Pooja Toshniwal Paharia

Risque de COVID-19 sévère chez les adultes atteints de maladies inflammatoires à médiation immunitaire et chez ceux recevant des thérapies immunomodifiantes

Dans une étude récente publiée dans The Lancet RhumatologieLes chercheurs ont évalué le risque de maladie grave à coronavirus 2019 (COVID-19) chez les adultes atteints de maladies inflammatoires à médiation immunitaire et ceux recevant des thérapies immunomodulatrices.

Étude : Risque de résultats graves liés au COVID-19 associés aux maladies inflammatoires à médiation immunitaire et aux thérapies de modification immunitaire : une étude de cohorte à l'échelle nationale sur la plate-forme OpenSAFELY.  Crédit d'image : Zay Nyi Nyi/Shutterstock
Étude : Risque de résultats graves liés au COVID-19 associés aux maladies inflammatoires à médiation immunitaire et aux thérapies de modification immunitaire : une étude de cohorte à l’échelle nationale sur la plate-forme OpenSAFELY. Crédit d’image : Zay Nyi Nyi/Shutterstock

Les risques de sévérité de l’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires et de thérapies immunomodulatrices peuvent ne pas être entièrement médiés par les conditions comorbides et peuvent varier selon l’origine ethnique.

À propos de l’étude

Dans l’étude de cohorte actuelle, les chercheurs ont évalué les risques d’infections graves par le SRAS-CoV-2 chez les adultes atteints de troubles inflammatoires et/ou de thérapies immunomodulatrices.

Les données ont été obtenues à partir des dossiers de santé électroniques de la plate-forme OpenSAFELY, de l’éditeur/base de données publique MEDLINE (PubMed), du logiciel Test Productivity Package (TPP) et de l’Office for National Statistics (ONS) du Royaume-Uni. Des articles en anglais comprenant des revues systématiques et des données de recherche primaires, dans lesquels les risques de sévérité du COVID-19 chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires et les personnes traitées avec des thérapies immunomodulatrices, ont été inclus pour analyse.

Les données relatives à l’hospitalisation, à la mortalité et aux prescriptions hospitalières ont été analysées. Les participants à l’étude comprenaient > 17 millions de sujets âgés de ≥ 18 ans, enregistrés dans le logiciel TPP auprès de plusieurs médecins généralistes depuis ≥ 1 an avant mars 2020. Des modèles de régression de Cox ont été utilisés pour calculer les rapports de risque (HR) et comparer les risques de SRAS- Mortalité associée au CoV-2, admissions en soins intensifs ou mortalité et hospitalisation (entre le 1er mars et le 30 septembre 2020).

Lire aussi  Une étude décrit la voie biochimique qui conduit à l'inflammation caractéristique des maladies auto-immunes

Les RR ont été estimés pour les personnes atteintes de troubles inflammatoires par rapport au grand public et les personnes atteintes de troubles inflammatoires qui ont reçu des agents thérapeutiques immunomodulateurs (p. ex., des agents biologiques) par rapport aux personnes qui ont reçu un traitement systémique standard, comme le méthotrexate.

Les troubles inflammatoires analysés comprenaient les maladies articulaires inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante et rhumatisme psoriasique), les troubles inflammatoires de l’intestin (colite ulcéreuse, maladie de Crohn ou non classés) et les troubles dermatologiques inflammatoires (hidrosadénite suppurée ou psoriasis). Le diagnostic était basé sur les codes de la classification internationale des maladies, dixième révision (CIM-10).

Les médicaments immunomodulateurs ont été classés en thérapie standard et en thérapie ciblée. Les agents thérapeutiques standard inclus étaient le méthotrexate, la cyclosporine, le léflunomide, l’acide mycophénolique ou le mycophénolate mofétil, la sulfasalazine, la thioguanine, l’azathioprine et la mercaptopurine. Les agents thérapeutiques ciblés inclus étaient les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF) (adalimumab, étanercept, infliximab, golimumab et certolizumab), les inhibiteurs de l’interleukine (IL)-6,12,17,23, les agents thérapeutiques de la déplétion lymphocytaire B (rituximab) et Janus inhibiteurs de la kinase (JAK) (tofacitinib et baricitinib).

Les HR ont été ajustés pour divers facteurs de confusion (HR ajusté pour le facteur de confusion) et médiateurs immunitaires (HR ajusté pour le médiateur). Les facteurs de confusion ajustés étaient le sexe, l’âge, le tabagisme, la présence de troubles inflammatoires articulaires, cutanés et intestinaux, les accidents vasculaires cérébraux et le cancer, à l’exception des cancers de la peau autres que les mélanomes et des accidents vasculaires cérébraux. Les médiateurs ajustés étaient le diabète, l’indice de masse corporelle (IMC), les troubles cardiovasculaires et l’utilisation de glucocorticoïdes. De plus, une analyse post-hoc stratifiée par origine ethnique a été réalisée.

Lire aussi  Inégalités cliniques et démographiques de la mortalité associées au COVID-19

Résultats

Un total de 17 672 065 sujets, dont 1 163 438 sujets (55 % de femmes et 45 % d’hommes et 71 % de race blanche) présentaient des troubles inflammatoires, et 16 508 627 sujets (49,8 % de femmes et 50,2 % d’hommes et 64 % de race blanche) ont été inclus dans l’étude générale. Publique. Sur 1 163 438 sujets atteints de troubles immunitaires inflammatoires, 1,6 % (n = 19 119) ont reçu des agents thérapeutiques immunomodulateurs, tandis que 15,6 % (n = 181 694) ont reçu des thérapies systémiques standard.

Par rapport au grand public, les personnes atteintes de troubles inflammatoires présentaient un risque plus élevé de mortalité associée à l’infection par le SRAS-CoV-2 après ajustement des données pour les variables confondantes (HR 1,2) et les médiateurs (HR = 1,2). De plus, les personnes atteintes de troubles inflammatoires présentaient un risque plus élevé d’admissions associées à l’infection par le SRAS-CoV-2 dans des établissements de soins intensifs ou de mortalité (le RR ajusté sur les facteurs de confusion et le RR ajusté sur le médiateur étaient de 1,2 et 1,2, respectivement) et d’hospitalisation (RR 1,2 et le RR ajusté par le médiateur était de 1,2 et 1,2, respectivement) et l’hospitalisation (RR 1,3 et RR ajusté par le médiateur 1,2).

Dans une analyse post-hoc, les risques de sévérité de l’infection par le SRAS-CoV-2 chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires étaient plus élevés chez les non-blancs que chez les blancs. Il n’y a aucune preuve d’un nombre plus élevé de décès associés au SRAS-CoV-2 chez les personnes traitées avec un traitement ciblé que les personnes traitées avec un traitement systémique standard (HR 1,0 ajusté pour les facteurs de confusion).

Lire aussi  La consommation d'alcool n'apporte aucun bénéfice pour la santé, présente de nombreux risques pour les jeunes

De même, aucune preuve d’augmentation de la mortalité associée à l’infection par le SRAS-CoV-2 n’a été trouvée chez les personnes auxquelles on a prescrit des médicaments tels que les inhibiteurs du TNF, les inhibiteurs de l’IL-6,12,17,23 et les inhibiteurs de JAK par rapport aux personnes ayant reçu un traitement standard. Agents thérapeutiques systémiques. Les personnes traitées au rituximab ont montré une mortalité accrue associée à l’infection par le SRAS-CoV-2 (HR 1,7), avec une atténuation après l’exclusion des personnes atteintes de cancers hématologiques et de greffes d’organes (HR 1,5).

conclusion

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que les décès et les hospitalisations associés à l’infection par le SRAS-CoV-2 étaient plus élevés chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires. Cependant, aucun risque accru de résultats de gravité associés au SRAS-CoV-2 n’a été observé chez les personnes prenant la plupart des médicaments thérapeutiques immunomodulateurs pour le traitement des troubles inflammatoires par rapport aux personnes traitées avec des agents thérapeutiques systémiques standard.

Référence du magazine :
  • Risque de conséquences graves du COVID-19 associées aux maladies inflammatoires à médiation immunitaire et aux thérapies immunomodulatrices : une étude de cohorte nationale sur la plateforme OpenSAFELY. Brian Mackenna, et al. La lancette Rheumatol. est ce que je: S2665-9913(22)00098-4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *