Bhavana Kunkalikar

Quelle est l’association entre la fonction rénale et la consommation régulière de café ?

Dans une étude récente publiée dans Nutrition cliniqueles chercheurs ont exploré la corrélation entre la consommation régulière de café et la fonction rénale.

Étude : Association de la consommation habituelle de café et de la fonction rénale : une analyse prospective dans l'étude de Rotterdam.  Crédit d'image : nérudol/Shutterstock
Étude : Association de la consommation habituelle de café et de la fonction rénale : une analyse prospective dans l’étude de Rotterdam. Crédit d’image : nérudol/Shutterstock

Il existe de plus en plus de preuves établissant un lien entre une consommation de café plus élevée et une meilleure fonction rénale, bien que les preuves ne soient pas encore claires. Des études observationnelles, telles qu’une étude de randomisation mendélienne (MR), ont indiqué qu’une consommation plus élevée de café est associée à un risque plus faible d’insuffisance rénale chronique (IRC), d’albuminurie ou d’insuffisance rénale, ou qu’il n’y a aucune association avec l’IRC. Il reste à déterminer si la consommation de café est associée à un taux de filtration glomérulaire estimé (eGFR) plus élevé dans d’autres catégories à haut risque de maladie rénale chronique.

Il est crucial d’évaluer ces connexions dans ces sous-groupes car, en raison de leurs niveaux élevés d’inflammation, ces personnes peuvent bénéficier davantage de la consommation de café. De plus, il y a un manque de recherche établissant un lien entre la consommation de café et des mesures fréquentes du rapport albumine/créatinine urinaire (ACR).

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont cherché à savoir si la consommation régulière de café d’une personne était associée à des modifications de son DFGe urinaire et de son ACR au fil du temps.

L’équipe a utilisé les informations de l’étude de Rotterdam (RS), une étude basée sur la population actuellement menée dans le quartier d’Ommoord à Rotterdam, aux Pays-Bas. La sous-cohorte initiale a commencé entre 1989 et 1993 et ​​a recruté 7 983 volontaires âgés de plus de 55 ans (RS-I). En 2000-2001, 3 011 participants supplémentaires ont été inclus dans le deuxième sous-groupe (RS-II). Ces personnes étaient soit des nouveaux arrivants dans le district à l’étude, soit des participants ayant atteint l’âge de 55 ans depuis le début du projet de recherche. En 2006-2008, la troisième sous-cohorte, RS-III, a été développée avec 3932 personnes âgées de 45 ans ou plus recrutées. Au début de l’étude, il y avait un total de 14 926 personnes recrutées. Des examens de suivi ont été menés auprès de chaque sous-cohorte à des intervalles de quatre à six ans.

Lire aussi  Les scientifiques proposent un ensemble de recommandations pour améliorer les recherches futures sur l'alimentation et la démence

Les informations de base pour la recherche actuelle ont été tirées de la troisième évaluation de suivi de la première cohorte (RS-I-3) et des premières évaluations des deuxième et troisième groupes (RS-II-1 et III-1). Au cours des visites suivantes, des données de suivi ont été recueillies. Au total, 8 718 participants ont répondu aux questionnaires sur l’apport alimentaire. Parmi ceux-ci, 7 914 personnes de ce groupe ont reçu au moins une évaluation de l’eGFR pour les études longitudinales sur l’eGFR. Pour étudier le déclin accidentel de la fonction rénale, l’équipe a choisi des sujets avec des valeurs de base et au moins une mesure de suivi de l’eGFR.

Des évaluations répétées de l’ACR urinaire ont été observées pour les participants RS-III et ont été réalisées dans la même cohorte d’étude que les analyses eGFR. Des entretiens avec les ménages et des questionnaires de fréquence alimentaire (FFQ) standardisés de 170 et 390 éléments ont été utilisés pour collecter des informations de base sur la consommation totale habituelle de café. Au cours des entretiens à domicile, on a demandé aux sujets s’ils buvaient du café et le nombre de tasses qu’ils buvaient quotidiennement a été enregistré. Dans tous les FFQ, les personnes ont été interrogées sur la fréquence et la quantité d’aliments et de boissons consommés régulièrement, y compris la consommation de café. En utilisant une méthode de dosage enzymatique, la créatinine sérique a été mesurée au départ et lors des visites suivantes.

Lire aussi  Une étude soutient l'importance d'une alimentation saine pour une meilleure fonction cognitive dans toutes les races et ethnies

Résultats

Au début de l’étude, l’âge moyen des participants était de 66 ans, dont 57 % de femmes. Plus de 50 % des sujets souffraient d’hypertension, tandis que 10 % souffraient de maladies cardiovasculaires ou de diabète sucré de type 2 (DT2). L’indice de masse corporelle (IMC) moyen était de 27 kg/m2, et 21 % du groupe d’étude étaient obèses. La consommation quotidienne médiane de café était de trois tasses, tandis que 4 % des individus ne consommaient pas de café. Par rapport aux non-consommateurs de café, les hommes étaient plus susceptibles d’être de gros consommateurs de café. De plus, les gros buveurs de café étaient également plus susceptibles de fumer, de consommer plus d’alcool et de consommer le plus de calories.

Grâce à une médiane de 5,4 ans de suivi, le DFGe moyen a diminué de 4,92 mL/min par 1,73 m2. Il y a eu 13 798 évaluations répétées du DFGe au total. Le café n’était pas associé à l’eGFR évalué longitudinalement lors du suivi. Les corrélations entre le café et l’eGFR étaient cohérentes pour les deux sexes, mais pas pour les différents groupes d’âge. La consommation d’une tasse de café supplémentaire chaque jour était associée à 0,84 mL/min par 1,73 m2 DFGe le plus élevé observé lors du suivi chez les sujets de plus de 70 ans.

Les maladies cardiovasculaires, l’hypercholestérolémie ou l’hypertension n’ont pas affecté le lien entre le café et l’eGFR. Parmi les sujets atteints de diabète de type 2, l’équipe a noté une tendance à un eGFR plus élevé avec la consommation de café, bien que le terme d’interaction n’ait montré aucune signification. Au cours des 6,1 années de suivi, un total de 619 cas supplémentaires de diminution de la fonction rénale ont été identifiés. Une tendance a été détectée vers un risque plus faible de diminution de la fonction rénale pour chaque tasse de café supplémentaire par jour, bien que ce lien ne soit pas statistiquement significatif. Dans le modèle 3, les estimations pour les classes de consommation de café allaient de 0,92 pour les non-buveurs de café à 0,84 pour ceux qui buvaient plus de quatre tasses par jour contre zéro ou deux tasses par jour.

Lire aussi  Un atlas complet de données génétiques sur le poisson zèbre profitera aux chercheurs en sciences de la vie et en médecine

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont mis en évidence que si la consommation de café n’était pas associée à l’ACR et au DFGe dans l’ensemble de la population, elle était associée à un DFGe longitudinal plus élevé chez les personnes à risque plus élevé d’IRC, c’est-à-dire les personnes de 70 ans ou plus et les personnes obèses. . Les chercheurs pensent que les résultats devraient être confirmés par d’autres études de cohorte prospectives.

Référence magazine :
  • Anniek C. van Westing, Carolina Ochoa-Rosales, Anna C. van der Burgh, Layal Chaker, Johanna M. Geleijnse, Ewout J. Hoorn, Trudy Voortman. (2022). Association de la consommation habituelle de café et de la fonction rénale : une analyse prospective dans l’étude de Rotterdam. Nutrition clinique. à faire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *