Dr Priyom Bose, Ph.D.

L’exercice intense favorise la calcification des artères coronaires

L’exercice et l’activité physique réduisent le risque de maladies cardiovasculaires (MCV). Il a été observé qu’une personne active a entre 30% et 40% moins de risque de MCV. Cependant, des études transversales antérieures n’ont pas permis de déterminer si l’exercice a un impact significatif sur l’accélération de l’athérosclérose coronarienne et la morphologie de la plaque. une récente Circulation L’article de journal s’est concentré sur l’étude de la relation entre le volume et l’intensité de l’exercice et la progression de l’athérosclérose coronarienne chez les athlètes masculins d’âge moyen et plus âgés.

Étude : Volume d'exercice par rapport à l'intensité et à la progression de l'athérosclérose coronarienne chez les athlètes d'âge moyen et plus âgés : résultats de l'étude MARC-2.  Crédit d'image : sciencepics/ShutterstockÉtude : Volume d’exercice par rapport à l’intensité et à la progression de l’athérosclérose coronarienne chez les athlètes d’âge moyen et plus âgés : résultats de l’étude MARC-2. Crédit d’image : sciencepics/Shutterstock

Bas

La calcification de l’artère coronaire (CAC) est un biomarqueur de la charge de plaque d’athérosclérose coronarienne et du risque futur d’événements cardiovasculaires. Ce biomarqueur peut être mesuré à l’aide d’images de tomodensitométrie (TDM). De plus, une étude plus détaillée de la morphologie de la plaque coronarienne peut être réalisée à l’aide de l’angiographie coronaire CT (CCTA).

Les athlètes ont généralement des scores CAC ≥ 100 unités Agatston, liés au volume d’exercice à vie et à l’intensité de l’entraînement physique. Chez les athlètes actifs, la morphologie de la plaque d’athérosclérose s’est avérée plus ou partiellement calcifiée. De plus, des études récentes ont indiqué que les athlètes amateurs ont une plus grande athérosclérose coronarienne par rapport aux témoins sains moins actifs.

À propos de l’étude

La présente étude a utilisé les scores CAC et CCTA pour évaluer la relation entre les caractéristiques de l’entraînement physique et l’athérosclérose coronarienne chez les athlètes masculins d’âge moyen et plus âgés. Cette étude a émis l’hypothèse qu’un volume et une intensité d’exercice plus élevés sont associés à une incidence plus élevée d’athérosclérose coronarienne.

Lire aussi  Résultats du racisme, du stress et des accidents vasculaires cérébraux

Cette étude est connue sous le nom de MARC-2 (Measuring Athletes’ Risk of Cardiovascular Events 2), une continuation de l’étude MARC-1 (Measuring Athletes’ Risk of Cardiovascular Events 1).

L’étude MARC-2 a recruté des hommes asymptomatiques d’âge moyen et plus âgés de plus de 45 ans et n’a montré aucune anomalie dans leur évaluation médicale du sport entre mai 2019 et février 2020. Les personnes ayant subi une intervention coronarienne ont été exclues par voie percutanée pendant le suivi.

Des informations pertinentes sur les caractéristiques d’exercice des participants ont été obtenues grâce à un questionnaire validé. Ce questionnaire visait à collecter des informations sur le type de sport, la fréquence, la durée de chaque sport (en années), la durée d’une séance d’exercice et le niveau de performance, c’est-à-dire récréatif versus compétitif, de la cohorte de l’étude.

Un équivalent métabolique de la tâche (MET) a été attribué pour tous les sports rapportés sur la base du Compendium des activités physiques. L’étude actuelle a utilisé le volume d’exercice, exprimé en heures MET/semaine, pendant la période d’étude.

Résultats de l’étude

L’étude actuelle a inclus un total de 291 hommes. Sur la base des critères d’éligibilité, 287 hommes ont finalement été inclus dans les analyses MARC-2 CAC et 284 dans les analyses de plaque. Le suivi moyen entre les tomodensitogrammes a été observé à 6,3 ans. De plus, les niveaux de tension artérielle et l’utilisation d’antihypertenseurs et de statines ont considérablement augmenté au cours de la période de suivi. Cependant, le taux de cholestérol des participants est resté le même tout au long de la période de suivi. Six participants avaient également arrêté de fumer.

Lire aussi  Fumer des cigarettes tout en portant un masque peut affecter la fonction des vaisseaux sanguins

L’intensité de l’exercice, mais pas le volume, était corrélée à la progression de l’athérosclérose coronarienne. L’impact de l’exercice vigoureux s’est avéré moins efficace dans la progression du CAC ; cependant, un exercice très vigoureux était associé à une progression plus significative du CAC et de la plaque (calcifiée). Cette découverte est conforme à l’observation transversale MARC-1 qui a révélé que des intensités d’exercice spécifiques améliorent rapidement le développement de la plaque calcifiée.

L’exercice à un niveau d’intensité très élevé a été associé à la formation de plaque calcifiée, ce qui suggère que certains mécanismes peuvent être impliqués pour faciliter l’athérosclérose coronarienne chez les athlètes. Par exemple, un exercice d’intensité plus élevée produit des niveaux plus élevés de catécholamines, ce qui peut augmenter la fréquence cardiaque et la tension artérielle d’une personne. Selon des études antérieures, l’augmentation de la fréquence cardiaque accélère l’athérosclérose, probablement en raison de la fréquence accrue du flux sanguin turbulent.

Aucune corrélation n’a été trouvée entre le volume d’exercice et la progression de l’athérosclérose coronarienne au cours du suivi. Les résultats de cette étude sont conformes aux recherches précédentes, qui ont révélé que 74 % des athlètes récréatifs n’avaient aucune différence significative dans le volume d’exercice entre les individus avec et sans progression du CAC après 4,1 ans de suivi. Il est possible que le volume d’exercice soit associé à l’apparition de l’athérosclérose coronarienne mais pas à sa progression. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les différences d’athérosclérose en fonction de l’intensité de l’exercice, c’est-à-dire au sein de groupes distincts (course à pied et cyclisme).

Lire aussi  Annonce des lauréats des subventions pilotes de recherche CURE-19 2022

conclusions

Au cours de la période de suivi de 6 ans, l’intensité de l’exercice était associée à la progression de l’athérosclérose coronarienne, mais pas au volume d’exercice. Il convient de noter que l’exercice d’intensité très vigoureuse était associé à une progression significativement plus élevée du CAC et de la plaque calcifiée, tandis que l’exercice d’intensité vigoureuse était associé à une progression moindre du CAC.

Référence magazine :
  • Aengevaeren, LV et al. (2023) Volume d’exercice par rapport à l’intensité et à la progression de l’athérosclérose coronarienne chez les athlètes d’âge moyen et plus âgés : résultats de l’étude MARC-2. Circulation. DOI : 10.1161/CIRCULATION AHA.122.061173,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *