Étude : les politiques de poids et d’IMC du NHS sont inappropriées et aggravent les inégalités en matière de santé

Selon une nouvelle étude publiée dans Médecine BMC aujourd’hui [13 June] qui a analysé près de 490 000 chirurgies de la hanche. Étant donné qu’une personne sur dix aura probablement besoin d’une arthroplastie au cours de sa vie, plusieurs milliers de patients sont directement touchés par ces politiques.

Les règles mises en place par les NHS Clinical Commissioning Groups (CCG) en Angleterre pour modifier l’accès à la chirurgie de remplacement de la hanche et du genou pour les patients en surpoids ou obèses sont en place depuis plus de dix ans. Cependant, les différences régionales dans ce mandat d’IMC signifient que certaines régions n’ont pas une telle politique, tandis que dans d’autres régions, les patients se voient refuser l’accès à une opération de remplacement de la hanche jusqu’à ce que leur IMC tombe en dessous d’un certain seuil ou jusqu’à ce qu’ils aient attendu plus longtemps.

Des chercheurs de l’Université de Bristol ont cherché à évaluer l’impact de ces politiques d’IMC sur l’accès à la chirurgie de remplacement de la hanche en Angleterre et s’il existait des preuves d’une aggravation des inégalités en matière de santé. L’étude a été financée par le National Institute for Health and Care Research (NIHR).

L’équipe a analysé les taux de chirurgie de remplacement de la hanche pour 480 364 patients entre janvier 2009 et décembre 2019 à l’aide des données du National Joint Registry (NJR). Ils ont ensuite comparé les régions avec et sans politique d’IMC.

Leurs résultats ont révélé que les politiques visant à modifier l’accès au remplacement de la hanche en fonction du poids/IMC du patient étaient associées à une diminution des taux de chirurgie, en particulier chez les personnes vivant dans des zones défavorisées, tandis que les taux augmentaient dans les localités sans politique. Les régions ayant des politiques strictes de seuil d’IMC étaient associées à la baisse la plus prononcée des taux (changement de tendance de -1,39 opérations pour 100 000 habitants âgés de 40 ans et plus par trimestre).

Lire aussi  Étude : Aucune différence significative dans le risque de cancer chez les patients en rhumatologie ayant des antécédents de malignité prenant des DMARD

Certaines politiques d’IMC ajoutent un temps d’attente supplémentaire avant la chirurgie pour les patients ayant subi une arthroplastie de la hanche avec un IMC élevé. Le soutien professionnel disponible pour aider les patients à réduire leur poids à ce moment est très variable. Il y avait une association avec l’aggravation des scores de symptômes et l’aggravation de l’obésité avec l’introduction de ces règles supplémentaires sur les temps d’attente, ce qui montre que les politiques peuvent, en fait, se retourner contre eux.

La politique du NHS sur la question de savoir si les personnes peuvent être immédiatement orientées vers une chirurgie de remplacement de la hanche si elles sont en surpoids ou obèses varie selon l’endroit où vous vivez en Angleterre.

Les directives du NICE sur l’arthrite ont été mises à jour en octobre 2022 et indiquent clairement que l’IMC ne doit pas être utilisé pour exclure les personnes de l’orientation vers une chirurgie, mais des politiques restrictives sont toujours en vigueur dans certaines régions.

Cette étude actuelle et notre étude sur les arthroplasties du genou publiées en juin dernier montrent que ces politiques ont des associations troublantes avec une forte baisse du taux d’arthroplasties, une aggravation des scores de symptômes et une aggravation des inégalités en matière de santé. « .

Dr Joanna McLaughlin, NIHR Doctoral Research Fellow à la Bristol Medical School : Translational Health Sciences (THS) et auteur principal de l’étude

L’équipe de recherche exhorte les commissaires et les décideurs politiques à reconsidérer de toute urgence les politiques restrictives affectant l’accès à la chirurgie élective. Les chercheurs suggèrent également que la formation récente de systèmes de soins intégrés à partir des groupes CCG existants est une opportunité importante pour des changements positifs dans la position politique, et il y a des signes encourageants que certaines régions prennent déjà ces mesures de changement de politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *