Dr Priyom Bose, Ph.D.

L’impact du régime alimentaire MIND sur la santé cognitive et l’incidence de la démence

On a supposé que la prévalence mondiale de la démence augmentera considérablement en raison du vieillissement progressif de la population mondiale. Pour en savoir plus sur cette question, l’étude MIND (Mediterranean-Dietary Approaches to Stop Hypertension Diet Intervention for Neurodegenerative Delay) tente d’étudier l’impact de l’alimentation sur la santé cognitive.

Étude : Modèle alimentaire MIND et son association avec la cognition et la démence accidentelle dans la biobanque britannique.  Crédit d'image : Oleksandra Naumenko/Shutterstock
Étude : Modèle alimentaire MIND et son association avec la cognition et la démence accidentelle dans la biobanque britannique. Crédit d’image : Oleksandra Naumenko/Shutterstock

MIND recommande la consommation de noix, de légumes à feuilles vertes, de grains entiers, de baies, de haricots, de poisson et de crustacés et d’huile d’olive vierge. Il met également l’accent sur la réduction de la viande rouge, des aliments transformés, des aliments riches en graisses saturées, des aliments sucrés et des aliments frits.

Arrière-plan

Environ dix-sept études basées sur la population menées en Suède, en Australie, en France, aux États-Unis, en Espagne, en Israël, au Brésil et aux Pays-Bas ont examiné l’association entre l’ESPRIT et la santé cognitive. Ces études visaient à comprendre l’effet de l’adhésion à MIND sur les capacités cognitives et les performances. Fait intéressant, parmi les dix-sept études susmentionnées, deux ont démontré un déclin cognitif et sept ont révélé un déclin progressif d’une ou plusieurs capacités cognitives chez les individus ayant une adhésion plus élevée à MIND.

Une étude a rapporté un déclin cognitif chez un sous-ensemble de participants plus âgés. À l’inverse, certaines études ont indiqué un risque significativement plus faible de démence avec une plus grande adhésion à MIND. Dans la plupart des études, MIND n’a pas été entièrement caractérisé ou un composant alimentaire spécifique qui a influencé MIND a été exclu.

Lire aussi  COVID-19 et l'intestin

À propos de l’étude

une récente nutriments étude a évalué l’adhésion au modèle alimentaire MIND dans la UK Biobank (UKB). UKB est une riche source de données phénotypiques, génétiques et de suivi. Ces données ont été utilisées pour tester l’hypothèse selon laquelle une adhésion élevée à MIND conduit à une capacité cognitive supérieure et à une réduction du risque de démence incidente. Les résultats de l’étude MIND ont été comparés à l’Alternative Healthy Eating Index (AHEI)-2010, qui est couramment utilisé pour des dizaines de régimes alimentaires sains.

UKB est une cohorte de population avec plus de 502 633 participants âgés de 37 à 73 ans. Tous les participants ont subi une évaluation clinique complète dans des établissements de santé en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse entre 2006 et 2010. En particulier, l’état de santé de ces candidats a été suivi grâce aux dossiers médicaux et de décès.

Les participants qui ont complété au moins deux des quatre WebQ d’Oxford à domicile ont été inclus dans l’étude. Oxford WebQ a évalué l’impact d’un total de 206 aliments et 32 ​​boissons.

Résultats de l’étude

Peu de preuves ont été trouvées qui pourraient valider que l’adhésion au régime alimentaire MIND est bénéfique pour la santé cognitive à l’UKB. Il est important de noter que les personnes qui adhèrent le plus à MIND font partie de celles qui n’ont pas obtenu de bons résultats aux tests de la fonction cognitive.

Une étude antérieure a également révélé qu’une plus grande adhésion à MIND et AHEI-2010 était associée à de mauvaises performances aux tests de la fonction cognitive, que le test ait été effectué dans un centre d’évaluation ou à domicile.

Lire aussi  La vitamine D protège contre l'infection par le H1N1 et le SRAS-CoV-2 chez la souris

Fait intéressant, la relation entre l’adhésion à MIND et la fonction cognitive s’est avérée plus forte chez les participants les plus instruits par rapport au groupe moins instruit.

L’adhésion à MIND n’était pas liée à l’incidence de la démence dans la population générale de l’étude. Fait intéressant, une association inverse a été observée entre les femmes qui adhèrent strictement à MIND et la prévalence de la démence. Cette constatation s’est avérée conforme aux rapports AHEI-2010.

Auparavant, d’autres études de l’UKB ont également révélé des observations inattendues, notamment une consommation plus élevée de viande rouge/d’aliments transformés/de céréales raffinées et une consommation plus faible de légumes/fruits associés à une capacité cognitive plus élevée. Des observations similaires ont également été trouvées dans au moins deux autres études, telles que l’étude longitudinale brésilienne sur la santé des adultes, qui a examiné l’effet des habitudes alimentaires sur les capacités cognitives.

En revanche, l’Étude longitudinale québécoise sur la nutrition et le vieillissement réussi a révélé qu’une plus grande adhésion à un régime alimentaire sain, c’est-à-dire riche en légumes, fruits, poisson, volaille et produits laitiers faibles en gras, entraînait une plus grande capacité cognitive.

Deux composantes, à savoir une consommation plus élevée de volaille et une consommation modérée de vin, étaient liées à de meilleures fonctions cognitives. La consommation de composants gras trans n’était pas associée à la démence incidente. Cependant, lorsque la composante « faible teneur en beurre/margarine » a été remplacée par la composante « faible teneur en beurre », une augmentation significative du risque de démence a été observée.

Lire aussi  Comment le régime affecte-t-il l'inflammation?

Bien que plusieurs facteurs de confusion aient été pris en compte dans cette étude, il est possible que le régime alimentaire étudié soit associé à d’autres facteurs médicaux, liés au mode de vie ou au SSE qui ont entraîné une capacité cognitive réduite ou altérée. En particulier, des analyses transversales ont révélé qu’une mauvaise performance cognitive due à une plus grande adhésion à MIND n’était pas liée à un risque accru de démence.

conclusions

Les principaux points forts de l’étude tournent autour de la grande taille de l’échantillon, de la richesse des données phénotypiques et génétiques et de l’alimentation extensive. Peu de preuves ont validé les avantages de l’adhésion à MIND pour la santé cognitive. Cependant, il a été noté que l’adhésion à MIND pourrait être associée à un risque réduit de démence chez les femmes. À ce jour, le mécanisme sous-jacent à l’origine de l’association entre une fonction cognitive altérée et une adhésion accrue à MIND n’est pas clair, et la question doit être explorée à l’avenir.

Référence magazine :
  • Cornelis, M. et al. (2022) « Modèle alimentaire MIND et son association avec la cognition et la démence incidente dans la biobanque britannique », nutriments, 15(1), p. 32. est ce que je: 10.3390/nu15010032.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *