Les médulloblastomes surviennent beaucoup plus tôt dans la grossesse qu’on ne le pensait auparavant et peuvent être évités

Selon une nouvelle étude internationale, un type agressif de tumeur cérébrale pédiatrique, le médulloblastome, existe sous une forme précancéreuse à la naissance après s’être initialement développé au cours du premier ou du deuxième trimestre de la grossesse. Les médulloblastomes étant généralement présents pendant l’enfance, vers l’âge de sept ans, la découverte de l’équipe est la première indication qu’il pourrait y avoir une fenêtre de plusieurs années pendant laquelle un médulloblastome pourrait être empêché de se produire.

Quatre groupes de recherche de premier plan se sont associés pour étudier la tumeur cérébrale très agressive, notamment des groupes de l’École de médecine Max Rady de l’Université du Manitoba, du National Cancer Center de Tokyo, au Japon, du Seattle Children’s Research Institute et du Children’s Hospital for Sick Children (SickKids ). Les conclusions de l’équipe ont été publiées aujourd’hui dans La nature.

Les tumeurs cérébrales sont la forme la plus meurtrière de cancer infantile, représentant 20 % de tous les nouveaux cas de cancer pédiatrique. Le traitement du médulloblastome consiste actuellement en une chirurgie agressive, une chimiothérapie à haute dose et/ou une radiothérapie sur l’ensemble du cerveau et de la moelle épinière. Jusqu’à 40% des patients succombent encore à la maladie, tandis que les survivants doivent faire face aux toxicités à long terme associées à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Le médulloblastome est composé de plusieurs sous-groupes, et l’étude s’est concentrée sur le sous-groupe le plus courant et le moins compris, appelé groupe 4. L’objectif de l’équipe d’étude était d’identifier comment et où les tumeurs du groupe 4 apparaissent au cours du développement embryonnaire dans l’espoir d’accélérer les découvertes de plus efficaces. traitements.

Lire aussi  Santé reproductive compromise associée à des quartiers socio-économiquement défavorisés

Les chercheurs ont recueilli des échantillons de médulloblastome dans des hôpitaux pour enfants du monde entier et ont utilisé diverses technologies de séquençage pour identifier avec succès les variations génétiques pouvant causer des médulloblastomes du groupe 4. Ils ont découvert que ces variations génétiques « arrêtaient » efficacement la différenciation cellulaire normale dans un type de cellule spécifique qui était présent uniquement au début du développement fœtal du cervelet humain. Cette « stagnation » de la différenciation cellulaire normale se traduit par une forme prémaligne de la tumeur qui réside ensuite dans le cerveau après la naissance, une découverte qui peut être généralisée aux autres formes de médulloblastome.

Les chercheurs notent que le type de cellule qu’ils ont identifié est beaucoup plus courant et se trouve dans une région du cervelet en développement qui est structurellement plus complexe chez l’homme que chez les autres mammifères. Ils disent que cela pourrait signifier que le médulloblastome est une conséquence directe de la complexité évoluée du cervelet humain.

Fondamentalement, les découvertes de l’équipe montrent que les médulloblastomes surviennent beaucoup plus tôt dans la grossesse qu’on ne le pensait auparavant et pourraient même être évitables. Ils disent que les médecins peuvent avoir une fenêtre d’opportunité entre la naissance et l’apparition des symptômes pour attraper les médulloblastomes avant qu’ils ne se développent et éventuellement les empêcher de se transformer en tumeurs cérébrales mortelles. On pense que c’est la première fois que le médulloblastome est identifié comme potentiellement évitable.

Ce travail a été soutenu par les National Institutes of Health (NIH), Stand Up To Cancer (SU2C), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Fonds de recherche du Québec–Santé, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, CancerCare Manitoba Foundation, National Cancer Center Research and Development Funds et SickKids Foundation.

Lire aussi  Les anticorps transmis par le lait maternel persistent six mois après la vaccination par l'ARNm du COVID

Devis

« Ce projet était un bel exemple de travail d’équipe, chaque laboratoire apportant une pièce importante du puzzle. Travailler en équipe au cours des 18 derniers mois nous a conduits dans de nouvelles directions passionnantes. Maintenant que nous pouvons identifier l’origine de ces tumeurs, nous peut être en mesure de développer de meilleurs modèles de la maladie qui seront ensuite utilisés pour des tests de dépistage approfondis. Cela peut même permettre une détection plus précoce, donc cette recherche est très excitante et ouvre de nombreuses nouvelles opportunités « , déclare le Dr Tamra Werbowetski-Ogilvie . , professeur de biochimie et de génétique médicale à l’École de médecine Max Rady de l’Université du Manitoba et chercheur au Children’s Hospital Research Institute of Manitoba (CHRIM).

« Les mécanismes détaillés de l’apparition du médulloblastome du groupe 4 sont depuis longtemps une énigme. Aujourd’hui, des progrès incroyables ont été réalisés grâce à nos efforts de collaboration. Notre découverte n’aurait pas pu être réalisée sans de grandes données de séquençage et la coopération de nombreux instituts. Nous rendons hommage à honorer les nombreux patients et leurs familles qui ont fait don d’échantillons pour notre étude. Votre don ouvre la voie à une nouvelle façon de prévenir cette tumeur cérébrale mortelle chez l’enfant », a déclaré le Dr Hiromichi Suzuki, chef et chercheur principal de la Division de la recherche translationnelle sur les tumeurs cérébrales. au Centre national du cancer du Japon.

Lire aussi  Excrétion de coronavirus par les chauves-souris frugivores en Afrique avec potentiel de transmission d'agents pathogènes zoonotiques

« Notre succès n’a été rendu possible que par une équipe internationale incroyable impliquant un large éventail d’expertise scientifique et clinique de base. Au cœur de l’étude se trouvaient les comparaisons approfondies des tissus normaux et tumoraux pour permettre une identification rapide des gènes et des cellules qui ne provoquent pas Des études sur des cellules cultivées ont alors été essentielles pour confirmer nos découvertes. Nous sommes ravis de continuer à travailler ensemble pour développer des thérapies de précision pour les enfants affectés », déclare le Dr Kathleen Millen, professeur et chercheur principal au Center for Integrative Research at the Brain at l’Institut de recherche sur les enfants de Seattle.

« Nous voulions voir comment nous pourrions accélérer le développement de thérapies plus efficaces, mais ce que nous avons découvert pourrait être encore meilleur que ce que nous avions imaginé. Prévenir le cancer en premier lieu plutôt que de le traiter après qu’il se soit produit est le meilleur résultat possible. » pour les enfants. Cet article représente une percée pour les enfants atteints de médulloblastome et n’aurait pu être rendu possible que par une collaboration internationale remarquable impliquant 46 hôpitaux différents dans 17 pays », déclare le Dr Michael Taylor, neurochirurgien pédiatrique et chercheur principal au programme de biologie du développement et des cellules souches de SickKids. et professeur de chirurgie à l’Université de Toronto.

Police de caractère:

L’hôpital des enfants malades

Référence du magazine :

Hendrikse, L.D. et coll. (2022).L’échec de la différenciation des lèvres rhombiques humaines sous-tend la formation du médulloblastome. La nature. doi.org/10.1038/s41586-022-05215-w.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.