Neha Mathur

Paludisme microscopique et submicroscopique pendant la grossesse : une revue systématique et une méta-analyse portant sur la prévalence et les facteurs de risque associés

Dans une étude récente publiée dans Il Lancet Global Healthles enquêteurs ont mené une revue systématique pour décrire l’épidémiologie des infections palustres submicroscopiques et microscopiques pendant la grossesse.

Étude : Prévalence et facteurs de risque des infections palustres microscopiques et submicroscopiques pendant la grossesse : revue systématique et méta-analyse.  Crédit d'image : ibragimova/Shutterstock.com
Étude : Prévalence et facteurs de risque des infections palustres microscopiques et submicroscopiques pendant la grossesse : revue systématique et méta-analyse. Crédit d’image : ibragimova/Shutterstock.com

À cette fin, ils ont utilisé des données individuelles et agrégées sur les participantes (DPI) de femmes enceintes représentatives d’Asie, des Amériques et d’Afrique, recueillies après une recherche approfondie de la littérature publiée dans des bases de données de recherche.

Dans la plupart des contextes, les infections palustres submicroscopiques sont plus fréquentes que les infections microscopiques. Par conséquent, les enquêteurs ont également exploré la relation entre les infections palustres submicroscopiques stratifiées par espèce de parasite responsable, les symptômes (par exemple, la fièvre) et l’âge du patient.

Arrière-plan

Rien qu’en 2020, environ 122 millions de grossesses ont eu lieu dans les zones de transmission du paludisme. L’augmentation des tests par le biais de tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) a montré que la plupart des infections pendant la grossesse restaient asymptomatiques, donc difficiles à diagnostiquer. L’invasion du placenta par les parasites du paludisme a rendu plus difficile le diagnostic du paludisme pendant la grossesse, car elle a réduit la densité des parasites dans le sang périphérique.

La collecte d’informations sur l’épidémiologie des infections paludéennes submicroscopiques pendant la grossesse pourrait avoir plusieurs objectifs. Premièrement, cela pourrait aider à concevoir des stratégies pour prévenir, détecter et gérer le paludisme tôt, c’est-à-dire au cours du premier trimestre, ce qui, à son tour, empêcherait les issues défavorables à la naissance.

Lire aussi  Les anticorps transmis par le lait maternel persistent six mois après la vaccination par l'ARNm du COVID

Deuxièmement, cela donnerait une idée de la contribution des infections submicroscopiques au réservoir infectieux total, dont l’estimation est nécessaire pour mettre en œuvre des efforts adéquats d’élimination massive du paludisme, par exemple des campagnes de gestion des médicaments.

Ces programmes ne couvrent généralement pas les femmes enceintes en raison de préoccupations concernant la sécurité des médicaments pour le fœtus. Enfin, des informations sur les schémas submicroscopiques de l’infection palustre aident à interpréter les données de prévalence parasitaire recueillies dans les cliniques prénatales.

À propos de l’étude

Dans la présente revue systématique et méta-analyse, les chercheurs ont utilisé des études publiées entre le 1er janvier 1997 et le 10 novembre 2021, avec des données sur les infections paludéennes microscopiques et sous-microscopiques pendant la grossesse. Ils ont récupéré les données agrégées et IPD de toutes les études éligibles de la Malaria in Pregnancy Library d’Asie, des Amériques ou d’Afrique.

L’équipe a utilisé des données accessibles au public pour dériver des estimations de la transmission du paludisme et de la résistance à la sulfadoxine-pyriméthamine correspondant au lieu et à l’année de l’étude. Ils ont également utilisé des modèles logit et multinomiaux multivariables en une étape pour évaluer la prévalence et les facteurs de risque des infections sous-microscopiques pendant la grossesse et l’accouchement.

Résultats

La recherche exhaustive a identifié 87 études éligibles, dont 68, soit 78 %, ont contribué aux données analytiques. Parmi celles-ci, 45 et 23 études avec 48 869 et 11 863 participants ont fourni respectivement des IPD et des données agrégées. Ils ont noté des estimations moyennes de la prévalence du paludisme submicroscopique et microscopique de 13,5 % et 8 % pendant la grossesse, respectivement.

La proportion moyenne d’infections paludéennes submicroscopiques était de 58,7 % chez les femmes plasmodium tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN); ce pourcentage était le plus élevé dans les Amériques, suivies de l’Asie et de l’Afrique (73,3 %, 67,2 % et 56,5 %).

Sur la base des résultats des données individuelles des patients, les femmes atteintes de paludisme submicroscopique par rapport à celles sans paludisme ont développé de la fièvre uniquement en Afrique, pas dans d’autres régions, avec un rapport de cotes ajusté (ORa) de 1,32 et une plage de confiance (IC) à 95 %. Chez les femmes asiatiques et américaines atteintes d’infections positives au TAAN, Plasmodium vivax infections (non Causée par Plasmodium falciparum infections) ils étaient probablement submicroscopiques, aOR = 3,69.

Pour les femmes atteintes d’infections palustres positives au TAAN et de parasitémie en Afrique, les facteurs de risque d’infections palustres submicroscopiques étaient l’âge avancé (≥ 30 ans) et la gravité multiple ; alors que, chez les femmes asiatiques et américaines, seul l’âge avancé était un facteur de risque. L’incidence du paludisme submicroscopique était plus élevée en Asie et dans les Amériques par rapport à l’Afrique, où il était plus fréquent en raison d’autres espèces de paludisme que Plasmodium falciparum.

Plasmodium falciparum est responsable de la plupart des cas de paludisme, tandis que les effets Plasmodium vivax pendant la grossesse, ils sont généralement moins graves. Neuf études, dont cinq étaient des essais cliniques, ont fourni des informations sur le paludisme submicroscopique lors d’une visite de suivi programmée consécutive. En Asie et dans les Amériques combinées, seulement 1 % des femmes atteintes d’une infection submicroscopique à l’inscription avaient un paludisme submicroscopique lors de la visite de suivi. En revanche, en Afrique, sur 1009 femmes présentant une infection sous-microscopique à l’inscription, en moyenne 18,5 % des femmes avaient un paludisme sous-microscopique lors de la visite de suivi.

Lire aussi  Les sénateurs ont aussi des crises de santé mentale

L’incidence du paludisme submicroscopique lors des visites de suivi était moins probable chez les femmes ayant reçu de la dihydroartémisinine-pipéraquine, un traitement antipaludique, lors de l’inscription que chez les femmes n’ayant reçu aucun traitement ou un autre traitement. Ce traitement a semblé réduire davantage le risque de paludisme submicroscopique dans les études de cohorte que dans les essais en Afrique.

Un autre facteur associé aux infections sous-microscopiques était la résistance à la sulfadoxine-pyriméthamine, qui était faible dans les zones de transmission élevée mais élevée dans les régions de transmission modérée à faible.

conclusion

Dans l’ensemble, la présente étude a montré que les infections sous-microscopiques étaient plus fréquentes que les infections microscopiques pendant la grossesse. Cependant, les stratégies d’atténuation doivent cibler les deux pour un contrôle efficace du paludisme.

Référence magazine :
  • van Eijk, A. et al. (2023) « Prévalence et facteurs de risque des infections microscopiques et submicroscopiques du paludisme pendant la grossesse : une revue systématique et une méta-analyse », Lancet Global Health11(7), p. e1061-e1074. est ce que je: 10.1016/s2214-109x(23)00194-8.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *