Tarun Sai Lomté

Quelle est la fréquence du syndrome de fatigue chronique chez les patients atteints de COVID-19 prolongé ?

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont découvert que l’encéphalite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) était courant dans la maladie à coronavirus prolongée 2019 (COVID-19).

Étude : L'encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) est fréquent dans les séquelles post-aiguës de l'infection par le SRAS-CoV-2 (PASC) : résultats d'une clinique multidisciplinaire post-COVID-19.  Crédit d'image : fizkes/Shutterstock
Étude : L’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) est fréquent dans les séquelles post-aiguës de l’infection par le SRAS-CoV-2 (PASC) : résultats d’une clinique multidisciplinaire post-COVID-19. Crédit d’image : fizkes/Shutterstock

Arrière plan

Bien que la plupart des patients se rétablissent d’une infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) en quelques semaines, certains présentent des symptômes débilitants qui persistent au-delà de la phase aiguë. La prévalence mondiale des séquelles post-aiguës du COVID-19 (PASC) est estimée à 0,43 %.

Les conditions post-COVID-19 sont de plus en plus détectées même dans les cas asymptomatiques ou avec une maladie bénigne. Le PASC se caractérise par un malaise post-effort, une confusion mentale, des maux de tête, des troubles du sommeil, une dyspnée et des douleurs thoraciques. Dans une enquête multinationale menée auprès de plus de 3 700 participants, le malaise, la fatigue et la confusion mentale post-effort ont été signalés plus fréquemment six mois après la COVID-19.

Ces symptômes partagent des caractéristiques similaires avec l’EM/SFC, une autre maladie souvent débilitante. Dans deux petites études de cohorte de patients COVID-19, près de 45 % des sujets répondaient aux critères de diagnostic de l’EM/SFC.

Lire aussi  Des études EEG pendant la nuit peuvent aider à éclairer les soins pour les filles atteintes du syndrome de Rett

Les caractéristiques pathobiologiques de l’EM/SFC sont mal définies et de nombreux patients PASC présentant des caractéristiques de l’EM/SFC pourraient permettre une meilleure caractérisation des deux conditions.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont caractérisé une cohorte clinique de patients atteints de PASC et déterminé la prévalence du phénotype ME/SFC chez les patients atteints de COVID prolongé selon les critères de l’Institute of Medicine (IOM) de 2015. Cent quarante adultes ayant des antécédents de COVID -19 ont été référés à la clinique multidisciplinaire Stanford PACS du 18 mai 2021 au 1er février 2022.

Les données sur les symptômes persistants pour tous les patients ont été obtenues au moyen d’un questionnaire sept jours avant la visite et à partir des dossiers de santé électroniques (DSE). Le questionnaire a recueilli des informations sur a) 29 symptômes couramment signalés pendant la phase aiguë de la COVID-19, b) la gravité des symptômes sur l’échelle de Likert, c) le statut vaccinal et d) l’échelle de l’état fonctionnel (FSS). 19.

Les données sur la démographie et la radiologie, les résultats de laboratoire, les signes vitaux, la saturation en oxygène, l’indice de masse corporelle (IMC), les mesures de la fréquence cardiaque et la pression artérielle orthostatique ont été obtenues à partir du DSE. De plus, chaque patient a reçu un questionnaire identique avant sa visite prévue.

Pour les patients dont les visites à la clinique ont eu lieu plus de six mois après le diagnostic de COVID-19, les symptômes ont été analysés pour voir s’ils répondaient aux critères de l’IOM 2015 pour l’EM/SFC. Les patients ont été exclus de l’étude s’ils avaient déjà souffert d’EM/SFC ou d’autres affections expliquant la fatigue pré-COVID-19.

Lire aussi  Comment les troubles du sommeil associés au déséquilibre de la mélatonine peuvent jouer un rôle dans la présence, l'intensité et la gravité de l'anosmie

recommandations

Six des 140 patients référés à la clinique ont été exclus en raison de questionnaires incomplets ou de l’absence de résultats de tests de diagnostic du SRAS-CoV-2. L’âge médian des patients restants était de 47 ans. La plupart étaient des femmes (59 %) et des Blancs (49,3 %). Dix-sept patients ont été hospitalisés pendant la phase aiguë de COVID-19 ; deux ont nécessité des soins intensifs. Soixante-deux patients avaient des comorbidités qui les prédisposaient au COVID-19 sévère.

Des limitations fonctionnelles ont été observées chez 109 patients, dont 45 sujets avec un bien-être significativement compromis. La durée médiane des symptômes lors de la visite initiale à la clinique était de 285,5 jours et le nombre médian de symptômes était de 12 par patient. La fatigue, le malaise post-effort, le sommeil non réparateur, le brouillard cérébral et la somnolence diurne étaient courants.

En particulier, le nombre médian de symptômes était plus élevé chez les femmes que chez les hommes, la fatigue, la dysgueusie et l’insomnie étant plus fréquentes chez les femmes. Les auteurs ont trouvé une corrélation significative entre la gravité et la fréquence des symptômes. L’analyse des composantes principales a révélé que la fatigue, le malaise post-effort, la confusion mentale, la somnolence diurne et le sommeil non réparateur étaient plus susceptibles de coexister.

Les symptômes ont persisté pendant plus de six mois chez 105 patients, la fatigue, la confusion mentale, le malaise après l’effort, l’insomnie, la somnolence diurne et le sommeil non réparateur étant les plus fréquents et les plus graves. Quarante-huit patients répondaient aux critères de l’IOM, et la cohorte finale ME/SFC (après exclusions) comprenait 45 patients. La plupart des patients de cette cohorte étaient des femmes, en bonne santé et non hospitalisées (pendant la phase aiguë de la COVID-19), l’obésité étant la comorbidité la plus courante. Plus de la moitié de la cohorte avait une baisse significative de la fonctionnalité.

Lire aussi  Les ondes cérébrales peuvent aider à relier les informations à travers le cortex humain

conclusion

La plupart des patients référés à la clinique du PASC n’avaient pas été hospitalisés ou pris en charge avec de l’oxygène pendant la phase aiguë de la COVID-19. Les femmes présentaient significativement plus de symptômes que les hommes. En conclusion, 43 % des patients atteints de PASC et de symptômes depuis plus de six mois répondaient aux critères de l’EM/SFC. Le phénotype ME/CFS-PASC, comme ME/CFS, était plus fréquent chez les femmes non hospitalisées.

Les similitudes cliniques entre l’EM/SFC-CSP et l’EM/SFC suggèrent une pathobiologie commune. Notamment, ces résultats proviennent d’une seule clinique du nord de la Californie avec un biais envers des populations spécifiques et une plus petite proportion de populations minoritaires. Par conséquent, de grandes études multicentriques avec une population diversifiée sont nécessaires pour corroborer les résultats.

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence du magazine :
  • Bonilla H, Quach T, Tiwari A, et al. (2022). L’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) est fréquent dans les séquelles post-aiguës de l’infection par le SRAS-CoV-2 (PASC) : résultats d’une clinique multidisciplinaire post-COVID-19. medRxiv. fais: 10.1101/2022.08.03.22278363

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.