Neha Mathur

Quels sont les effets neuropsychiatriques de l’infection par le SRAS-CoV-2 ?

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv* votre serviteur, les chercheurs ont étudié les déficits cognitifs associés à l’infection par le coronavirus 2 (SARS-CoV-2) du syndrome respiratoire aigu sévère aigu.

Étude : Effets de l'infection par le SRAS-CoV-2 sur l'attention, la mémoire et les performances sensorimotrices.  Crédit d'image : Kateryna Kon/Shutterstock
Étude : Effets de l’infection par le SRAS-CoV-2 sur l’attention, la mémoire et les performances sensorimotrices. Crédit d’image : Kateryna Kon/Shutterstock

Arrière plan

Des études antérieures ont documenté des déficits cognitifs après la maladie aiguë à coronavirus 2019 (COVID-19). Cependant, la plupart de ces études n’ont guère utilisé de mesures quantitatives. Parmi ceux qui ont utilisé des mesures quantitatives dans leur évaluation, beaucoup n’ont pas utilisé de cohorte témoin et ont limité leurs évaluations aux patients hospitalisés. De plus, les évaluations neuropsychologiques menées dans ces études n’étaient ni complètes ni complètes, certaines utilisant l’évaluation téléphonique de l’état cognitif (TICS) sans supervision.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont recruté 45 participants âgés de 18 à 70 ans dans une clinique de l’Université du Maryland, aux États-Unis (USA). Parmi ceux-ci, 11 participants avaient un COVID-19 prolongé, 14 avaient un COVID-19 aigu et 20 n’avaient aucun antécédent de COVID-19 ; les trois cohortes de l’étude l’ont fait.

Ces 11 participants atteints de Long-COVID présentaient des symptômes persistants après 16 semaines d’infection initiale. Un médecin expérimenté dans la recherche sur le Long-COVID a interrogé ces participants et a déterminé le statut de l’infection initiale par le SRAS-CoV-2. De plus, ils se sont assurés qu’aucun des participants n’avait de trouble lié à l’utilisation de substances ou n’avait été un consommateur régulier d’alcool, de marijuana et de nicotine au cours des 90 derniers jours. Ils ont utilisé des écrans de détection de drogues dans l’urine pour détecter ces substances le jour du test. En outre, ils ont exclu les participants souffrant de grossesse, de troubles neurologiques, de prisonniers incarcérés et de maladies cardiaques ou pulmonaires.

Lire aussi  Un nouveau rapport montre une augmentation des taux de troubles mentaux chez les 17 à 19 ans d'ici 2022

L’équipe a effectué un test antigénique rapide (RAT) pour tous les participants à l’étude afin de s’assurer qu’ils n’avaient pas d’infection aiguë au COVID-19 le jour de leur participation. Les chercheurs ont demandé à tous les participants à l’étude de remplir un questionnaire en ligne en huit points demandant leur statut COVID-19 (par exemple, le statut de la date de vaccination, les traitements).

Plus important encore, l’équipe a effectué des évaluations comportementales en personne via la boîte à outils NIH. De plus, ils ont demandé à ces participants de passer un test psychométrique formel appelé le test d’attention d2, qui mesurait leur concentration tout en réagissant aux stimuli visuels de manière chronométrée. Ce test comprenait 14 essais séquentiels de 20 secondes chacun. Ils ont calculé le nombre total d’items traités (TN), le pourcentage d’erreurs (E%) et le nombre d’items corrects (NER) pour chaque participant. Ces valeurs ont aidé les chercheurs à calculer la performance de concentration (CP) pour chaque participant.

Pour l’analyse de régression multiple, l’équipe a utilisé chaque groupe démographique, tel que l’âge, le sexe et l’éducation, comme effets fixes. Les résultats de l’étude comprenaient des rapports de questions sur la neuro-qualité de vie (neuro-QoL) et des mesures cognitives et sensorimotrices. Enfin, les chercheurs ont utilisé le test multivarié T2 à deux échantillons de Hotelling pour examiner les différences dans les profils de réponse Neuro-QoL de tous les participants.

Résultats de l’étude

Les participants aux trois cohortes de l’étude étaient d’âge, de sexe et d’éducation comparables, et aucun n’a échoué à un dépistage de drogue.

Les chercheurs ont noté que les participants atteints de Long-COVID, c’est-à-dire ceux qui présentaient des symptômes cognitifs persistants après la phase aiguë de la maladie, souffraient également de plus d’anxiété, de fatigue, de troubles du sommeil, d’apathie et de dérégulation émotionnelle que les personnes qui n’avaient pas eu de COVID. 19. De plus, ces participants avaient de faibles fonctions cognitives. De même, le test T2 à deux échantillons de Hotelling a mis en évidence ces différences, avec une valeur T.2 de 6,48. À l’exception de la dépression, toutes les autres comparaisons Long-COVID et Non-COVID basées sur les scores Neuro-QoL de la NIH Toolbox étaient statistiquement significatives.

Le degré de déficience dans différents domaines neuropsychologiques variait également entre les participants des trois groupes d’étude. Les résultats du test d’attention d2 fournissent des preuves de déficits d’attention soutenue, d’attention sélective et de vitesse de traitement dans le groupe COVID-19. De même, la tâche Eriksen Flanker a également montré un dysfonctionnement attentionnel lié à l’infection par le SRAS-CoV-2. Le test du panneau perforé à neuf trous, une mesure de la fonction visuomotrice, a également montré que les patients COVID-19 avaient des habiletés motrices aberrantes, probablement encore améliorées en raison de déficits d’attention. Enfin, le mini-examen de l’état mental n’a montré aucun déclin cognitif chez les patients modérément malades atteints de COVID-19 par rapport aux témoins.

Semblables à une étude de Zhao et al., les résultats de l’étude actuelle ont mis en évidence des déficiences dans l’attention sélective, l’attention soutenue et la coordination visuomotrice dans la population étudiée. Cela était probablement dû à la gravité de l’infection des participants à l’étude, étant donné que 30,8 % d’entre eux ont dû être hospitalisés.

Lire aussi  Effets neuronaux du COVID-19 sur les symptômes dépressifs

Cependant, les chercheurs n’ont pas été en mesure de confirmer un biomarqueur objectif pour prédire les variations des effets cognitifs et sensorimoteurs après une infection par le SRAS-CoV-2. Par conséquent, l’infection par le SRAS-CoV-2 peut n’affecter le cerveau que dans un sous-groupe de personnes infectées. Une autre découverte intrigante était que certains participants au COVID-19 autodéclarés sans problèmes cognitifs ont obtenu de mauvais résultats aux tests psychométriques, ce qui indique que l’infection par le SRAS-CoV-2 pourrait avoir des effets subcliniques.

conclusion

L’étude actuelle a montré des déficits d’attention, de vitesse de traitement, de coordination visuomotrice et de mémoire déclarative > 14 semaines après l’infection par le SRAS-CoV-2. Le degré de déficience variait selon les différents domaines neuropsychologiques, bien qu’il soit possible que les estimations autodéclarées des changements de Neuro-QoL aient été globales.

Étant donné que le manque de concentration et la fatigue mentale sont apparus comme les principales plaintes des patients atteints de COVID-19 prolongé, de futures études devraient étudier leurs mécanismes neuropathophysiologiques sous-jacents. De plus, les études doivent déterminer si les changements cérébraux structurels et fonctionnels provoquent ces déficits de comportement et de performance après une COVID-19 aiguë.

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • O’Connor, E. et al. (2022).« Effets de l’infection par le SRAS-CoV-2 sur l’attention, la mémoire et les performances sensorimotrices ». medRxiv. est ce que je: 10.1101/2022.09.22.22280222.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *