Dr Chinta Sidharthan

On estime que 19 millions d’adultes américains vivent avec un COVID à long terme

Dans une récente étude publiée dans la revue Maladies infectieuses cliniquesUne équipe de chercheurs a examiné les facteurs de risque ainsi que la prévalence et l’impact de la maladie à coronavirus prolongée (COVID) parmi un échantillon représentatif d’adultes aux États-Unis (États-Unis) et a signalé que près de 19 millions d’adultes américains souffrent de COVID prolongé.

Étude : L'épidémiologie du COVID prolongé chez les adultes américains.  Crédit d'image : Ressort léger/ShutterstockÉtude : L’épidémiologie du COVID prolongé chez les adultes américains. Crédit d’image : Ressort léger/Shutterstock

Arrière-plan

Le COVID prolongé, également connu sous le nom de séquelles post-aiguës de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) (PASC), comprend des symptômes persistants ou récurrents tels que fièvre, maux de tête, déclin cognitif, difficultés cardiovasculaires, fatigue débilitante, dyspnée et autres symptômes affectant divers systèmes d’organes. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis estiment que le nombre de cas de COVID à long terme est d’un cas de COVID-19 sur cinq.

Des études indiquent que la prévalence du COVID à long terme est plus élevée chez les femmes et les personnes souffrant de multiples comorbidités ou de maladies chroniques. Cependant, une compréhension globale des facteurs de risque du COVID à long terme, de l’impact du COVID à long terme sur la qualité de vie et de l’efficacité des vaccins et des rappels pour se protéger contre le COVID à long terme fait toujours défaut. Le nombre d’infections émergentes a augmenté avec l’avènement de variantes d’évasion immunitaire telles qu’Omicron. Par conséquent, il est essentiel de déterminer le niveau de protection offert par les doses primaires et de rappel contre le COVID à long terme.

Lire aussi  La raideur artérielle pourrait être un nouveau facteur de risque de maladie métabolique chez l'enfant et l'adolescent

À propos de l’étude

Dans la présente étude, l’équipe a mené une enquête bilingue (anglais et espagnol), transversale et probabiliste auprès de 3 042 adultes aux États-Unis. L’historique d’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) a été déterminé -2). pour chaque participant sur la base de tests SARS-CoV-2 positifs autodéclarés par un fournisseur de soins de santé ou de tests antigéniques rapides à domicile ou de symptômes COVID-19 autodéclarés avec des preuves de contact étroit avec un patient COVID-19 confirmé.

L’enquête a enquêté sur la prévalence des symptômes prolongés du COVID, tels que la fatigue, les difficultés de concentration et l’essoufflement, durant plus de quatre semaines après la guérison du COVID-19. La proportion de personnes qui ont confirmé ces symptômes et qui avaient le COVID-19 quatre semaines ou plus auparavant a été calculée pour estimer la prévalence du COVID à long terme dans la population.

De plus, l’impact d’une COVID prolongée sur les activités de la vie quotidienne a été déterminé sur la base des réponses à savoir si et dans quelle mesure les symptômes d’une COVID prolongée affectent la capacité du participant à effectuer des activités quotidiennes, par rapport à ses capacités préexistantes COVID-19. La présence de comorbidités ou de problèmes de santé tels que le cancer, la maladie pulmonaire obstructive chronique, l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’immunodéficience, les maladies du foie, l’hypertension artérielle ou une récente greffe d’organe a également été déterminée pour comprendre les longs prédicteurs du COVID.

Résultats

Les résultats ont rapporté que 7,3% des participants ont déclaré avoir des symptômes prolongés de COVID, ce qui se traduit par près de 19 millions d’adultes américains. Conformément aux études précédentes, la prévalence du COVID à long terme était plus élevée chez les femmes et les personnes souffrant de comorbidités. Les personnes non vaccinées, ainsi que les personnes vaccinées qui n’avaient pas reçu de dose de rappel, avaient également une prévalence plus élevée de COVID à long terme. Les adultes de 65 ans et plus avaient une prévalence plus faible de COVID à long terme et, par rapport aux Blancs non hispaniques, les Noirs, les Hispaniques et les Asiatiques / Insulaires du Pacifique avaient une prévalence plus faible de COVID à long terme.

Lire aussi  Un nouveau système de biocapteur dérivé de la bactérie E. coli pourrait accélérer le développement de médicaments

Parmi les participants qui ont signalé des symptômes prolongés de COVID, 44 % ont eu des infections par le SRAS-CoV-2 au cours des six mois précédents, 27 % ont eu des infections par le SRAS-CoV-2 entre six et 12 mois auparavant et 29 % ont déclaré avoir eu une infection par le SRAS-CoV-2. 2 infections. infection il y a plus d’un an. De plus, tous les participants atteints de COVID à long terme ont signalé une diminution de leur capacité à effectuer des activités quotidiennes. Les personnes atteintes des infections les plus récentes au SRAS-CoV-2 ont signalé le plus grand impact sur les activités quotidiennes.

Compte tenu du large éventail et du manque de spécificité des symptômes prolongés de la COVID, il s’est avéré difficile de déterminer le fardeau prolongé de la COVID. Comprendre les facteurs de risque d’une COVID prolongée peut aider à formuler des stratégies pour gérer les impacts à long terme de la COVID-19. Les auteurs ont expliqué que de nombreuses études antérieures portant sur les facteurs de risque associés à une COVID prolongée avaient été menées chez des patients hospitalisés, ce qui pourrait surreprésenter les personnes atteintes de comorbidités.

La présente étude, plus représentative de la population adulte américaine, fait état d’une prévalence étonnamment plus faible de COVID à long terme parmi la population âgée. Les auteurs pensent que cela pourrait être dû à une acceptation accrue des vaccins parmi la population âgée aux États-Unis et au respect des mesures d’atténuation des maladies telles que le port de masque et la distanciation sociale.

Lire aussi  Une étude remet en question le rôle prédictif du «bon» cholestérol dans les maladies cardiaques

conclusion

En resumen, esta encuesta transversal entre un grupo representativo de la población adulta de EE. UU. examinó los factores de riesgo asociados con la larga duración de la COVID y el impacto de los síntomas persistentes o recurrentes de la larga duración de la COVID en las activités quotidiennes.

Les résultats ont indiqué que plus de 18 millions de personnes aux États-Unis souffrent de COVID à long terme, avec une prévalence plus élevée observée chez les femmes, les personnes souffrant de comorbidités et les Blancs. Les personnes non vaccinées et non boostées étaient également plus sensibles au COVID prolongé. Toutes les personnes présentant des symptômes prolongés de COVID ont signalé une capacité réduite à effectuer des activités quotidiennes, mais on a observé que l’impact d’un COVID prolongé sur la vie quotidienne diminuait avec le temps.

Référence magazine :
  • Robertson, MM, Qasmieh, SA, Kulkarni, SG, Teasdale, CA, Jones, H., McNairy, M., Borrell, LN et Nash, D. (2022). L’épidémiologie du COVID prolongé chez les adultes américains. Maladies infectieuses cliniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *