélèvement de l’échantillon de sperme.

Chaque échantillon de sperme a été analysé pour le volume, la motilité totale et le nombre total de spermatozoïdes mobiles (TMSC). La variation moyenne des valeurs TMSC a été comparée au départ, trois mois et au moins neuf mois après la vaccination.

Résultats de l’étude

Des échantillons ont été prélevés à une médiane de 11 et 10 mois après avoir reçu les première et deuxième doses de vaccins COVID-19, respectivement. Six participants avaient reçu des doses de rappel pendant une durée médiane de deux mois avant le prélèvement de l’échantillon.

Alors que sept des participants à l’étude avaient reçu leur série de vaccins primaires avec les vaccins Moderna mRNA1273, les cinq autres participants ont reçu les vaccins Pfizer-BioNTech BNT162b2.

Les valeurs moyennes de TMSC étaient de 31 millions, 33 millions et 37,5 millions au départ, trois mois et au moins neuf mois après la vaccination contre le COVID-19. Dans l’ensemble, les TMSC ne différaient significativement à aucun moment de l’étude actuelle.

Les échantillons de sperme de trois participants présentaient une oligospermie au départ, dont deux sont devenus normospémiques trois et neuf mois après la vaccination. L’échantillon de sperme restant a continué à présenter une oligospermie à tout moment.

Lire aussi  La recherche ouvre la voie à des thérapies pour traiter ou retarder le travail prématuré

conclusion

Aucun changement significatif dans les paramètres du sperme n’a été observé trois mois après la vaccination contre le COVID-19 par rapport aux valeurs de référence. Cette constatation était conforme aux rapports précédents.

La préservation des caractéristiques du sperme après la vaccination peut être attribuée au mécanisme d’action des vaccins à ARNm, à l’absence de virus vivant et à l’incapacité de ces vaccins à modifier le matériel génétique humain.

De plus, en raison de la présence de la barrière hémato-testiculaire, l’ARNm des vaccins COVID-19 ne s’est pas localisé dans les gonades. Étant donné que les preuves suggèrent que les vaccins à ARNm n’affectent pas la réserve ovarienne féminine, les résultats de l’étude actuelle peuvent rassurer les personnes hésitantes à la vaccination qui s’inquiètent de leur santé reproductive et de leur fertilité.

Cependant, d’autres études sont nécessaires pour déterminer les effets à long terme des vaccins COVID-19 sur la qualité du sperme humain et le taux de grossesse vivante.

Référence magazine :
  • Diaz, P., Dullea, A., Patel, M., et coll. (2022). Évaluation à long terme des paramètres du sperme après la vaccination par ARNm COVID-19. Rapports F&S. doi:10.1016/j.xfre.2022.07.007.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.