L’insomnie augmente le risque de grippe et d’autres infections respiratoires

Une étude basée sur plus de 600 000 participants suggère que l’insomnie augmente le risque de grippe et d’autres infections respiratoires. Les problèmes de sommeil ont également augmenté le risque d’infection au COVID-19 nécessitant une hospitalisation.

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université d’Helsinki, montre qu’un diagnostic antérieur d’insomnie augmente le risque de développer des infections respiratoires. Au total, l’étude a porté sur plus de 600 000 personnes en Finlande (étude FinnGen) et au Royaume-Uni (UK Biobank).

Parmi les Finlandais ayant reçu un diagnostic d’insomnie, le risque de développer une infection respiratoire non précisée était près de six fois plus élevé et le risque de grippe plus de quatre fois plus élevé que chez les autres participants. Les analyses basées sur les données de la biobanque britannique ont soutenu l’association entre le diagnostic d’insomnie et le risque d’infections respiratoires.

L’analyse génétique suggère une relation causale

Des études antérieures ont suggéré une association entre l’insomnie à court terme ou la privation de sommeil et le système immunitaire et la défense contre les agents pathogènes. Le lien entre l’insomnie chronique et la susceptibilité à l’infection a également été étudié, mais des études de population à grande échelle ont rarement été menées et le grand nombre d’outils génétiques nécessaires pour prouver la causalité ne sont devenus disponibles que récemment.

La présente étude a utilisé des méthodes d’épidémiologie génétique pour examiner un lien de causalité possible entre l’insomnie et les infections. Cette étude a révélé que l’insomnie augmente le risque d’infections respiratoires. De plus, ces résultats ont mis en évidence une association entre l’insomnie et la gravité des symptômes du COVID-19, ainsi que l’infection au COVID-19 nécessitant une hospitalisation.

L’avantage de ce type de plan d’étude est qu’il utilise des données longitudinales. De plus, l’analyse génétique permet d’identifier des relations causales entre deux caractères. Dans cette étude particulière, nous avons testé la causalité en tirant parti des outils d’analyse génétique qui utilisent la randomisation pour estimer la causalité. »

Dr Hanna Ollila de l’Institut finlandais de médecine moléculaire (FIMM), Université d’Helsinki

Les chercheurs ont également pu montrer que les résultats ne s’expliquent pas par des facteurs tels que l’obésité ou le tabagisme, tous deux connus pour prédisposer à la fois à l’insomnie et aux infections respiratoires.

Lire aussi  Les personnes présentant des symptômes d'insomnie peuvent présenter un risque accru d'AVC

Environ 30% des adultes souffrent d’insomnie selon l’American Academy of Sleep Medicine. Par conséquent, les résultats ont également des implications pour la santé publique.

« Nos résultats sont conformes à la littérature précédente et montrent que dormir suffisamment est important pour maintenir une défense immunitaire efficace », conclut Hanna Ollila.

L’étude a été menée par l’Université d’Helsinki et la Harvard Medical School en collaboration avec les universités de Yale et de Stanford.

Fontaine:

Helsingin yliopisto (Université d’Helsinki)

Référence magazine :

Jones, SE. et coll. (2023).L’impact sur la santé publique de la privation de sommeil dans les infections graves au COVID-19, la grippe et les infections des voies respiratoires supérieures. eBioMédecine. doi.org/10.1016/j.ebiom.2023.104630.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *