L’exercice aérobique régulier peut aider à réduire le risque de mortalité par grippe et pneumonie

Selon une étude américaine publiée en ligne dans le revue britannique de médecine sportive.

Mais il peut y avoir un niveau au-dessus duquel les effets plafonnent ou, dans le cas d’activités de renforcement musculaire, deviennent potentiellement nocifs, suggèrent les résultats.

Il est recommandé aux adultes de faire au moins 150 minutes par semaine d’activité physique d’intensité modérée ou 75 minutes d’activité physique aérobique d’intensité vigoureuse ou une combinaison équivalente, plus une activité de renforcement musculaire d’intensité modérée ou supérieure au moins deux fois par semaine.

Les exercices aérobiques, y compris la marche rapide/rapide, la natation, la course et la montée d’escaliers, tiennent le coup, augmentent votre fréquence cardiaque et transpirent. Les activités de renforcement musculaire comprennent l’utilisation de poids et de bandes de résistance; des exercices tels que des squats, des fentes et des pompes (calisthenics); et le jardinage intensif.

En plus d’aider à maintenir une bonne santé et à prévenir les maladies graves, l’activité physique régulière peut également protéger contre la mort due à la grippe ou à la pneumonie, selon les preuves.

Par conséquent, les chercheurs ont voulu savoir si des types et des quantités spécifiques d’activité physique pouvaient être associés à ce risque réduit.

Ils étaient basés sur les réponses de 577 909 adultes qui avaient participé à l’enquête nationale américaine sur la santé (NHIS) entre 1998 et 2018.

On a demandé aux répondants à quelle fréquence ils consacraient 10 minutes ou plus à des activités aérobies d’intensité vigoureuse et d’intensité légère ou modérée. Et on leur a demandé à quelle fréquence ils faisaient des activités de renforcement musculaire.

Lire aussi  Le rappel R21/Matrix-M maintient une efficacité élevée contre les premiers épisodes et les épisodes multiples de paludisme clinique

Chaque personne a ensuite été classée en fonction de sa capacité à atteindre les objectifs hebdomadaires recommandés d’activité aérobique + renforcement musculaire : n’a atteint ni l’un ni l’autre ; atteindre l’objectif d’activité aérobique ; atteindre l’objectif de renforcement musculaire; et remplissant les deux objectifs.

Cinq niveaux d’activité physique ont été définis : moins de 10, 10-149, 150-300, 301-600 et plus de 600 min/semaine d’activité physique modérée à vigoureuse ; et moins de 2, 2, 3, 4-6 et 7 séances ou plus/semaine d’activités de renforcement musculaire.

La moitié des répondants (50,5 %) n’ont atteint aucun des objectifs hebdomadaires. Leurs performances différaient considérablement en fonction de facteurs sociodémographiques et liés au mode de vie, des problèmes de santé sous-jacents et du fait qu’ils avaient été vaccinés contre la grippe et/ou la pneumonie.

Un tiers (34 %) étaient inactifs sur le plan aérobie et plus des trois quarts (78 %) ont déclaré moins de 2 séances hebdomadaires d’activités de renforcement musculaire.

Au cours d’une période de suivi moyenne de 9 ans, 81 431 participants sont décédés ; 1 516 de ces décès ont été attribués à la grippe et à la pneumonie.

Ceux qui ont atteint les objectifs d’activité physique hebdomadaire recommandés avaient près de la moitié (48%) du risque de mourir de la grippe ou de la pneumonie que leurs pairs qui n’ont atteint ni l’un ni l’autre, après avoir tenu compte des facteurs potentiellement influents.

Atteindre uniquement l’objectif d’activité aérobique était associé à un risque inférieur de 36 %, après prise en compte des facteurs potentiellement influents, tandis que l’atteinte de l’objectif de renforcement musculaire uniquement n’était associée à aucune différence significative de risque.

Lire aussi  Une stratégie innovante de vaccination nasale pour lutter contre le COVID

En termes de quantité, effectuer 10 à 149, 150 à 300 et 301 à 600 minutes d’activité physique aérobie par semaine était associé à un risque inférieur de 21 %, 41 % et 50 %, respectivement, par rapport à aucun. Mais aucun avantage supplémentaire n’a été observé au-dessus de 600 minutes hebdomadaires.

« Bien que [10-150 mins/week] souvent étiquetée « insuffisante » parce qu’elle est inférieure à la durée recommandée, elle peut conférer des avantages pour la santé par rapport à l’inactivité physique », suggèrent les chercheurs.

En ce qui concerne les activités de renforcement musculaire, par rapport à moins de 2 séances par semaine, atteindre l’objectif hebdomadaire de 2 était associé à un risque inférieur de 47 %, mais 7 séances ou plus étaient associées à un risque supérieur de 41 %.

« Bien qu’elles sortent du cadre de cette étude, des explications plausibles [for this dichotomy] elles vont de réponses inexactes (telles que la déclaration d’une activité physique professionnelle, qui peut ne pas conférer le même effet protecteur que l’activité physique pendant les loisirs) à des ramifications hémodynamiques de fréquents, de haute intensité [muscle strengthening activity]», expliquent les chercheurs.

Il s’agit d’une étude observationnelle et, en tant que telle, ne peut pas établir de cause, et les chercheurs reconnaissent plusieurs limites. Par exemple, l’étude était basée sur la mémoire personnelle et à un moment donné ; l’enquête NHIS n’a capturé que l’activité physique de loisir sur des périodes de 10 minutes ou plus et n’a pas fait de distinction entre les activités d’intensité légère et modérée.

Cependant, les chercheurs concluent : « Les efforts pour réduire la mortalité due à la grippe et à la pneumonie chez les adultes pourraient se concentrer sur la diminution de la prévalence de l’inactivité aérobie et l’augmentation de la prévalence de la réalisation de 2 épisodes par semaine d’activité de renforcement musculaire.

Lire aussi  Une étude montre que seulement 75,8% des enfants de moins de 15 ans ont des anticorps contre la rougeole

Fontaine:

bmj

Référence magazine :

Webber, B. J. et coll. (2023).Activité physique pendant les loisirs et mortalité due à la grippe et à la pneumonie : une étude de cohorte de 577 909 adultes américains. revue britannique de médecine sportive. doi.org/10.1136/bjsports-2022-106644.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *