Dr Sanchari Sinha Dutta, Ph.D.

Préoccupations de santé publique concernant le virus hautement pathogène de la grippe aviaire A(H5N1) trouvé chez un chat en France

Une étude publiée dans la revue CDC maladies infectieuses émergentes décrit l’identification d’un virus influenza aviaire A hautement pathogène chez un chat domestique vivant à proximité d’un élevage de canards infecté par un virus apparenté en France en décembre 2022.

Étude : Virus hautement pathogène de la grippe aviaire A(H5N1) Clade 2.3.4.4b chez les chats domestiques, France, 2022. Crédit d'image : Ro_ksy/Shutterstock.comÉtude: Virus de l’influenza aviaire hautement pathogène A(H5N1) Clade 2.3.4.4b chez le chat domestique, France, 2022. Crédit d’image : Ro_ksy/Shutterstock.com

Arrière-plan

Le 27 décembre 2022, le Laboratoire national de référence pour l’influenza aviaire de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a confirmé un cas d’infection par le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène A (H5N1) clade 2.3.4.4b chez un chat domestique . .

Le chat vivait à côté d’un élevage de canards, où une infection similaire a été détectée chez plus de 8 000 canards en décembre 2022. Au départ, le chat a connu une détérioration de son état de santé général, notamment de l’apathie et une légère hyperthermie, suivie de symptômes neurologiques et respiratoires sévères.

Le chat a été euthanasié sans cruauté le 24 décembre 2022. Des tests en laboratoire d’échantillons respiratoires et anaux du chat ont confirmé une infection virale hautement pathogène de la grippe aviaire A (H5N1) clade 2.3.4.4b.

Observations de l’étude

Les scientifiques ont comparé la séquence virale complète isolée du chat avec d’autres séquences virales étroitement apparentées circulant en France durant la même période, dont celles isolées de l’élevage de canards.

Les analyses phylogénétiques ont indiqué que le virus isolé des chats appartenait au génotype similaire au virus isolé des canards. Ce génotype viral circule majoritairement en France et en Europe depuis septembre 2022.

Le virus isolé chez les chats ne différait du virus isolé chez les canards que par deux mutations, dont une mutation E627K dans la protéine basique polymérase 2 et une mutation E26G dans la protéine non structurale 2.

La mutation E627K est responsable de l’adaptation du virus de la grippe aux hôtes mammifères. La mutation E26G, en revanche, pourrait avoir un rôle dans l’adaptation virale aux changements de température.

Parmi les 90 séquences publiquement disponibles de virus hautement pathogènes de la grippe aviaire A (H5N1) du clade 2.3.4.4b détectés chez les mammifères, 20 avaient la mutation E627K, indiquant une sélection rapide pour cette mutation chez les hôtes mammifères.

Depuis l’hiver 2021-22, une forte augmentation des cas d’infections par le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène A (H5N1) clade 2.3.4.4b chez les mammifères a été observée.

Une prévalence plus élevée d’infections par le virus hautement pathogène de l’influenza aviaire H5 chez les oiseaux sauvages et domestiques et une interaction accrue entre les oiseaux infectés et les mammifères pourraient être responsables de cette augmentation.

Une autre raison pourrait être une surveillance accrue de la grippe aviaire chez les animaux sauvages, entraînant une détection accrue de l’infection chez les mammifères. En outre, une capacité accrue des virus actuellement en circulation à infecter des hôtes mammifères pourrait être responsable de l’augmentation des cas chez les mammifères.

Chez les mammifères, l’infection par le virus de la grippe aviaire A (H5N1) hautement pathogène est généralement associée à une présentation clinique (symptômes neurologiques) ou à la mort.

Bien que la transmission de ce virus aux mammifères soit un événement rare, des infections massives ont été signalées dans des colonies de phoques aux États-Unis et dans un élevage de visons en Espagne en 2022. Dans la présente étude, cependant, aucune transmission de virus n’a été détectée parmi les mammifères.

Lire aussi  Utiliser un modèle mathématique pour se préparer aux futures pandémies

Importance de l’étude

L’étude a décrit un cas d’infection par l’influenza aviaire hautement pathogène A (H5N1) clade 2.3.4.4b chez un chat domestique en décembre 2022. Des infections sporadiques par l’influenza aviaire hautement pathogène A (H5N1) clade 1 et 2.2 ont été détectées chez des chats depuis 2004. .

Comme les scientifiques l’ont mentionné, les interactions étroites entre les chats domestiques et les humains et la sélection rapide des mutations peuvent entraîner un virus avec un potentiel de transmission virale interhumaine. Cela pourrait constituer une menace potentielle pour la santé publique.

Compte tenu des résultats de l’étude, les scientifiques recommandent une surveillance accrue des carnivores domestiques symptomatiques à proximité des oiseaux infectés. Cela est nécessaire pour identifier les événements de transmission entre mammifères et prévenir rapidement la transmission humaine.

De plus, les employés des élevages avicoles doivent disposer d’équipements de protection appropriés et de mesures barrières pour éviter la transmission directe du virus par les oiseaux infectés.

Référence magazine :
  • Briand F. (2023). Virus de l’influenza aviaire hautement pathogène A(H5N1) Clade 2.3.4.4b chez le chat domestique, France, 2022. Maladies infectieuses émergentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *