Dr Priyom Bose, Ph.D.

La fatigue COVID prolongée a été réduite de plus de 50% chez les personnes actives par rapport aux personnes sédentaires

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) en cours, causée par le virus du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus-2 (SRAS-CoV-2), a fait plus de 6,88 millions de morts dans le monde. De nombreuses études ont rapporté une manifestation prolongée du COVID-19, qui a été décrite comme la persistance des symptômes du COVID-19 pendant au moins deux mois après le diagnostic ou un mois après la guérison d’une maladie aiguë, nécessitant une hospitalisation.

Étude : Effets de l'activité physique sur la fatigue musculaire dans le sport chez les adultes actifs atteints de COVID-19 prolongé : une étude observationnelle.  Crédit d'image : p.ill.i/ShutterstockÉtude : Effets de l’activité physique sur la fatigue musculaire dans le sport chez les adultes actifs atteints de COVID-19 prolongé : une étude observationnelle. Crédit d’image : p.ill.i/Shutterstock

Arrière-plan

Le long-COVID peut être classé de deux manières différentes, à savoir pronostique et symptomatique. Une forme sévère de COVID-19 prolongée est le développement de complications thromboemboliques, tandis qu’une forme plus bénigne est associée à la dyspnée et à la fatigue musculaire. Par conséquent, les cliniciens et les scientifiques se sont concentrés sur l’identification du groupe le plus vulnérable au développement de COVID à long terme, notant que les personnes qui développaient une infection grave étaient plus à risque de dyspnée persistante et de fatigue/faiblesse musculaire sur une longue période.

En particulier, les comorbidités, telles que le diabète, le cancer, l’obésité et les maladies cardiovasculaires, associées à une gravité accrue du COVID-19, n’étaient pas associées à l’apparition à long terme du COVID-19. Une étude récente menée en Italie a révélé que la majorité des patients atteints de COVID-19 souffrent de fatigue persistante, de dyspnée, de douleurs articulaires et de douleurs thoraciques après leur sortie de l’hôpital. Une méta-analyse de 250 000 personnes a également révélé que les symptômes les plus persistants et les plus courants d’une COVID-19 prolongée étaient la fatigue, les troubles du sommeil, la dyspnée et la myalgie.

Lire aussi  Les biomarqueurs sanguins pourraient être utilisés pour prédire la probabilité qu'une personne développe un SSPT

D’après les résultats documentés dans plusieurs études, la fatigue est le symptôme le plus fréquemment signalé d’une COVID-19 prolongée. Par conséquent, les personnes, telles que les militaires et les athlètes d’élite, dont les performances physiques étaient régulièrement surveillées, étaient considérées comme des candidats idéaux pour une recherche prolongée sur le COVID-19. Ces groupes pourraient être utilisés pour formuler des traitements pour la longue durée de COVID-19.

L’encéphalomyélite myalgique ou syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) est un trouble multisystémique complexe qui provoque une fatigue extrême, une intolérance orthostatique, des déficits cognitifs et un sommeil non réparateur. Un symptôme courant de l’EM/SFC est la difficulté à effectuer des exercices minimaux. Certains des symptômes du COVID-19 prolongé et de l’EM/SFC se chevauchent, en particulier la fatigue persistante.

À propos de l’étude

une récente Diagnostic L’étude du journal a déterminé l’impact de l’activité physique sur le sommeil, la fatigue et les changements cognitifs chez les personnes touchées par le COVID-19 prolongé. Cette étude examine combien de temps le COVID affecte différemment les personnes ayant une vie active et celles ayant un mode de vie sédentaire.

Au total, 506 participants ont été recrutés, dont 138 femmes. Beaucoup de participants skient, ce qui peut être dû à la proximité de la chaîne de montagnes des Dolomites. Tous les participants avaient un mode de vie actif et ont subi un test d’effort progressif au cours de l’année précédant l’infection au COVID-19.

Les participants ont été divisés en quatre groupes, soit les athlètes de ski de fond compétitifs (AA), les amateurs de montagne (MA), les moniteurs de ski (SI) et les sédentaires (SP). Les participants appartenant au groupe SP ont été considérés comme le groupe témoin. Tous les participants ont ressenti une fatigue musculaire persistante six mois après la fin de la période positive au COVID-19.

Lire aussi  Les chercheurs corroborent l'importance de l'exercice pour la fonction cognitive

Résultats de l’étude

La cohorte actuelle de l’étude était constituée d’une population jeune avec un mode de vie homogène, c’est-à-dire un niveau d’activité physique supérieur à la moyenne et présentant des symptômes prolongés de la COVID (fatigue musculaire). Il est important de noter que des études antérieures ont également signalé ce symptôme prolongé de COVID chez des patients pédiatriques et adolescents. Un biomarqueur important lié à la charge d’entraînement est le niveau de TnC dans le sang.

Une échelle d’évaluation de la fatigue (ROF) comprise entre 1 et 10 a été utilisée dans cette étude, où 10 représente la fatigue maximale. À la fin de la phase aiguë de la COVID-19, la perception de la fatigue chez les participants, quel que soit le sexe et les catégories évaluées, était élevée, soit 8 sur l’échelle ROF. Conformément à cette découverte, une étude précédente a également rapporté que les candidats à l’étude souffraient d’anxiété, de faiblesse musculaire ou de fatigue, de difficultés à contrôler le sommeil et de dépression six mois après la fin de la phase aiguë de l’infection au COVID-19.

Après un an d’infection aiguë par COVID-19, une observation différente a été enregistrée, où les groupes AA, SI et MA avec une plus grande efficacité motrice ont indiqué un score ROF proche de 2. En revanche, ceux appartenant au groupe sédentaire ont indiqué une valeur ROF environ 2. deux fois plus élevé. Ces résultats indiquent que les personnes ayant un mode de vie plus actif ont présenté des symptômes courants de COVID à long terme à un taux inférieur.

Lire aussi  Les médecins prescrivent moins d'analgésiques pendant la nuit que pendant la journée

La présente étude a observé que des participants sélectionnés, quel que soit leur sexe, présentaient un taux de fatigue très élevé ainsi que d’autres symptômes, tels que des troubles de la mémoire et/ou de l’attention, six mois après la fin de la phase d’infection aiguë par le SRAS-CoV -2. . De plus, la plupart des participants ont signalé un sommeil non réparateur.

conclusion

L’étude actuelle a révélé que la perception de la fatigue était significativement réduite parmi les catégories physiquement actives après un an de la phase aiguë de la maladie. Cependant, une telle réduction n’a pas été observée chez les personnes sédentaires. Une période d’observation plus longue est nécessaire pour comprendre si et comment la fatigue peut se reproduire.

Référence magazine :
  • Coscia, F. et al. (2023).Effets de l’activité physique sur la fatigue musculaire dans le sport chez les adultes actifs atteints de COVID-19 prolongé : une étude observationnelle. Diagnostic. 13(7), 1336.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *